Sept organistes présents au Camp musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean montreront leur savoir-faire lors d’une messe musicale le 14 juillet. Il s’agit d’Étienne Savard et Marc-Aurèle Lacasse à l’avant, Charles Côté, Kevin Paradis et Dorothée Lacasse au centre, ainsi que de Carl-Matthieu Neher et Gabriel Tousignant à l’arrière.

De jeunes organistes dans une messe musicale

Pour un quatrième été, Martin Boucher donnera une session d’une semaine de cours d’orgue, avec un accent sur la liturgie, du 7 au 14 juillet au Camp musical du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ce sera la plus grosse cohorte à ce jour, avec sept organistes. Ces derniers montreront leurs talents à la messe musicale de 14 juillet prochain, au presbytère Saint-Jérôme, dès 10 h.

Selon le professeur, le camp est la seule organisation au Québec qui offre ce type de programme. L’accent sur la liturgie est très rare dans les offres de cours, même si c’est souvent le moyen le plus facile pour ses musiciens de se faire de l’argent en début de carrière.

Les sept organistes proviennent de différents milieux. Certains sont des pianistes avec une formation et qui aimeraient s’initier à cet instrument ou encore des organistes qui souhaitent améliorer leur technique. Ils ont environ entre 13 à 35 ans. 

Parmi eux, on compte Étienne Savard, un jeune musicien de la région. Chaque élève reçoit tous les jours des cours particuliers avec Boucher, afin de se préparer à la messe musicale du dimanche.

Les gens sont attendus au presbytère dès 10 h, pour des préludes musicaux où des ambiances musicales seront créées. La messe, célébrée par le curé Mario Desgagné, commencera à 10 h 30 et les jeunes organistes vont échanger à tour de rôle leur place devant l’instrument. 

M. Boucher est fier de donner aux élèves une occasion unique de performer dans une église, pendant une véritable messe.

Le professeur a aussi avoué qu’il était persuadé que l’événement vaut la peine d’être vu, pour la beauté de l’église, mais aussi du talent musical des organistes. 

« Ce sera une belle heure a passé sur le bord du lac Saint-Jean, ça ne peut pas faire de mal à personne. C’est un beau rendez-vous et en plus c’est gratuit », s’est-il réjoui.