Isabelle Gauthier sera de passage au Météore de Dolbeau-Mistassini, le 25 octobre, afin de lancer son premier livre Madame Isabelle: la grande rentrée, dans lequel elle livre le parcours romancé de ses débuts dans le métier d’enseignante.

Éducation: les anecdotes de Madame Isabelle

Isabelle Gauthier est humoriste, auteure, scriptrice, chroniqueuse... mais pour plusieurs petits, elle est avant tout Madame Isabelle. Celle qui pendant des années a été enseignante le jour et humoriste le soir livre un premier écrit intitulé Madame Isabelle : la grande rentrée afin de raconter avec humour le parcours romancé de ses débuts dans le monde de l’enseignement.

Isabelle Gauthier l’affirme, l’enseignement l’a fait pleurer, rire, réfléchir, douter, sacrer, regretter, tousser et « morver ». L’humoriste originaire de Dolbeau-Mistassini a abandonné le métier, mais elle porte toujours un regard tendre sur la profession.

Elle se rappelle encore la réaction de l’orienteur lorsqu’elle lui a appris qu’elle souhaitait faire un baccalauréat en enseignement des arts plastiques et de l’art dramatique à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). « Il m’a dit que je devais penser à un très bon deuxième choix. C’était mon deuxième choix ! Le premier, c’était de vivre de mon art », raconte la pétillante humoriste au cours d’un entretien téléphonique.

Elle a suivi son chemin et amorcé son baccalauréat à l’UQAC. Après deux années, elle est déménagée à Montréal où elle a complété sa formation à l’Université du Québec à Montréal. Endettée, elle a hésité lorsqu’un ami lui a demandé de faire les auditions de l’École nationale de l’humour en duo. « Ça me tentait, mais c’est 10 000 $. Je me suis quand même dit que si j’étais prise, je foncerais. » Elle est sortie de l’école, diplôme en mains, en 2005.

Pendant quelques années, elle a enseigné le jour et est montée sur scène le soir. C’est lorsqu’elle enseignait aux élèves de niveau primaire à Montréal qu’Isabelle Gauthier s’est mise à tenir un blogue.

« En 2012-2013, j’écrivais chaque semaine. C’était un exutoire personnel. C’était dur d’enseigner le jour et de faire des spectacles le soir. J’ai voulu mélanger mes deux passions, amener un côté artistique à l’enseignement. Au début, c’était bien égoïste. Puis des professeurs m’ont affirmé que ça leur faisait du bien. Ce n’est pas jojo le monde de l’enseignement, mais on vit des joyaux de moments. »

Dans Madame Isabelle: la grande rentrée, Isabelle Gauthier livre le parcours romancé de ses débuts dans le métier d’enseignante.

Il y a quelques mois, elle a décidé de ressortir les textes. Elle a tout retravaillé, puis romancé afin de créer son premier livre.

« Ça fait quatre ans que j’ai arrêté d’enseigner. Les textes sont encore super actuels, mais j’ai aussi agi en espion dans les écoles au printemps afin d’alimenter l’écriture du livre. Ç’a été très bénéfique. Ça m’a permis de saupoudrer un peu de bonbons pétillants sur le livre. »

Madame Isabelle : la grande rentrée, qui est constitué d’une suite d’anecdotes et de vérités romancées, est publié aux Éditions Michel Lafon. Le livre est sur les tablettes depuis le 20 septembre. « La réponse est très très bonne. Ça rappelle de beaux souvenirs aux gens. Le livre n’est pas destiné uniquement aux enseignants. On est tous allés à l’école. Les souvenirs sont similaires pour tout le monde. Ils traversent les générations et les régions. »

Isabelle Gauthier songe déjà à l’écriture d’un second tome de Madame Isabelle. « Les doigts me brûlent. Je pense que ce ne sera pas juste un tome. J’ai trop de belles choses à raconter. »

Elle mène plusieurs autres projets de front. Elle écrit pour une émission jeunesse de Radio-Canada qui sera en ondes incessamment. Elle tourne aussi un projet de télévision qui sortira au printemps prochain. Elle travaille également sur les prochains épisodes de Mets-y le Paquet qui seront diffusés en janvier et février 2019. Elle écrit aussi beaucoup pour la télévision.

« J’ai droit à un beau mélange de travail devant et derrière la caméra. J’ai arrêté de faire de la scène en 2012. Je souhaitais faire de la télé et j’ai reçu l’opportunité sur un plateau d’argent », affirme celle qui n’écarte pas la possibilité de monter sur scène à nouveau un jour. Mais elle rêve surtout d’animer une émission de télévision.

En attendant, le public de la région pourra rencontrer l’auteure dans le cadre d’un 5 à 7 de lancement au Météore de Dolbeau-Mistassini le jeudi 25 octobre. « Je raconte des souvenirs qui ont eu lieu à Dolbeau-Mistassini. C’était impensable que je ne vienne pas. Ce sera à mon image, pas compliqué et festif », affirme celle qui aime revenir dans la région le plus souvent possible. « Le Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’est mon piton “Reset”. »