Seb Fauteux.

Des soirées pour les amateurs de techno

Constantin Monfilliette et Seb Fauteux estiment qu’il y a suffisamment d’amateurs de techno au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour justifier la tenue d’une soirée mensuelle consacrée à ce genre musical. Ils en sont tellement convaincus que le premier rendez-vous de cette nature aura lieu aujourd’hui (samedi) à 22 h, au Bar à Pitons de Chicoutimi.

Les deux DJ se relaieront à la console, avant de mettre leurs ressources en commun. Chacun se fera un point d’honneur d’explorer des sentiers peu balisés, à la recherche de sons qui donnent le goût de danser.

Pour avoir accès à cet événement, il suffira de débourser 8 $ à la porte de l’établissement plus que centenaire, réputé pour son caractère convivial.

« Il s’agit d’un endroit chaleureux, où le personnel est sympa. Ce n’est pas grand, mais on peut faire tenir de 50 à 60 personnes sur la piste. Ce sera une façon de provoquer la rencontre de gens qui apprécient la même musique que nous, ceux qui en font et ceux qui aiment en écouter », a décrit Constantin Monfilliette à la faveur d’une entrevue accordée au Progrès.

Constantin Montfilliette.

Alors que son camarade exerce la fonction de DJ depuis une quinzaine d’années, un parcours qui l’a mené à oeuvrer au Salon Daomé de Montréal, entre autres expériences, son initiation à lui remonte à cinq ans.

C’est dans sa France natale qu’il a animé ses premières soirées et développé un goût prononcé pour l’expérimentation.

On parle de musique techno, mais ses amours ne sont pas exclusives. Electro, house, funk, new disco et micro house : tout intéresse cet homme qui a l’oreille omnivore.

« Nous allons commencer avec du funk et de la soul avant de présenter du house et du techno. Nous ferons aussi jouer des vinyles récents et d’autres plus anciens, puisque tous deux, nous sommes des collectionneurs. Je trouve également que nous nous complétons bien, puisque Seb a développé sa culture musicale ici, alors que la mienne a été acquise en Europe », énonce Constantin Monfilliette.

Chaque jour, des amis leur proposent de nouvelles musiques, autant de découvertes que les DJ seront heureux de partager. Ceux qui ne pourront assister aux débuts de La Java, le nom donné aux rendez-vous du Bar à Pitons, auront l’occasion de se reprendre le 18 octobre, toujours à 22 h. Ainsi se poursuivra une série que les deux complices souhaitent voir s’inscrire dans la durée.