Le 16e festival des finissants en arts interdisciplinaires sera l’occasion de découvrir le résultat de plusieurs mois de création. L’exposition présentée à la Galerie L’Oeuvre de l’Autre de l’UQAC met en lumière deux installations. De plus, jeudi soir, il sera possible d’assister au visionnement des projets des finissants en cinéma. Ce sera l’occasion pour Ann-Julie Pageau de dévoiler son premier film, Helena, un drame psychologique. De son côté, François Harvey est impatient de partager le fruit de son travail des derniers mois avec le public. Le musicien dans l’âme a consacré les dernières semaines à son documentaire, Gros Loup. Enfin, Mélanie Saint-Germain s’attaque à un mouvement social à travers son court-métrage #MeToo. Ce projet de fiction s’attarde au choc post-traumatique à la suite d’un drame, dans ce cas, un viol. Le travail des finissants en arts interdisciplinaires de l’UQAC est présenté jusqu’au 28 février. La projection des oeuvres des finissants en cinéma aura lieu jeudi à 19 h, au Petit Théâtre de l’UQAC. Annie-Claude Brisson

Des mois de création à l’honneur

Le 16e festival des finissants en arts interdisciplinaires est l’occasion de découvrir le résultat de plusieurs mois de création. L’exposition présentée à la galerie L’Œuvre de l’Autre met en lumière deux installations.

Cette cohorte de finissants aura été le théâtre d’une première technologique. Dans le cadre de son projet final d’études, Gabriel Pilote présente le récit de sa rencontre avec un réfugié syrien. L’étudiant a exploré le dessin, l’installation et la réalité virtuelle dans Mohammed from Chicoutimi.

Cette nouvelle technologie n’est pas enseignée dans le baccalauréat interdisciplinaire en arts. Pour le professeur Mathieu Valade, cette démarche bien personnelle devient une nouvelle façon de faire. Pour lui, il s’agit d’une forme d’installation non tangible.

Dans le projet Endeuille, Jessyca Allicie fait un parallèle entre l’archéologie et la démarche artistique. L’installation regroupe les éléments de base de l’archéologie et de la vidéo.

Pour l’étudiante en dernière année, il s’agit d’un projet très personnel. « Je l’ai fait comme s’il s’agissait du dernier », ajoute celle qui a une certaine crainte quant à la réception de sa création par le public.

Projet fin d’études
Le projet de fin de baccalauréat est l’occasion pour les cinq étudiants de présenter leurs créations à un public qui n’est pas scolaire. « Les finissants iront à la rencontre d’un public, c’est ce qui est exceptionnel », témoigne Sophie Beauparlant, chargée de cours à l’UQAC. Pour l’étudiante Mélanie Saint-Germain, il s’agit d’un vertige dont elle ne peut se passer.

Les dernières années d’études ont permis aux finissants de découvrir de nouvelles avenues dans leurs parcours créatifs. Pour Ann-Julie Pageau, qui était plus habituée à la production, ce fut l’occasion d’explorer la création.

Outre l’objectif académique, la présentation des œuvres marque le début d’une nouvelle aventure.

« Il faut voir cela comme le début de leur professionnalisation. L’objectif de ce projet de fin de baccalauréat est d’amener l’étudiant à penser au long terme et de manière professionnelle », ajoute Mathieu Valade, professeur au département des arts et lettres.

Le travail des étudiants de dernière année du baccalauréat interdisciplinaire en arts de l’UQAC est présenté dans le cadre du 16e festival des finissants jusqu’au 28 février à la galerie L’Œuvre de l’Autre.