Catherine Allard souhaitait camper Pauline Julien sur les planches depuis des années. Sa rencontre avec l’auteure Marie-Christine Lê-Huu lui a permis de concrétiser son désir, qui prend la forme d’une pièce intitulée Je cherche une maison qui vous ressemble.

Dans la peau de Pauline Julien

La comédienne Catherine Allard était habitée par la volonté d’incarner Pauline Julien sur scène depuis des années. Une rencontre avec l’auteure Marie-Christine Lê-Huu a permis de faire de son désir une réalité. La pièce Je cherche une maison qui vous ressemble, un hommage au couple formé de Pauline Julien et Gérald Godin qui se veut aussi une perspective identitaire, amorce une tournée qui la mènera à la Salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière le 17 octobre prochain.

« Ça faisait des années que Catherine Allard voulait interpréter Pauline Julien sur scène. Elle sentait qu’il y avait aussi quelque chose à faire sur son histoire d’amour avec Gérald Godin. Elle a fait toutes sortes de tentatives qui n’ont pas fonctionné », raconte Marie-Christine Lê-Huu au cours d’un entretien téléphonique.

Catherine Allard l’a approchée il y a deux ans, afin de lui parler de son projet. « C’est des personnages qui m’interpellent beaucoup, mais je ne pouvais pas écrire le désir de quelqu’un d’autre. Ensemble, on a questionné d’où venait son élan. C’est là que j’ai appris qu’enfant, le père de Catherine lui a raconté qu’il avait décidé d’emménager au Québec après avoir entendu Pauline Julien chanter. »

Marie-Christine Lê-Huu avait trouvé son angle de création. Elle a écrit une pièce où le passé et le présent se côtoient.

« Je lui ai fait la proposition. Une fois qu’elle a donné son aval au projet, j’ai eu beaucoup de liberté. J’ai même décidé de faire d’elle et son père des personnages », raconte l’auteure.

Catherine Allard souhaitait camper Pauline Julien sur les planches depuis des années. Sa rencontre avec l’auteure Marie-Christine Lê-Huu lui a permis de concrétiser son désir, qui prend la forme d’une pièce intitulée Je cherche une maison qui vous ressemble.

La pièce fait revivre sur scène, en docufiction, les deux personnalités qui ont marqué l’histoire du Québec. Leur histoire d’amour est au cœur du récit où se mélangent leurs mots, ceux des créateurs et les chansons tirées du répertoire de Pauline Julien.

« Ç’a été beaucoup de travail de documentation. En même temps, je n’avais pas envie d’être prise avec le côté très factuel de l’affaire. En fait, la pièce traite de comment ces personnages ont un écho sur les vies d’aujourd’hui. Assez tôt dans la pièce, les personnages parlent du fait que quand on est mort, il reste une mosaïque des perspectives des autres. Ça nous libérait du réalisme, explique l’auteure. C’est un hommage, mais aussi une perspective identitaire. Les politiciens des années 70 et 80 étaient engagés. J’avais envie de réfléchir sur les traces de cette chose-là aujourd’hui, alors qu’on vit une époque politique assez vide. Il y a un désir de ne pas oublier cette hauteur politique, de se questionner sur où on est et ce qu’il reste de ça. On ne répond pas aux questions, mais on les pose. »

Catherine Allard interprète les pièces de Pauline Julien. « Catherine chante magnifiquement bien, c’est une bonne actrice et une bonne interprète qui s’attache aux mots à l’intérieur d’une chanson, comme le faisait Pauline Julien. »

Gabriel Robichaud a été choisi pour camper Gérald Godin. « Il y avait un parallèle intéressant puisque Gabriel écrit de la poésie. Une chimie s’est installée entre Catherine et lui. C’est comme si le projet s’était porté seul. Tout s’est mis en place, autant pour le choix du comédien que du metteur en scène, Benoît Vermeulen. »

Depuis le début des représentations, en septembre, la pièce reçoit un accueil favorable, autant du public que de la critique.

Catherine Allard et Gabriel Robichaud incarnent Pauline Julien et Gérald Godin dans la pièce Je cherche une maison qui vous ressemble.

« Ça nous touche encore beaucoup cette histoire politique. Dans les salles, ont voit que les jeunes de 20 ans sont aussi touchés que le public de 70 ans. Les plus jeunes se reconnaissent dans les questions qu’ils se posent aujourd’hui », affirme celle qui souligne qu’environ 35 représentations figurent au calendrier. « C’est une belle première saison. »

Je cherche une maison qui vous ressemble sera présentée à la Salle Pierrette-Gaudreault du Mont-Jacob le 17 octobre, 19 h 30. Le coût d’admission est de 37 $ et de 30 $ pour les 30 ans et moins.