David Marin a trouvé une façon de jumeler ses deux passions, la radio et la musique, dans son nouveau spectacle intitulé Radio Compost. S’appuyant sur l’album Hélas Vegas, il sera présenté les 4 et 5 octobre, au Côté-Cour de Jonquière et au Vieux Couvent de Saint-Prime.

David Marin: un spectacle qui marie la radio à la chanson

Avant de devenir chanteur, David Marin a fait de la radio, un médium qu’il a exploré une nouvelle fois au printemps dernier, dans le cadre d’un projet piloté par l’Association des radios communautaires du Québec. Passant d’un micro à l’autre, le voici qui amorce la tournée découlant de l’album Hélas Vegas, sorti il y a un an. Et tout naturellement, le concept qui sous-tend ce spectacle baptisé Radio Compost est celui d’une émission fictive où il assume la fonction d’animateur.

« Comme j’ai la chance de faire de longues tournées et que je suis conteur de nature, j’ai mis mes histoires en scène dans le contexte d’une émission de radio produite devant public. Le défi consistant à maintenir un bon rythme, il y a des appels provenant des auditeurs, ainsi que des publicités. Je ne voulais pas que ce soit juste un enchaînement de tounes », a décrit l’artiste au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Avant de faire escale au Petit-Champlain de Québec, le 6 octobre, David Marin étrennera son spectacle au Côté-Cour de Jonquière et au Vieux Couvent de Saint-Prime, les 4 et 5 octobre. Appuyé par Réjean Cormier (trompette), Marc-André Landry (basse) et Guillaume Bourque (guitare), ainsi que le Primois Pierre Fortin à la batterie, il servira de larges tranches du nouvel opus, auquel la plupart de ces musiciens ont contribué.

L’avantage est qu’ils en connaissent les contours et que les pièces ont été enregistrées suivant la formule du « live » en studio. « C’est un privilège que de travailler avec l’un des plus beaux bands au Québec. Ces gars sont capables de jouer sur les nuances, de laisser de la place aux mots, mais aussi d’ouvrir les jams quand l’occasion se présente », fait valoir David Marin.

Il faut dire que Hélas Vegas constitue un joli terrain de jeux, ce que vient de confirmer sa mise en nomination à l’ADISQ, dans la catégorie Album folk de l’année. Les musiques sont élégantes, parfois teintées d’accents country, laissant voir à d’autres moments une filiation avec le rock progressif. Ajoutons que les cuivres sont utilisés pour créer des ambiances feutrées, alors qu’on s’attendrait à ce qu’ils empruntent des sentiers balisés par le jazz.

La première du spectacle a eu lieu le 10 septembre, à Montréal. Le concept a tenu la route et la vraie-fausse émission se promènera partout au Québec. David Marin précise toutefois que le programme est appelé à changer. D’un soir à l’autre, on verra apparaître des artistes locaux, comme à la radio, et la liste des pièces interprétées reflétera le statut de jeune vétéran du chanteur. « C’est l’avantage d’être rendu à trois albums. On ne refait pas toujours les mêmes choses », souligne David Marin.