Des fleurs qui vont droit au coeur

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Les fleurs. Le titre le plus simple qu’on puisse imaginer pour une exposition. En ces temps de doute et de crainte, cependant, les dix images produites par des membres du Club photo JAK prennent une résonance qui transcende leur beauté, ainsi que le confirme l’une des participantes, Louise Monette, qui fait également partie du comité organisateur.

« C’est comme si on déposait une fleur dans le coeur de chaque personne. Dans le contexte actuel, c’est une façon d’aider les gens, de les soutenir. Ça donne de l’espoir, tout en faisant penser au printemps », a-t-elle énoncé, à l’occasion d’une entrevue accordée au Progrès.

Si on parle de cette exposition au présent, alors que tant de lieux de diffusion ont fermé leurs portes, c’est qu’elle se déroule à l’extérieur. Depuis trois ans, en effet, le Club photo JAK utilise la passerelle de la rivière aux Sables, à Jonquière, afin de mettre en valeur le travail de ses membres. C’est pourquoi Les fleurs orneront la jolie structure jusqu’au 31 mai.

Chaque photographie mesure 22 pouces sur 32 et une plaque de plexiglas la protège des intempéries. L’habitude de visiter des expositions à cet endroit est si bien ancrée que plusieurs sont devenus des adeptes. « Le contenu est renouvelé aux trois ou quatre mois, et cette formule est populaire. Les gens ont hâte de voir la prochaine expo », se réjouit Louise Monette.

En ce qui touche Les fleurs, la première chose qu’on remarque, c’est la qualité technique des images. On dirait du 3D, tant les détails les plus fins sautent aux yeux. Il est clair, aussi, que le thème a inspiré les participants, à en juger par l’originalité des points de vue. Certains jouent sur la lumière (Hélène Claveau), alors que d’autres placent la fleur au coeur de son environnement (Pierrette Bernier).

La plupart, cependant, ont centré leur attention sur le sujet, histoire de laisser parler les couleurs et les formes. Les fleurs s’apparentent alors à des sculptures tantôt sages (Valérie Jessica Laporte), tantôt surréalistes (Jean-Pierre Tremblay, Jacques Viel), toujours éblouissantes. Pas étonnant que plusieurs y voient un antidote à la mélancolie ambiante.

Une exposition historique

Loin de baisser les bras parce qu’il y a pandémie, le Club photo JAK a préparé une nouvelle exposition, celle qui remplacera Les fleurs sur la passerelle. Consacrée au 150e anniversaire de la paroisse Saint-Dominique, elle aura pour titre Archives et photos, ce qui décrit bien l’approche préconisée par le comité organisateur.

« Nous allons jumeler une photographie ancienne avec une image du même sujet captée aujourd’hui. Tous les secteurs desservis par l’unité paroissiale seront couverts. On verra aussi l’ancien hôtel de ville de Jonquière, ainsi que la rue Saint-Dominique à l’époque des grands magasins comme Woolworth’s », annonce Louise Monette.

Cette exposition sera présentée du début de juin jusqu’au 10 octobre. Quant à celle qui devait lui tenir compagnie à l’intérieur de l’église Saint-Dominique, elle a été reportée. Cette activité découlant du 150e devait donner lieu à un vernissage, le 11 juin. Il faudra donc patienter avant de découvrir les 30 images anciennes sélectionnées par le Club photo JAK.