Renée Beaulieu, lors du tournage de son film, Les salopes et le sucre naturel de la peau. La réalisatrice sera à la salle Francois-Brassard, le 14 janvier, lors de la projection de son oeuvre.

De la grande visite pour commencer

Le ciné-club de Jonquière débute sa saison en recevant la visite de la réalisatrice Renée Beaulieu, qui présente son dernier film au titre intriguant, Les salopes et le sucre naturel de la peau.

Le film sera projeté lundi soir en présence de la réalisatrice. Elle sera accompagnée du directeur de la photographie originaire de la région, Philippe Saint-Gelais. La réalisatrice y sera pour répondre aux questions des cinéphiles à propos de son deuxième film, qui est décrit comme étant très audacieux.

Pour la directrice de l’organisme établi dans la salle François-Brassard du Cégep de Jonquière, Catherine Boulay, les spectateurs apprécient toujours ces projections en présence des créateurs des œuvres. « Ce n’est pas tous les spectateurs qui restent, mais il y a un noyau qui aime bien discuter avec les artistes et avoir un retour sur le film qu’ils viennent de voir », explique-t-elle au bout du fil.

Les salopes et le sucre naturel de la peau raconte l’histoire de Marie-Claire, une chercheuse en dermatologie, interprétée par Brigitte Poupart, qui entreprend un projet de recherche sur les cellules et la sexualité.

Toujours à l’affût des dernières nouveautés, le ciné-club de Jonquière lance sa saison avec une des sorties québécoises les plus récentes.

Cinéma du monde

Comme à l’habitude, le rendez-vous des cinéphiles présente une série de films qui met en valeur les œuvres cinématographiques internationales en cette première moitié de saison. Le ciné-club de Jonquière présente Le poirier sauvage de Nuri Bilge Ceylan le 21 janvier et Suspiria de Luca Guadagnino, une collaboration entre les États-Unis et l’Italie. Deux films français sont à l’affiche : Mademoiselle de Joncquières d’Emmanuel Mouret le 28 janvier, et Au poste ! de Quentin Dupieux le 11 février.

Du côté des œuvres québécoises, le Ciné-club de Jonquière projette le film Une colonie de Geneviève Dulude-De Celles le 18 février et La grande noirceur, réalisé par Maxime Giroux, la semaine suivante.

Les billets peuvent être achetés sur place, ou encore sur le site eventbrite.ca. La carte de saison, qui donne accès aux 14 films de l’hiver, sera disponible avant la représentation de lundi.

Le reste de la programmation sera dévoilé un peu avant le mois de mars. Le ciné-club procède en deux temps pour pouvoir offrir aux spectateurs des films qui sont près de l’actualité cinématographique.

Chicoutimi

Du côté du ciné-club de Chicoutimi, qui débute lui aussi ses activités lundi, on présente le thriller Burning de Lee Chang-Dong.

Le film sera présenté à deux reprises, soit à 17 h et 19 h 45, au Théâtre Banque Nationale du Cégep de Chicoutimi.