Émilie Wilson partira en tournée avec la compagnie jeune public Bouge de là à l’automne. Elle sera de passage à la Salle Michel-Côté d’Alma les 17 et 18 novembre prochains.

Émilie Wilson avec le Cirque du Soleil

Émilie Wilson fait sa place dans le monde de la danse. Après un passage remarqué à l’émission Révolution, la jeune danseuse originaire d’Arvida a décroché un premier contrat avec le Cirque du Soleil. Elle est de Rebel, un spectacle présenté dans la principauté d’Andorre, située entre la France et l’Espagne.

« C’est mon premier contrat à l’étranger, ma première fois avec un cirque et c’est le Cirque du Soleil. Je capote », lance la pétillante jeune femme de 22 ans au cours d’un appel vidéo.

Émilie Wilson a participé à l’émission Révolution en compagnie de Jesse Matteau. Ensemble, ils ont offerts des numéros de danse contemporaine.

Petite et arborant des cheveux noirs courts, Émilie Wilson se démarque des autres danseuses lorsqu’elle arrive sur une scène. Elle l’affirme sans retenue, son casting particulier lui a certainement nui à quelques reprises, mais il lui a aussi permis de se démarquer en d’autres occasions.

Le grand public a pu découvrir la danseuse dans la première saison de l’émission Révolution. La jeune femme qui évoluait en duo avec Jesse Matteau a atteint l’étape des face-à-face. Même si elle a été éliminée, elle a pu participer au numéro d’ouverture de l’émission finale. Elle a aussi été remarquée par Lydia Bouchard, une des juges notamment chorégraphe pour le Cirque du Soleil.

Émilie Wilson se démarque des autres danseuses par sa petite taille et ses cheveux courts.

« C’est elle qui m’a proposé d’auditionner pour le Cirque du Soleil. Quand je suis arrivée sur place, il y avait tellement de bons danseurs que je regardais et admirais depuis longtemps. Là, j’étais avec eux ! C’était intimidant, mais je me suis dit que d’être là, c’était déjà énorme. »

Évidemment, le résultat de l’audition a été positif et la jeune femme est à Andorre-la-Vieille depuis le 11 juin. Elle quittera ce petit coin d’Europe le 29 juillet prochain. Au cours de son séjour, elle participera à un total de 22 représentations de Rebel, un spectacle présenté sous chapiteau conçu spécialement pour attirer les touristes.

Émilie Wilson se démarque des autres danseuses par sa petite taille et ses cheveux courts.

Lydia Bouchard agit à titre de directrice artistique du spectacle. Team White, duo qui a remporté Révolution, en a fait les chorégraphies. Le personnage principal de Rebel est campé par Yoherlandy, finaliste de la première édition du concours télévisé.

Les autres danseurs incarnent les amis du personnage principal. Une grande place est consacrée à la danse dans le spectacle.

Émilie Wilson fait partie du spectacle Rebel du Cirque du Soleil présenté à Andorre en Europe.

« On n’arrête pas pendant une heure, même dans les coulisses. Souvent, la danse est moins utilisée dans les spectacles de cirque, mais cette fois, on est vraiment sollicités », assure celle qui a tissé des liens avec les autres danseurs. « On se connaissait de vue, maintenant on est vraiment soudés », souligne celle qui admet avoir eu quelques craintes au départ. « Je n’avais jamais fait de spectacle en dehors du Canada. Les autres avaient plus d’expérience, ils ont fait des tournées, explique-t-elle. Mais tout se déroule bien. » À son retour au pays, après un détour par Saguenay pour récupérer son chien, la danseuse amorcera une tournée avec la compagnie jeunesse Bouge de là. Le spectacle À travers mes yeux la mènera d’ailleurs jusqu’à la Salle Michel-Côté d’Alma les 17 et 18 novembre prochains.

Émilie Wilson fait partie du spectacle Rebel du Cirque du Soleil présenté à Andorre en Europe.
Émilie Wilson a décroché un contrat pour le dernier gala télévisé Célébrations. Elle y apparaît aux côtés de l’auteure-compositrice-interprète Andréanne A. Malette.
Émilie Wilson se démarque des autres danseuses par sa petite taille et ses cheveux courts.

+ UN PARCOURS PRÉDESTINÉ

Émilie Wilson est née pour danser. 

« À l’âge de deux ans, mes parents voulaient trouver une façon de m’aider à canaliser mon énergie. J’ai commencé la danse et je n’ai jamais arrêté », raconte celle qui a vu le jour à Saguenay, mais qui a emménagé à Laval peu de temps après sa naissance. 

C’est là qu’elle a amorcé des cours de danse. À l’âge de huit ans, elle a été recrutée par une troupe de danse urbaine de compétition. « Je dansais avec des gens de 15 à 20 ans. J’ai dansé avec eux pendant un an et j’ai beaucoup évolué. »

De retour au Saguenay à l’âge de 9 ans, elle s’est inscrite à l’École Florence Fourcaudot qu’elle a fréquentée jusqu’à son départ pour l’école de danse contemporaine de Montréal, d’où elle a obtenu un DEC en mai 2017. 

« Après, j’étais stressée. Dans le monde de la danse, ça fonctionne beaucoup par contacts. Il y a tellement de gens talentueux qui n’ont pas de travail. J’ai aussi un casting particulier. Je mesure 5 pieds et j’ai les cheveux courts. »

La jeune femme ne s’est pas découragée pour autant. Dès sa sortie de l’école, la compagnie Bouge de là lui a offert un contrat. Puis Révolution est arrivé. 

Émilie a fait les auditions en duo avec Jesse Matteau. Les deux complices ont été sélectionnés. 

« Je ne me suis pas rendue loin, mais c’est vrai que mes cheveux courts font en sorte que les gens me reconnaissent dans la rue. »

Ils ont proposé des duos de style contemporain lyrique. « C’est une des cordes à mon arc, mais je suis de la danse urbaine. C’est dans ce style que j’ai un feu qui n’est pas le même. Ce qu’on a fait, c’est bon. Mais si j’en avais la chance, je le referais en danse urbaine pour montrer qui je suis vraiment. »

La jeune femme chorégraphie d’ailleurs à l’occasion des numéros pour des troupes de l’école de danse de Saint-Félicien. Elle l’a aussi fait à l’École Florence Fourcaudot à laquelle elle demeure très attachée. « C’est de là que je viens. J’aimerais encore m’engager avec eux par amour pour l’école, mais l’horaire devient difficile. » En attendant, elle y effectue un petit arrêt de temps en temps, lorsqu’elle vient visiter ses parents et sa soeur.