Rémy Simard est allé expliquer aux élèves de 5e année de l’école Notre-Dame-du-Sourire d’Arvida les dessous du métier d’auteur et d’illustrateur. Une cinquantaine d’enfants ont pu l’écouter et participer à des ateliers sur l’écriture.

Des projets plein la tête pour le bédéiste Rémy Simard

L’auteur, illustrateur et créateur de bandes dessinées robervalois Rémy Simard ne compte pas arrêter d’écrire de sitôt. Celui qui jongle avec trois projets qui tirent à leur fin compte sortir au minimum trois autres livres dans la prochaine année.

L’homme qui approche de la soixantaine a toujours été passionné par le livre. Il est d’ailleurs derrière le personnage de Boris, qui occupe les cases de bandes dessinées des éditions du Quotidien depuis plusieurs années. Il a aussi fait plusieurs albums, des livres jeunesse, des bandes dessinées, des collaborations avec des revues, et plus encore. Certaines de ses oeuvres sont traduites dans plus de sept langues, dont l’italien, le néerlandais et le coréen. Après sa première collaboration avec le journal Continuum de l’Université de Montréal, en 1978, la passion pour les livres ne l’a jamais quitté.

Dans le cadre du projet de promotion de la littérature du groupe de compétence Lettres et éditions de Culture du Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’auteur robervalois, qui habite à Montréal, était de passage dans sa région d’origine pour offrir des ateliers. Il a visité une école primaire, où il a expliqué aux élèves les dessous du métier d’illustrateur et d’auteur. Cinquante étudiants de 5e année y ont assisté. Un deuxième arrêt a été organisé à La Baie, pour rencontrer les membres du club de lecture. Une conférence a suivi le lendemain, à la bibliothèque de Roberval, avec une exposition de ses oeuvres. L’artiste semblait très heureux de rencontrer les gens de la région. Le Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean a chapeauté toutes ses activités.

L’auteur, illustrateur et créateur de bande dessinée de Roberval Rémy Simard, est venu rencontrer les gens de la région, avec des activités organisés par le Salon du livre Saguenay

L’artiste a raconté au Progrès qu’il jonglait quotidiennement avec différents projets. Récemment, l’écrivain a terminé une nouvelle bande dessinée pour son personnage Boris. Il sera maintenant un peu plus vieux et volera une fusée spatiale pour aller sauver une amie. Le tout sera en couleurs. De plus, il met au point un nouveau tome de sa série Léon Poltron aux éditions FouLire, dont le quatrième tome devrait sortir au début de l’année 2019. En octobre, il a publié le livre L’Étrange fille aux chats, aux éditions La Courte échelle.

Il est important pour lui de travailler sur plusieurs projets en même temps. Il a confirmé, dans son entrevue téléphonique avec Le Progrès, que pour survivre dans ce marché, il fallait être toujours occupé. « Mais moi, ça ne me dérange pas, puisque j’ai toujours des idées », a-t-il ajouté.

Une année 2019 qui s’annonce chargée

Pour la prochaine année, l’auteur entend sortir un minimum de trois livres. Un nouveau projet, du nom de Pierre de Lune, sortira aux éditions La Pastèque. Les lecteurs peuvent attendre un nouveau tome de la série Simone et la sortie d’un projet-mystère, que l’illustrateur n’a pas voulu révéler. Ces derniers devraient être publiés entre le mois de février et la mi-avril.

L’auteur ne s’attend pas à arrêter de sitôt. « Même si j’arrive à la soixantaine, je ne me vois pas prendre ma retraite. Les gens dans cette période se cherchent souvent un passe-temps, alors que moi, j’en ai déjà un. Peut-être que mon rythme va diminuer, mais je vais continuer d’écrire et de dessiner tant que j’aurai la passion », a-t-il renchéri.