Comme ce fut le cas l’an dernier à Jonquière, Robert Lalonde et Louise Laprade se donnent la réplique dans la pièce L’État, à l’affiche depuis mardi, à Montréal.

Début montréalais prometteur pour «L’État»

Début prometteur pour la pièce L’État, une production du Théâtre La Rubrique qui est présentée depuis mardi, à Montréal. C’est elle qui ouvre la saison 2019-2020 du Théâtre Denise-Pelletier, un rare privilège pour une compagnie enracinée loin des grands centres. Or, tant l’achalandage que l’accueil réservé à cette pièce donnent à penser que cette incursion dans la Métropole se révélera concluante.

«La réponse a été hyperpositive. Le premier soir, les 110 places disponibles à la Salle Fred-Barry étaient occupées, tandis que 70 billets ont été vendus lors de la représentation suivante, ce qui constitue un excellent résultat. En plus, une critique élogieuse a été publiée dans le Journal de Montréal, rapporte Aimie Tremblay, codirectrice générale de La Rubrique.

Comme ce fut le cas il y a un an, à la Salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière, le texte de Normand Canac-Marquis est livré par les comédiens Robert Lalonde, Louise Laprade, Monique Gauvin et Josée Gagnon. Martine Beaulne assure toujours la mise en scène, laquelle a été remaniée. Les changements ont découlé, entre autres, de la cure minceur imposée au texte, avec l’accord de l’auteur.

«Le spectacle dure maintenant 70 minutes, comparativement à 90 dans la version initiale. On a une meilleure compréhension du texte et différentes mesures ont été prises afin d’alléger le ton. C’est ainsi qui, par exemple, Louise porte des vêtements plus clairs», mentionne Aimie Tremblay qui a assisté, mardi soir, à la première montréalaise de L’État.

Étant proche de l’équipe, elle a constaté une certaine nervosité au sein de la distribution, avant l’ouverture du rideau. L’enjeu était important, ce qui n’a pas empêché les interprètes de se montrer à la hauteur de leur mandat. «Ce n’était pas une situation familière pour Josée et Monique. Il y avait du stress, mais elles ont effectué du beau travail et la réaction du public leur a donné confiance. Les touches d’humour qu’apporte le personnage de Monique ont bien fonctionné», raconte la codirectrice de La Rubrique.

Au total, 15 représentations seront données d’ici au 12 octobre, en vertu d’une codiffusion assurée par le Théâtre Denise-Pelletier et le Théâtre La Rubrique. À la fin de cette expérience, les décors et accessoires reviendront au Saguenay, tandis que les comédiens s’investiront dans d’autres projets. Une nouvelle sortie de L’État ne figure pas dans les plans, mais n’est pas écartée. «On attendra les propositions», laisse entrevoir Aimie Tremblay.