Cristian De La Luna sera de retour à Jonquière, samedi soir, alors qu’il présentera son nouvel album, Sabes.

Cristian De La Luna revient en terre d’accueil

Le chanteur Cristian De La Luna sera de retour dans sa ville d’adoption à l’occasion d’un spectacle à La Voie maltée de Jonquière, où il présentera son nouvel album, Sabes.

Originaire de Colombie et résidant désormais à Edmonton, le chanteur profitera de son passage dans la Belle Province pour s’arrêter à Québec et à Montréal, où il participera au festival Coup de cœur francophone. Sabes est en fait le deuxième album de Cristian De La Luna, qui a sorti un premier CD, Puede ser, avec son groupe La Luna de Santiago, un album qui a reçu une nomination aux Western Canadian Music Awards.

Avec Sabes, Cristian De La Luna « veut réchauffer l’hiver qui s’en vient ». Dès les premières notes, on se sent tout de suite transporté à travers l’Amérique latine. Polyglotte, M. De La Luna propose également des titres en français, une langue qu’il affirme avoir eu beaucoup de facilité et de plaisir à apprendre. « Quand j’ai appris le français, j’étais plus jeune. C’était chaleureux, j’étais entouré d’amis. C’était un beau moment de ma vie. Quand on apprend une langue, on apprend aussi la culture. Au Québec, la culture est très axée sur le Québec, la télévision est québécoise, la culture est [distincte]. C’était merveilleux. »

Le chanteur explique que son album est divisé en trois parties, inspirées en grande partie de son expérience lors de son arrivée à Jonquière, le 11 novembre 1999. « Il y a la nostalgie, parce que j’ai dû partir de chez moi, et la solitude que tu ressens quand tu arrives. Il y aussi beaucoup de joie, parce que tu découvres une nouvelle culture, beaucoup de découvertes, tu recommences à zéro. Nous avons été très bien accueillis à notre arrivée, on s’est sentis chez nous. La troisième partie, c’est l’amour. L’amour pour la vie, mais aussi en général. » Cristian De La Luna aime particulièrement les chansons Elle et Mira se fuer, celle-ci exposant le paradoxe entre la nostalgie et la joie.

Pourquoi avoir choisi de quitter Saguenay ? « Je voulais apprendre l’anglais et ouvrir mes horizons », explique le chanteur, qui ajoute revenir à Saguenay plusieurs fois par an, puisque toute sa famille vit ici, à l’exception de son frère, qui demeure à Montréal.

L’expérience migrante au cœur de la musique

Questionné par rapport à la situation actuelle de l’immigration au Québec, Cristian De La Luna relate l’expérience de son arrivée au Québec, il y a 20 ans. « Pour moi, ç’a été une expérience positive. Nous avons été accueillis à bras ouverts. Je crois, en tant qu’immigrant, qu’il faut partager sa culture tout en respectant la culture d’ici. » Il rappelle le processus identitaire qui accompagne l’expérience migrante. « Il y a un processus, une perte d’identité. On se demande “Qui suis-je ?” », explique l’artiste. Il ajoute : « Il faut se rappeler qu’on est très bien ici. »

Avec Sabes, Cristian de La Luna espère lancer un message, celui de continuer à rêver : « Si moi, en tant que personne qui est arrivée ici à 17 ans, j’ai réalisé mon rêve de faire de la musique, les autres aussi sont capables de réussir. Je veux que les gens voient qu’ils sont capables de réaliser leurs rêves et que ça vaut la peine de rêver. »

Cristian De La Luna sera en spectacle à la Voie maltée de Jonquière, le samedi 9 novembre, dès 20 h.