Responsable des Mardis de la Saint-Do, Luc Lessard confirme le report des concerts d’orgue qui devaient être présentés en août, à l’église Saint-Dominique de Jonquière. Ils auront lieu à l’été 2021.
Responsable des Mardis de la Saint-Do, Luc Lessard confirme le report des concerts d’orgue qui devaient être présentés en août, à l’église Saint-Dominique de Jonquière. Ils auront lieu à l’été 2021.

Des orgues du Saguenay seront silencieux cet été

Il n’y aura pas de concerts d’orgue l’été prochain, ni à la cathédrale de Chicoutimi ni à l’église Saint-Dominique de Jonquière. Les organisateurs des séries proposées en ces lieux ont dû se résoudre à mettre la saison entre parenthèses en raison de la crise sanitaire. Ils promettent cependant de revenir à la charge en 2021, puisque leurs ressources financières n’ont pas été grevées par ce contretemps.

« Nous ne subissons aucun préjudice parce que nos fonds n’avaient pas été engagés dans l’édition 2020. Ce qui est dommage, c’est que notre dixième anniversaire coïncidait avec le 150e de la paroisse Saint-Dominique. Ça tombait bien », a mentionné Luc Lessard, l’âme des Mardis de la Saint-Do, au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Céline Fortin devra attendre en 2021 pour célébrer le 30e anniversaire des concerts d’orgue de la cathédrale de Chicoutimi. Cette série sera mise entre parenthèses l’été prochain en raison de la crise sanitaire.

Il était particulièrement fier d’avoir convaincu Robert Patrick Girard d’interpréter une oeuvre de François-Joseph Brassard, l’un de ceux qui ont occupé la fonction d’organiste à Saint-Dominique. Comme la plupart des artistes invités, cependant, ce musicien de renom, qui a longtemps enseigné au Conservatoire de musique de Saguenay, a accepté de revenir l’an prochain.

Dans le cas de cette série tenue en août, il aurait été tentant de laisser traîner les choses, dans l’espoir que le gouvernement du Québec adoucisse les mesures de distanciation avant la fin de ce mois. Il y avait cependant une part de risque que ne souhaitait pas assumer le comité organisateur.

« Nous ne pouvons pas marcher dans l’incertitude, affirme Luc Lessard. Même s’il était permis d’accueillir des spectateurs à l’église, il faut se donner le temps de solliciter les commanditaires et de promouvoir la série. Et puis, nous ne voudrions pas obliger les gens à s’asseoir à six pieds de distance de leurs voisins. C’est une question d’atmosphère. »

Fait à signaler, le déplacement de la programmation en 2021 ne suffira pas à couvrir toutes les cases de l’horaire. L’an prochain, en effet, il y aura cinq mardis, comparativement à quatre en août 2020. « Je devrai ajouter un concert », répond Luc Lessard.

+

MÊMES CAUSES, MÊMES EFFETS

À la cathédrale aussi, les mêmes causes produiront les mêmes effets. La crise du coronavirus impose sa loi avec autant de sévérité qu’à Saint-Dominique, si bien que la 30e saison des concerts d’orgue a été reportée en 2021.

« Je ne vois pas comment ça aurait pu fonctionner avec la notion de distance. C’est triste, mais j’aimais autant arrêter, surtout que nous n’avions rien dépensé. J’étais à la veille de faire imprimer les programmes », indique la responsable de la série, Céline Fortin.

Tout comme Luc Lessard, elle avait complété le recrutement des artistes qui devaient jouer sur le Casavant de la cathédrale en juin et en juillet. La grande majorité a accepté de bon coeur de reporter leur visite, sans préjudice pour le comité organisateur.

« Nous ne sommes pas riches, mais nous arrivons à nous autofinancer. En plus, nos contrats comportent une clause qui nous permet d’annuler l’activité s’il survient un événement extraordinaire », précise Céline Fortin.