Déjà 15 ans pour Saguenay Swing

Lors de son apparition dans la région, en 2004, le swing est apparu comme une activité sympathique, branchée et possiblement éphémère. De voir tant de jeunes, dont plusieurs étudiants universitaires, pratiquer cette danse dans les boîtes du centre-ville de Chicoutimi était en effet étonnant. De là à conclure qu’il s’agissait d’une mode, il n’y a qu’un pas que certains ont franchi à tort, puisque l’organisation qui en fait la promotion, Saguenay Swing, célébrera bientôt son 15e anniversaire.

Deux activités permettront de souligner sa pérennité. La première aura lieu la semaine prochaine, alors que deux soirées de cours seront accessibles gratuitement, au Centre des arts et de la culture de Chicoutimi. Le 17 septembre, il sera possible de s’initier au swing et au blues, à 19 h et à 20 h 30, tandis que le 19, on tiendra une classe avancée de swing, puis une formation de base centrée sur le rockabilly jive.

« Ce sont nos premiers cours de la saison et même ceux qui commencent auront du plaisir. Ce n’est pas long avant qu’on soit en mesure de danser », a souligné la présidente de Saguenay Swing, Raphaëlle Guillois, au cours d’une entrevue accordée au Quotidien. Prise en sandwich entre ces deux rendez-vous, la rencontre hebdomadaire des amateurs de swing au bar L’Appartement de Chicoutimi (385, rue Racine Est), prévue pour le 18 septembre à 20 h, illustrera le côté festif associé à cette danse.

« Chaque semaine, nous nous rendons à cet endroit et la soirée commence par une formation destinée aux débutants. Ce n’est pas long qu’on remplit l’établissement », raconte la présidente. Elle ajoute qu’une cinquantaine de personnes gravitent autour de Saguenay Swing, ce qui constitue une hausse sensible par rapport aux premières années. Les moins de 30 ans demeurent nombreux, mais de plus en plus, on remarque la présence de danseurs plus âgés.

Sophie Bédard et Emmanuel Dufour donnent une démonstration de swing sur cette photographie, illustrant le caractère festif de cette danse pratiquée depuis 15 ans, au Saguenay.

« C’est toujours aussi fort, peut-être en raison de la joie de vivre qu’on associe au swing. Il y a également le fait que cette danse permet aux gens d’improviser, sauf dans le contexte d’une compétition. La plupart du temps, on commence en exécutant un rockabilly jive », fait observer Raphaëlle Guillois. Ensuite, les adeptes ont l’embarras du choix, puisque le swing, dont les racines remontent aux années 1920, englobe des variantes comme le boogie woogie, le blues, le jazz, le Lindy hop, le charleston, le jive et le balboa.


« C’est toujours aussi fort, peut-être en raison de la joie de vivre qu’on associe au swing. Il y a également le fait que cette danse permet aux gens d’improviser. »
Raphaëlle Guillois

Une soirée pyjama

L’autre activité organisée dans le cadre du 15e anniversaire aura des airs de retrouvailles. Elle consiste en une soirée qui aura lieu le 27 septembre, au Centre du lac Pouce. Après le souper, les participants pourront danser sur la musique du Saguenay Swing Orchestra. Cette formation dirigée par Éric Dallaire reprendra en effet du service, après une pause de quelques années. « Quand il y a de la musique live, c’est plus énergisant et aussi plus festif. On s’inspire l’un, l’autre », rapporte la présidente.

Les fondateurs de l’école, Marie-Christine Boucher et Nicolas Lavoie, seront présents. Ils en profiteront pour renouer avec la communauté swing, dont plusieurs membres apporteront leur pyjama, puisqu’ils pourront coucher sur place comme si eux-mêmes avaient 15 ans. Ceux qui désirent vivre la totale ont jusqu’au 13 septembre pour réserver, au coût de 45 $ par personne. On le fait via Internet, à l’adresse saguenayswing.com. Pour la soirée seulement, ce sera 15 $ et des billets seront offerts à la porte.

Le swing peut donner lieu à des figures acrobatiques, mais comme en témoigne cette image mettant en vedette Sophie Bédard et Antoine Simard, il est possible de le pratiquer à un niveau accessible au commun des mortels.

« Nous souhaitons accueillir de 50 à 80 personnes et profiter de cet anniversaire pour montrer que Saguenay Swing a fait un bon bout de chemin, depuis ses débuts. Chaque année, ça grandit, ce qui nous donne le goût de continuer. Déjà, nous formons la plus vieille école de swing à l’extérieur de Montréal et de Québec », fait observer Raphaëlle Guillois.