Cette image a été captée le 17 juin, pendant l’un des deux concerts donnés par la violoniste Marie Bégin. Ils ont été diffusés dans plusieurs CHSLD de la région, à la faveur d’un projet piloté par l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Cette image a été captée le 17 juin, pendant l’un des deux concerts donnés par la violoniste Marie Bégin. Ils ont été diffusés dans plusieurs CHSLD de la région, à la faveur d’un projet piloté par l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Des concerts diffusés dans les CHSLD

C’est connu, la musique touche le coeur des gens, même quand leur esprit commence à s’égarer. Il était donc naturel que l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean profite de la pause provoquée par la pandémie pour offrir des concerts aux personnes résidant dans les CHSLD de la région. Tenu le 17 juin, par le truchement de Zoom, le premier rendez-vous a permis de constater que ce genre d’événement fait du bien à tous.

C’est la violoniste Marie Bégin, membre du Quatuor Saguenay, qui a eu l’honneur de briser la glace. Ainsi que le veut la formule, elle a donné deux prestations de 20 minutes chacune, soit à 14h 30 et 18h 30. Le programme était le même, soit La méditation de Thaïs de Jules Massenet, une pièce de l’Anglais Elgar pour violon et piano (à l’aide d’une bande sonore pour le second instrument), ainsi qu’une composition enjouée pour conclure, signée Fritz Kreisler.

«Depuis que nos activités ont été interrompues, nous constatons que nos musiciens ressentent très fort l’envie de jouer. C’est important pour le moral», a souligné la directrice générale de l’orchestre, Christine Boily, à l’occasion d’une entrevue accordée au Quotidien. Ajoutons que cette série de concerts leur permet de toucher un cachet, grâce à une subvention d’urgence émanant du Conseil des arts du Canada. Ce montant de 15 000 $ aide à financer le projet.

L’autre partenaire, ce sont les six fondations hospitalières de la région. Elles ont accepté d’emblée la proposition soumise par l’orchestre. «Merci aux artistes et à tout le personnel en CHSLD pour nous avoir permis de mettre le tout en place rapidement et d’offrir ce moment de bonheur à nos aînés», a commenté la directrice générale du Fonds de dotation Santé Jonquière, Sandra Lévesque, par voie de communiqué.

Un son plus naturel

C’est la distribution de tablettes dans les CHSLD, une opération menée dans les derniers mois, qui a ouvert la porte à cette initiative. Comme il y en a 65, c’est le nombre maximum de spectateurs pouvant assister à une prestation. Mercredi passé, ils ont été 42, provenant d’une trentaine de résidences, à profiter de cette opportunité. C’est le personnel de ces institutions qui, dans bien des cas, sélectionne les heureux élus. «Il sait à qui ça fait du bien», mentionne Christine Boily.

Quant à Marie Bégin, elle ne s’est pas contentée de jouer. Étant confinée avec son frère, qui lui aussi pratique la musique, la violoniste a trouvé des façons d’améliorer la qualité technique de la diffusion. «Zoom étant centré sur la voix, il a fallu réaliser des tests pour que le son produit par les instruments soit le plus naturel possible, explique la patronne de l’orchestre. Ses directives seront partagées avec les collègues qui participeront à la série.»

Elle ajoute qu’aucun échéancier n’a été fixé. On présentera des concerts aussi longtemps qu’on le pourra et le nombre de participants est susceptible d’augmenter. On parle de duos, de trios, mais le 24 juin, c’est en solo que Catherine Chabot fera résonner sa flûte traversière dans les CHSLD de la région.