Elvis Experience ramène le public en 1972, pendant les grandes années du King.

Elvis Experience, comme à Las Vegas en 1972

Le Théâtre du Palais municipal de La Baie se transformera en machine à remonter le temps, les 26 et 27 mai. Pour la première fois, le spectacle ElvisExperience effectuera une incursion chez nous à l'invitation de Diffusion Saguenay, ce qui ramènera les fans du King en 1972. Ils pourront s'imaginer au Hilton de Las Vegas, face à un interprète qui se trouvait alors au sommet de son art.
«C'est l'époque que j'aime le plus. Elvis était encore en forme et on le sentait heureux de donner des spectacles. Le répertoire est riche, aussi. Il comprenait 500 titres, en plus des succès du moment qu'il avait l'habitude de reprendre», a souligné celui qui campe son rôle depuis la création de cette production, Martin Fontaine, à l'occasion d'une entrevue téléphonique accordée au Progrès-Dimanche.
L'une des cartes de visite d'Elvis Experience tient à son authenticité. Ainsi verra-t-on 24 musiciens, de même que huit choristes, aux côtés de l'interprète du King. «Il y a huit cuivres et huit cordes, précise celui-ci. On ne voit plus ça de nos jours, une aussi grande formation. C'est ce qui ressemble le plus à ce que faisait Elvis.»
Priscilla Presley elle-même a été soufflée lors de son passage au Capitole de Québec. «Elle était émue à la fin du spectacle, alors que moi, j'avais été mort de trouille à l'idée de chanter devant cette femme. J'ai profité de notre rencontre pour lui poser plein de questions sur son mari et quand Priscilla m'a recommandé de suivre mon instinct, j'ai compris qu'elle me donnait carte blanche», fait observer le chanteur.
Des projections sont intégrées au spectacle Elvis Experience, histoire de faire revivre l'émotion qui étreignait les fans rassemblés au Hilton de Las Vegas pendant les spectacles d'Elvis Presley.
Martin Fontaine se donne beaucoup de liberté.
Plus de liberté
C'est la veuve du King qui a ouvert les portes de Las Vegas à Elvis Experience, qui a aussi fait un détour à Paris et Montréal, parallèlement à ses séjours prolongés au Capitole. De telles sorties demeurent exceptionnelles et ça vaut également pour la tournée qui sera amorcée à La Baie. Elle comprend des visites à Rivière-du-Loup, Sherbrooke, Montréal et Trois-Rivières, ce qui correspond au moment où la salle de Québec subira un lifting.
En l'espace de deux heures, le public verra défiler le répertoire d'Elvis, d'All Shook Up à l'American Trilogy, en passant pas des perles oubliées comme Kentucky Rain. Mais surtout, il verra l'homme derrière le «performer», puisque Martin Fontaine ne se contente pas de l'imiter. Chaque soir, il entre dans sa peau, épouse sa manière d'être qui, en spectacle, s'exprimait avec une forte dose de spontanéité.
«Il n'y avait rien de ''stagé'' avec lui, assure l'interprète. Elvis aimait cabotiner, ce que je fais aussi dans des passages ad lib qui se déroulent en anglais, vu qu'on se trouve à Las Vegas. Je joue également avec l'ordre des chansons, comme c'était son habitude, et il m'arrive de modifier le rythme. Un soir, on peut avoir un Elvis euphorique. Une autre fois, ce sera l'Elvis malheureux.»
À ses yeux, cette capacité de refléter les humeurs du King constitue la grande différence par rapport à Elvis Story, le spectacle qui a précédé Elvis Experience. «J'ai beaucoup plus de liberté pour jouer avec le personnage. Sans me considérer comme un acteur, je le vois comme mon plus grand rôle et c'est ainsi que Priscilla perçoit les choses», énonce Martin Fontaine.
C'est à force de reprendre ses succès, mais aussi de fouiller les archives afin d'assimiler mille et une variantes dans le travail du King, que l'interprète a développé une telle proximité avec son sujet. Il faut croire que cette approche a ses mérites, puisqu'en l'espace de deux jours, la semaine dernière, 10 000 billets ont été vendus en prévision de la tournée.