District 31 souffrira-t-elle de la disparition de Nadine, un des personnages pivots de la populaire série?

District 31 ébranle ses fans

CHRONIQUE / Vaut mieux vous prévenir : si vous n’avez pas vu l’épisode de lundi de District 31, gardez cette lecture pour plus tard. J’étais sans voix, jeudi dernier, quand le générique silencieux de la quotidienne a commencé à défiler. «Il a pas fait ça?» me suis-je dit en pensant au cruel (mais très habile!) auteur Luc Dionne. Alors qu’on s’est demandé durant des mois si Nadine (Magalie Lépine-Blondeau) avait survécu au coup de feu de son ex, et qu’on l’avait retrouvée bien en vie à la rentrée de septembre, voilà qu’on nous l’enlève pour de bon.

Dans les minutes et les heures qui ont suivi, j’ai reçu un déluge de messages de téléspectateurs, qui menaçaient de ne plus jamais regarder l’émission. Pas notre Nadine! Productrice et script-éditrice de District 31, Fabienne Larouche avait brandi la même menace quand on a tué Ned Stark, personnage principal de la première saison du Trône de fer, mais n’a manqué aucun épisode depuis. «On écoute une série pour être touché, ému, avoir peur. Sinon, le téléspectateur s’endort», rappelle-t-elle, consciente que ce choix de scénario allait créer l’émoi.

La productrice a d’ailleurs convoqué la presse lundi matin pour présenter les quatre épisodes de cette semaine, réalisés par Catherine Therrien. Et je dois dire qu’ils sont particulièrement touchants et bien ficelés. Vincent-Guillaume Otis et Gildor Roy y sont absolument bouleversants.

District 31 souffrira-t-elle de la disparition d’un de ses personnages pivots? Parce que les gens aimaient beaucoup Nadine, moi le premier. Et est-ce que le personnage de Luc Picard disparaîtra à la fin de la saison, comme c’était prévu au départ pour l’enquêteur vedette de la série? Pas sûr de faire confiance à ce Jeff Morin, qui semble jouer sur deux tableaux. À suivre. Un nouveau lieutenant sera nommé pour prendre la relève de Nadine, parmi le personnel déjà en place.

Si ça peut vous réconcilier un peu avec l’auteur, vous constaterez que Nadine n’est pas morte sans raison. Laurent Cloutier (Patrick Labbé), vers qui tous les yeux se tournent, pourrait-il y être pour quelque chose? Plusieurs hauts gradés redoutaient le témoignage prochain de Nadine à la commission d’enquête portant sur les événements qui ont ébranlé l’état major de la police l’an dernier. Plus d’un ont des raisons de lui en vouloir. Au point de provoquer sa mort? L’auteur en a pour des mois à éclaircir le mystère. Orchestrer un accident avec autant de précision ne peut être l’affaire d’amateurs.

Bien sûr, le drame ravage Patrick (Vincent-Guillaume Otis), qui n’aura savouré que quelques mois de bonheur avec Nadine. Et comme on l’a deviné dans les épisodes précédents, Nadine attendait un enfant. Sauf qu’au lieu de se terrer chez lui, il insiste pour rester au travail et faire la lumière sur l’«accident» de celle qu’il aimait. Au risque de faire quelques entorses au code d’éthique.

Après avoir perdu un ami cher, le père de Nadine, voilà que Daniel Chiasson (Gildor Roy) perd celle qu’il considérait comme sa fille. «J’espère que c’est un vrai accident. Parce que si on apprend le contraire, il va y en avoir partout sur les murs!» dit-il à Laurent. Et on a tendance à prendre ses menaces au sérieux. Poupou (Sébastien Delorme), le philosophe maladroit, y va d’un malaisant : «Vaut mieux six mois de bonheur que rien pantoute.» Malgré la tragédie, Luc Dionne parvient à nous arracher quelques rires.

La décision de faire disparaître Nadine Legrand ne date pas d’hier. C’était entendu depuis longtemps avec l’actrice Magalie Lépine-Blodeau, qui a consenti à revenir pour les premières semaines de la deuxième saison. De là la frustration de plusieurs, qui ont eu l’impression de se faire avoir, avec la «résurrection» temporaire du personnage. Fabienne Larouche est convaincue qu’ils s’en remettront.

La suspension d’Isabelle pour six semaines permet l’arrivée d’une nouvelle enquêteure, jouée par Christine Beaulieu. Une fille sexy, qui flirte sans gêne, et fait des «jokes de gars» un peu salées pour 19h. Cette intrigue a permis à Hélène Bourgeois Leclerc de partir en tournée pour Demain matin, Montréal m’attend, mais elle sera de retour avant les Fêtes, rassurez-vous.

On en a presque oublié que Papi Léo (Michel Forget) a assassiné froidement l’agresseur de la petite Simone. Il aurait dû savoir que sa camionnette rouge ne passerait pas inaperçue. En parallèle, nous suivrons l’enquête sur la disparition d’une jeune fille, possiblement sous l’emprise d’un proxénète. Avec les morts multiples d’Unité 9 mardi dernier, on ne peut pas dire que les auteurs nous ont épargnés en ce milieu de saison.

La vraie nature gagne le million

À sa deuxième émission de la saison, La vraie nature a dépassé le million avec 1075 000 téléspectateurs dimanche soir. Un très bon score pour le nouveau rendez-vous de Jean-Philippe Dion à TVA, qui a battu de peu Tout le monde en parle, vue par 943 000 fidèles à ICI Radio-­Canada Télé. La Voix Junior domine encore, et de loin, le palmarès du dimanche soir, avec 1801 000 fidèles à TVA. Ça ne s’améliore pas pour Occupation Double Bali, suivie par 391 000 irréductibles à V, ce qui est en dessous des chiffres espérés. La quotidienne a rassemblé en moyenne 349 000 accros de lundi à mercredi, et l’émission des coulisses, 313 000 jeudi.