Des chants de Noël venus du fond des temps

L’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean présentera un concert de Noël où les voix se trouveront à l’avant-plan, aujourd’hui et demain. Intitulé Minuit, il mettra à contribution le Chœur symphonique, de même que les élèves de la classe de chant du Conservatoire de musique de Saguenay. Épaulés par une vingtaine de musiciens, ils interpréteront la Messe de minuit pour Noël de Charpentier, ainsi qu’un bouquet de cantiques.

C’est avec le Charpentier que débutera ce programme proposé samedi, à 19 h 30, en l’église Saint-Mathias d’Arvida, puis le lendemain à 14 h, en l’église Notre-Dame de Roberval. Son œuvre aux accents baroques meublera la première partie, ce qui donnera l’occasion de découvrir des airs familiers sous un jour différent.

« La Messe est fondée sur des cantiques de Noël comme Ça, bergers et Venez divin messie, dont on retrouve des phrases dans le Gloria et le Credo composés par Charpentier. Ça montre à quel point ces pièces sont ancrées dans la tradition française et québécoise. À la faveur de ce concert, on va assumer nos racines », a souligné le chef Jean-Michel Malouf, mercredi, lors d’une entrevue accordée au Progrès.

Les musiciens seront davantage sollicités sur cette œuvre, au même titre que le Chœur symphonique. L’orchestre jouera seul en maintes occasions, tandis que les choristes se mouleront à une partition qui comporte sa part de défis. « La Messe est exigeante pour eux. Que ce soit au niveau du style, des rythmiques ou des intonations, elle nécessite beaucoup de travail afin d’en maîtriser les détails », énonce le maestro.

La seconde tranche du concert s’annonce ludique, puisque le public sera invité à se lever et à chanter avec les membres des deux chœurs, au son de l’orchestre et de Céline Fortin à l’orgue. « Les gens n’auront pas le choix de participer », confirme Jean-Michel Malouf d’un ton enjoué. Parmi les titres insérés dans le programme, mentionnons Sainte nuit, Minuit, chrétiens et Il est né le divin enfant, ainsi que Les anges dans nos campagnes.

Si on tient compte de la présence des solistes Tania Côté, Christine Plourde et Marc-André Houde, plusieurs types de voix seront exploités au fil du concert. En même temps, les mélomanes auront la chance de découvrir les harmonisations élaborées par Raymond Daveluy, qui ont donné un coup de jeune aux airs traditionnels.

« Il y a des trucs surprenants, très originaux, dans ses harmonisations. Son style est caractérisé par une grande finesse », affirme Jean-Michel Malouf, dont la mission consistera à obtenir un bon fondu entre le chœur et l’orchestre, au plan stylistique. C’est à ce prix que les spectateurs pourront s’imprégner de la magie de Noël.