Jean Désy est en lice pour les Prix littéraires du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean grâce à deux ouvrages, soit Être et n’être pas, ainsi que Tuktu.

Deux nominations pour Jean Désy

Baromètre de la santé du livre sur notre territoire, la liste des finalistes des Prix littéraires du Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean a été dévoilée mardi. Elle comprend 16 titres écrits par 15 auteurs, puisque l’un d’eux, Jean Désy, a eu le bonheur d’être choisi deux fois. Être et n’être pas a été retenu dans le catégorie Récits, Contes et Nouvelles, tandis que Tuktu a accédé à la ronde finale dans la catégorie Jeunesse.

« Cette situation se produit généralement lorsqu’une personne sélectionnée dans la catégorie Découverte est également en lice ailleurs. Jean Désy, lui, a sorti trois livres pendant la période d’éligibilité, soit entre le 1er juin 2018 et le 30 mai 2019. Deux ont abouti sur notre liste », a expliqué la directrice générale du salon, Sylvie Marcoux, à l’occasion d’une entrevue accordée au Quotidien.

Dans la catégorie Récit, Contes et Nouvelles, Jean Désy côtoie Gens du milieu de Charles-Philippe Laperrière, ainsi que Frères amis, frères ennemis, dans lequel Frédérick et Jasmin Lavoie explorent la relation mortifère entre l’Inde et le Pakistan. De son côté, Tuktu a été jumelé à 13e avenue, tome 1, de Geneviève Pettersen, et le livre de Rollande Boivin, Kateri et le corbeau.

La catégorie Roman reflète la vigueur de la création littéraire dans la région, ce que démontrent l’Adolphus d’Hervé Gagnon, Le visage originel de Guillaume Morissette et Querelle de Roberval, la deuxième oeuvre de Kevin Lambert. Dans la catégorie Intérêt général, par contre, on retrouve Montcalm, général américain de Dave Noël, Portrait du romancier en bouddha. Balzac, Flaubert, Zola de Cynthia Harvey, de même que S’affranchir de Chantale Proulx.

Fait à signaler, seulement deux titres ont survécu au processus de sélection dans deux catégories. C’est ainsi que Damien Hallegatte et Sonia Perron se côtoient dans la catégorie Découverte, le premier avec Le piège de la société de consommation et sa consoeur grâce au roman Billydéki. Dans la catégorie Poésie et Théâtre, enfin, Steve Gagnon est représenté par l’entremise du livre Pour qu’il y ait un début à notre langue, tandis que la voix de Marie-Andrée Gill est portée par Chauffer le dehors.

Un processus fascinant

Soumis par les maisons d’édition ou les auteurs eux-mêmes, 86 titres ont été intégrés au processus d’analyse cette année. C’est dans la catégorie Jeunesse que les membres du jury ont été les plus sollicités, puisqu’ils ont dû lire 28 ouvrages avant d’identifier le gagnant, ainsi qu’un maximum de deux finalistes. Dans chaque catégorie, ils sont trois pour effectuer ce travail. Une présélection est faite en juillet, puis les membres se réunissent en août pour remettre la liste finale.

« Toutes les oeuvres font l’objet d’un échange, en commençant par celle qui a obtenu le plus bas pointage au cours de la présélection. Ça peut durer plusieurs heures et c’est beau de les voir aller. On a des juges passionnés, consciencieux. J’aimerais tellement que les médias les voient discuter, soulever des éléments qui, parfois, amènent leurs collègues à changer d’idée », raconte Sylvie Marcoux.

Ce mélange de rigueur et d’enthousiasme est à la hauteur de l’honneur qui échoit aux lauréats. Ceux dont les noms seront dévoilés le 26 septembre, pendant la cérémonie d’ouverture du Salon du livre, connaissent en effet la valeur d’une telle distinction. « Ils sont contents d’être choisis. Ça donne un deuxième souffle aux livres », note la directrice générale.

L’impact se fait même sentir avant le salon, dès que les finalistes sont connus. Plusieurs personnes se font un plaisir de lire les ouvrages retenus, en effet, ne serait-ce que pour tenter de prédire l’identité des lauréats, à qui une bourse de 1000 $ sera décernée. En attendant que leur curiosité soit satisfaite, ils pourront découvrir le nom de la personne à qui sera remis le prix Distinction littéraire, le 17 septembre. On aura alors qui succédera à Simon-Philippe Turcot et Marjolaine Bouchard.