Marc-André Fortin prête sa voix aux personnages de <em>Décembre</em> depuis 13 ans. Cette année, il doit envisager un temps des Fêtes fort différent.
Marc-André Fortin prête sa voix aux personnages de <em>Décembre</em> depuis 13 ans. Cette année, il doit envisager un temps des Fêtes fort différent.

Décembre: saupoudrer de la magie de Noël en temps de pandémie

Anne-Marie Gravel
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien
Le temps des Fêtes sera fort différent pour la troupe de Québec Issime, cette année. La grande famille ne pourra se réunir sur scène pour célébrer avec le public comme elle est habituée de le faire, mais la COVID-19 ne l’empêchera pas de saupoudrer de la magie sur cette période de l’année.

S’il faut oublier les partys musicaux et les représentations devant public, la fresque Décembre n’aura quant à elle jamais été aussi accessible grâce à une captation offerte dans le confort des foyers. La présentation aura l’effet d’un baume pour les spectateurs, mais aussi pour ses artisans qui ont vu tous leurs projets s’envoler.

Marc-André Fortin aurait amorcé sa 13e saison au sein de Décembre, la plus grande production de Noël musicale au pays. Chaque année, il sait à l’avance de quoi aura l’air son temps des Fêtes, partagé entre les réunions avec ses proches et les représentations du spectacle qui prennent des allures de grandes fêtes de famille.

« Habituellement, c’est un gros mois. Tant qu’ils voudront de moi sur le spectacle, je vais savoir ce que je fais en décembre », affirme celui qui prête sa voix aux personnages de Monsieur le curé et de Martin le bûcheron.


« On ne pensait pas s’en servir dans un contexte comme ça. Le spectacle sera présenté en version intégrale d’environ deux heures. C’est un spectacle tellement bien monté. Chaque tableau a sa raison d’être. Ils n’ont pas réussi à couper. »
Marc-André Fortin
La captation de <em>Décembre</em> de Québec Issime, qui sera offerte en webdiffusion, a été enregistrée il y a quelques années à l’aide de 14 caméras.

La représentation présentée a été captée il y a quelques années. Elle réunit 24 artistes sur scène, dont les soeurs Caroline et Karine Riverin, la danseuse Lydia Bouchard et le danseur Georges-Nicolas Tremblay.

Jamais l’équipe de Québec Issime n’aurait cru utiliser la bande vidéo pour semer un peu de joie en temps de pandémie. « On ne pensait pas s’en servir dans un contexte comme ça, assure le chanteur. Le spectacle sera présenté en version intégrale d’environ deux heures. C’est un spectacle tellement bien monté. Chaque tableau a sa raison d’être. Ils n’ont pas réussi à couper. »

Marc-André Fortin se rappelle encore la soirée où a été tournée la vidéo. « Il y avait 14 caméras, certaines étaient de côté dans les coulisses. Je suis certain que la qualité va être excellente. On me dit que c’est vraiment beau. J’ai hâte de voir. »

Le chanteur originaire d’Hébertville au Lac-Saint-Jean est convaincu que la magie opérera à travers un écran. « C’est un spectacle de chaleur, de nostalgie. C’est nos classiques dans des décors majestueux avec des costumes incroyables. Je pense que les gens vont oublier que c’est présenté dans un écran. »

Marc-André Fortin est particulièrement attaché à ses personnages de Martin le bûcheron et de Monsieur le curé qu’il campe chaque année.

Le chanteur est heureux de voir le spectacle présenté au public. Les intéressés pourront se procurer leur accès à la captation moyennant 35 $ sur le site de la Place des arts et au quebecissime.net à compter du 19 décembre.

Marc-André Fortin convient toutefois qu’il s’agit d’une bien mince consolation quand il songe à la déception de ne pouvoir monter sur scène.

« Chaque année, j’ai le même plaisir, le même bonheur à jouer. J’aime aussi retrouver l’équipe. Il y a une synergie. Je crois que ça paraît sur scène. Il y a un esprit de famille. Le bonheur de se retrouver fait partie du plaisir. On doit faire le deuil de ça cette année. Ça va nous manquer. »

Marc-André Fortin doit aussi faire le deuil d’une année qui s’annonçait chargée. « Tout a été reporté. J’avais une super belle année. Le calendrier était rempli d’avril à décembre. »

L’équipe de Québec Issime est convaincue que la magie de Noël pourra opérer même à travers un écran.

Le chanteur devait d’abord présenter le spectacle Deux, les plus grands duos, dans lequel il partage la scène avec Renée Wilkin et Gabrielle Destroismaisons, à 25 reprises. Ensuite, il devait reprendre la route pour 32 dates avec le spectacle musical Je reviens chez nous dans lequel il est en vedette en compagnie de Jean-Philippe Audet, Gabrielle Destroismaisons, Frédérique Mousseau et Simon Fréchette-Daoust.

« Pour l’instant, tout a pu être reporté à l’automne 2021 et à l’hiver 2022. Je suis privilégié. Mais ma peur, c’est que tout reprenne tranquillement. J’ai de la misère à visualiser des gens assis les uns à côté des autres dans une salle pour voir un spectacle à court terme. Je m’accroche à l’espoir d’un vaccin. »