Les Cowboys Fringants seront de passage dans la région les 3 et 4 août prochains.

Deux soirs avec Les Cowboys

Les Cowboys Fringants seront de passage à deux reprises dans la région, les 3 et 4 août prochains. Pour l’occasion, le groupe reconnu viendra présenter pour une dernière fois son album Octobre, avant d’entreprendre un nouveau projet.

Dans le cadre de leur tournée des festivals, ils débuteront leur tournée régionale le vendredi 3 août au Festival du bleuet de Dolbeau-Mistassini, et s’arrêteront le lendemain au Festival international des rythmes du monde de Saguenay.

Dans l’attente des spectacles, Jérome Dupras, bassiste de la formation, a partagé avec Le Progrès les détails de ces futurs concerts. En formule festival, on peut s’attendre à entendre les mélodies de leur dernier album. Mais, pas d’inquiétude, le groupe compte offrir ses plus grands classiques, pour le plaisir des admirateurs, et pas toujours du leur. Après 20 ans, l’excitation pour certaines chansons n’est plus la même.

« C’est sûr que nous n’avons plus la même ferveur à jouer toutes les pièces. Toune d’automne, ça fait 15 ans qu’on la joue... Mais, quand les gens la chantent avec nous, et qu’ils prennent plaisir, ça ne nous dérange pas trop de la faire. On est là pour le public », a affirmé le musicien.

Après 20 tournées, la formation ne ressent plus le stress des premières fois. « On est plus en commande et plus en contrôle de ce qu’on va faire, mais le plaisir est toujours au rendez-vous. On est la même bande de copains, qui prend un grand bonheur à se retrouver ensemble sur la scène », a confié Jérôme Dupras.

Les Cowboys Fringants seront de passage dans la région les 3 et 4 août prochains.

Album en écriture 
La troisième année de la tournée Octobre marque un point important. « C’est le début de la transition entre la fin de la tournée et le début du prochain album. On n’a rien fait de trop concret, mais on a déjà des esquisses de chansons jetées sur papier », a souligné le musicien. Leur travail d’équipe commencera cet automne. « Jean-François Pauzé, guitariste et écrivain du groupe, est revenu sur des thèmes plus légers, plus rigolos », a dévoilé le bassiste. La formation pense retourner en studio l’hiver prochain. L’album devrait donc sortir en automne 2019, suivi d’une tournée de deux ou trois ans.

La force de l’Industrie
Longtemps contre les plateformes de « streaming », les amateurs des Cowboys Fringants ont pu remarquer que la formation a changé de cap, au mois de mai, en les joignant finalement. Le bassiste a confirmé au Progrès que cette décision a été prise pour les fans.

« Nous avons toujours dénoncé le fait que sur ces plateformes-là, quel que soit le promoteur qui est derrière, ils ont peu de respect pour la diversité et la création. Il n’y a pas d’artistes québécois qui retirent des revenus de ça, mis à part Céline Dion », a-t-il défendu.

Mais, le groupe n’a pas pu s’opposer éternellement aux géants de la musique. « On avait beaucoup de nos admirateurs qui consomment la musique via ces plateformes et qui étaient déçus de ne pas nous y retrouver », a admis le musicien. Il a cependant répété qu’ils continueront de garder le même discours, et espèrent que les gouvernements interviendront pour aider les artistes à avoir de meilleures redevances.

L’artiste reste confiant pour l’avenir de la musique québécoise et trouve que la période actuelle est avantageuse pour les nouveaux musiciens. Jérôme Dupras voit une grande différence entre l’industrie d’aujourd’hui et celle du temps où ils ont commencé.

Comme en 2016, les Cowboys Fringants feront chanter et danser la foule du Festival international des rythmes du monde de Saguenay le 4 août prochain. La veille, la formation sera au Festival du bleuet de Dolbeau-Mistassini.

« Pour faire de la musique, on n’est plus obligé de passer par une machine prédéterminée, d’avoir un contrat de disque, d’aller dans un studio onéreux et de passer par les radios commerciales. Les chemins se sont multipliés à toutes les étapes du processus », a expliqué le Cowboy. Par contre, il y voit de nouveaux défis, comme celui de trouver certaines sources de revenus, surtout depuis que le monde du disque va mal. Il estime qu’il faut être plus imaginatif dans les manières de faire des revenus.