Doris Larouche passe le micro à Catherine Doucet qui sera aux commandes de l’émission du retour d’ICI Radio-Canada première à compter de l’automne.
Doris Larouche passe le micro à Catherine Doucet qui sera aux commandes de l’émission du retour d’ICI Radio-Canada première à compter de l’automne.

Doris Larouche ferme son micro

Après 42 années à l’antenne, Doris Larouche ferme son micro. Celle qui a animé pendant 14 ans l’émission matinale Café, Boulot, Dodo, puis l’émission du retour Style libre pendant trois ans à ICI Radio-Canada première cède la place à Catherine Doucet afin d’amorcer une retraite méritée.

Le départ de Doris Larouche est prévu depuis quelques mois déjà, mais c’est le vendredi 26 juin prochain que le projet se concrétisera.

« Je ne peux pas le croire, après 42 ans..., confirme celle qui a amorcé sa carrière en 1979 à CFGT Alma. Mais c’est vraiment dans ma tête, je suis rendue là et avec tout ce qui se passe actuellement, je suis contente d’avoir pris cette décision. C’est un signe qu’il faut profiter de la vie », affirme-t-elle au cours d’un entretien téléphonique.

Doris Larouche part le coeur léger, sereine, la tête remplie de souvenirs et de fous rires. Elle est aussi habitée par la fierté d’avoir pratiqué son métier si longtemps, un privilège, estime-t-elle.

« C’est un beau métier. C’est tout sauf ennuyant. Aller chercher les confidences, mettre les gens en confiance, c’est extraordinaire. J’ai fait 14 ans d’animation le matin. J’ai eu de belles expériences de vie. C’est assez incroyable. »

Au cours des quatre dernières décennies, l’animatrice a été témoin de l’évolution du milieu. Elle se rappelle encore l’époque où Google n’existait pas. « On avait des dictionnaires du cinéma, de politique, plein de dictionnaires sur le bureau et on répondait souvent aux auditeurs qu’on reviendrait avec une réponse le lendemain. C’était complètement un autre monde », témoigne celle qui a aussi contribué à ouvrir des portes pour les femmes dans le milieu.

« J’ai été la première “morning woman” de Radio-Canada au Saguenay-Lac-Saint-Jean », souligne-t-elle.

Avant son retour en région, c’est à Québec qu’elle a oeuvré, à titre de chroniqueuse culturelle. Une expérience qui l’a menée jusqu’à la couverture des Oscars en 1999, son plus beau souvenir en carrière.

« Je me souviens encore, ma mère venait de mourir deux mois auparavant. Je me disais qu’elle aurait été si fière de voir sa fille. La petite fille de Saint-Coeur-de-Marie était nerveuse, mais ç’a été inoubliable. »

Doris Larouche lors de ses premières années à CFGT, en 1980.

Doris Larouche ne peut chiffrer les rencontres et les confidences reçues au fil des ans, mais elle chérit ces occasions qui lui ont été offertes.

« J’ai pu parler à tellement de gens. J’ai eu des moments extraordinaires d’entrevues avec des personnes connues ou non. J’étais privilégiée. Ce n’est jamais pareil. »

Malgré tout, son plus bel accomplissement à ses yeux demeure sa longévité dans le milieu.

« J’ai passé plus de 40 ans à contrat dans le domaine. Je suis fière de ça. »

Quant au futur, Doris Larouche l’imagine bien rempli. Elle caresse plusieurs projets, dont celui de visiter l’Ouest canadien et l’Ouest américain en VR une fois la pandémie derrière nous. Elle compte aussi profiter de la beauté de son coin de pays.

« J’habite Saint-Henri-de-Taillon, un endroit tellement magnifique. »

Seule ombre au tableau, l’animatrice devra quitter le studio alors que ses collègues seront absents, chacun en télétravail à la maison. « On a une méchante belle gang à Radio-Canada Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’est le côté triste de partir pendant que mon monde ne sera pas là. Mais on va se reprendre après la COVID. »

Relais

Catherine Doucet sera à la barre de la nouvelle émission du retour à la maison qui sera en ondes à compter de l’automne.

Elle sera entourée du réalisateur Jean-Marie Munger, de la chroniqueuse culturelle Julie Larouche, du journaliste Michel Gaudreau, du recherchiste Pascal Girard et de Johanie Bilodeau à la météo.

« Je suis fière qu’on me donne l’occasion d’accompagner l’auditoire de notre région dans leur retour à la maison. J’ai envie que cette émission serve de point d’ancrage et de lieu d’échange quotidien pour tous les citoyens du Saguenay–Lac-Saint-Jean. C’est un rêve que je nourris depuis des années que d’avoir mon propre micro et je me compte chanceuse de pouvoir le réaliser avec, en plus, une équipe d’expérience à mes côtés », affirme Catherine Doucet dans un communiqué.