Anne-Sophie Doré-Coulombe, alias Belle Grand Fille, a remporté les prix Auteur-compositeur-interprète et Chanson de l’année dans le cadre de la 24e édition de Ma première Place des Arts.

Double honneur pour Belle Grand Fille

Belle Grand Fille, alias Anne-Sophie Doré-Coulombe, a remporté les honneurs dans la catégorie Auteur-compositeur-interprète du concours Ma première Place des Arts.

La Métabetchouanaise d’origine, installée à Montréal depuis six ans, a aussi mis la main sur le prix Chanson de l’année avec sa pièce Maille par maille. Tout un doublé pour celle qui propose ses propres chansons depuis un an à peine. 

Anne-Sophie Doré-Coulombe ne pourrait être plus heureuse. Mercredi soir, elle est repartie de la 24e édition du concours organisé par la Société pour l’avancement de la chanson d’expression française (SACEF) avec deux prix convoités. 

« Je suis très contente, très surprise. J’admire beaucoup le travail de mes collègues finalistes. Ce sont des prix importants », affirme-t-elle au cours d’un entretien téléphonique. 

Celle qui a été sacrée auteure-compositrice-interprète du concours a mis la main sur une bourse de 2500 $. Elle a aussi eu droit à une enveloppe supplémentaire de 1500 $ grâce à sa chanson Maille par maille qui a été choisie par un jury de l’industrie 

« Tous les auteurs-compositeurs-interprètes et les groupes qui participaient au concours devaient soumettre une pièce. Du lot, c’est la mienne qui a été sélectionnée », s’étonne encore celle dont le prix lui permettra de monter sur scène dans le cadre des FrancoFolies. 

Depuis 24 ans, le concours Ma première Place des Arts a couronné plusieurs artistes qui ont fait leur chemin dans le milieu. Parmi ceux-ci figurent notamment Nicola Ciccone, Ima, Corneille, Philippe Brach, Klo Pelgag et plusieurs autres. « C’est inspirant. Un concours, ça n’enlève pas le travail qu’on doit mettre pour réussir, mais c’est un coup de pouce, une tape dans le dos dont on a parfois besoin », estime la jeune femme de 27 ans qui monte sur les scènes de la région depuis plusieurs années. Elle détient d’ailleurs un diplôme d’études collégiales en musique du Collège d’Alma. Depuis qu’elle est installée à Montréal, où elle a obtenu un baccalauréat en interprétation jazz de l’Université de Montréal, elle accompagne des musiciens à titre de choriste, percussionniste et pianiste. 

Belle Grand Fille a vu le jour il y a un an seulement. C’est à ce moment qu’Anne-Sophie Doré-Coulombe s’est lancée dans la création de ses propres pièces. « Ç’a été un long processus. Je fais de la scène depuis longtemps, mais à ce moment, ça me prenait un médium pour exprimer mes propres chansons », explique celle qui a opté pour Belle Grand Fille comme nom de scène, un nom que lui donnait sa mère lorsqu’elle était enfant. « Je voulais que ce soit moi, sans que ce soit mon prénom », explique celle qui propose des images qui parlent dans ses pièces. 

Belle Grand Fille, qui travaille sur un EP dont la sortie est prévue à l’automne, affirme être inspirée par Richard Desjardins et par le joual de Fred Fortin. 

« Je crois que je propose du populaire, dans la tradition de la chanson québécoise colorée. C’est très expressif, les mots sont importants, c’est fignolé tout doucement au piano. » Dans le cadre du concours, elle a pu bénéficier des conseils de Dany Placard, qui a agi à titre de mentor. « Ç’a cliqué. Il m’a aidé à changer quelques trucs et ça m’a donné confiance. »

Anne-Sophie Doré-Coulombe participera à la Bourse Objectif scène le 14 juin prochain à la Salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière. 

En attendant, elle sera de passage à Saint-Gédéon où elle a fait l’acquisition de la maison de son grand-père. « Je ne pourrais pas quitter complètement la région. »