Le groupe Chocolat est en spectacle dans la région au cours des prochains jours.

Dernière chance de «Rencontrer Looloo»

Le groupe Chocolat est arrivé sur les derniers milles de la tournée Rencontrer Looloo, du nom de son dernier album. Elle le conduira à la Boîte à Bleuets d’Alma jeudi, puis au Vieux couvent de Saint-Prime le 1er décembre, ce qui permettra aux fans de la région de voir des musiciens dont le degré de complicité, nourri par plus de dix ans de vie commune, est élevé.

« On se connaît bien et sur scène, on a nos codes. On se voit venir et parfois, on décolle. On improvise sur les nouvelles compositions », a souligné le chanteur et musicien Jimmy Hunt il y a quelques jours, lors d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien. C’est d’autant plus tentant que ces pièces sont faites de peu de mots. Lui-même, d’ailleurs, n’y voit pas des chansons au sens habituel du terme.

« Les textes sont construits, simplifiés, pour être intégrés à la structure musicale », confirme l’artiste, qui trace un parallèle avec Serge Gainsbourg. Évoquant les albums Melody Nelson et L’homme à la tête de chou, il note que l’auteur de Je suis venu te dire que je m’en vais aimait les textes minimalistes, une approche qui lui sourit tout autant.

« Je trouve qu’avec la chanson traditionnelle, où on est plus centré sur les paroles, la musique a tendance à prendre le bord », affirme Jimmy Hunt. Or, lui et ses camarades demeurent attachés à leurs racines rock qu’ils déclinent en mode punk, glam ou vintage, façon Chuck Berry. On en trouve plusieurs manifestations sur le dernier album et semble-t-il que le prochain, en cours de production, jouera aussi dans les talles du hard et du metal.

« La différence est que ça déconne un peu plus. Il y a de l’humour là-dedans parce qu’on refuse de se prendre au sérieux et qu’on laisse aux idées qui nous traversent la tête suffisamment d’espace pour s’installer », raconte l’artiste. Il faudra toutefois patienter pour découvrir ces choses étranges, puisque le groupe ne souhaite pas les casser sur scène.

« On l’a déjà fait, mais pas cette fois-ci. On ne veut pas prendre de plis avant de les enregistrer », explique Jimmy Hunt. En plus des pièces tirées de Rencontrer Looloo, Chocolat privilégie donc son catalogue, de plus en plus substantiel. Les versions « live » sont un peu plus musclées, bien sûr, ce qui rejoint la sensibilité des fans qui, il est bon de le préciser, auront droit à une première partie assurée par la formation Corridor.

« Notre public affiche un intérêt pour la fusion des genres, les albums rock qui tirent dans tous les sens, fait observer Jimmy Hunt. De notre côté, nous roulons des yeux à chaque fois que nous entendons quelqu’un annoncer que le rock va mourir. Sans être « mainstream », les bands comme le nôtre vont continuer à jouer. Et ils auront toujours leur place. »