Le Musée du Fjord est très actif sur les réseaux sociaux depuis le début du confinement. ­­
Le Musée du Fjord est très actif sur les réseaux sociaux depuis le début du confinement. ­­

COVID-19: de nombreux défis attendent le Musée du Fjord

Les défis auxquels doit faire face le milieu culturel s’apparentent beaucoup aux réalités des entreprises, selon Guylaine Simard, directrice générale du Musée du Fjord. Les impacts financiers qui accompagnent la pandémie de COVID-19 n’épargnent pas l’organisme baieriverain. Toutefois, même si l’expérience ne peut pas être aussi complète qu’avec les contacts humains lors d’une visite intérieure, le numérique permet au Musée du Fjord de poursuivre son rôle social et éducatif.

Selon Guylaine Simard, la culture est essentielle, vaste et ne concerne pas que les spectacles. « En temps de crise, la culture fait vibrer nos valeurs de partage, de solidarité et de générosité. La culture est tout le temps vitale. Sans elle, la vie serait d’une telle platitude ! La culture est transversale et si présente dans nos vies ! Elle joint de vastes publics. Elle est à la portée de toutes et tous », a-t-elle écrit dans une lettre qui a été publiée sur la page Facebook Solidarité Ô SLSJ.

Dans deux lettres, la directrice générale explique l’impact financier d’une telle crise sur le milieu culturel de la région et la pertinence du numérique face à la poursuite des activités.

« Nous n’étions pas préparés à une telle asphyxie économique. Qui l’était au fait ? Les appels à l’aide fusent de toutes parts tant cette crise et ses conséquences sont un fléau. Elle menace la survie même de plusieurs organisations et précarise grandement les artistes, les techniciens et les autres artisans du milieu culturel, composé de petites et moyennes entreprises et de travailleurs indépendants et plusieurs saisonniers. »

Alors que plusieurs entreprises cherchent à sortir leur tête de l’eau pour passer au travers la crise, de nombreux organismes du milieu culturel peinent à y arriver. L’une des lettres écrites par Mme Simard démontre que la situation financière du Musée du Fjord n’est pas épargnée par la crise. Les pertes des visites scolaires s’élèvent par exemple à plus de 20 000 $.

Toutefois, les alternatives numériques offrent de grandes possibilités. Selon la directrice générale, les réseaux sociaux sont le fer de lance du Musée du Fjord pour démontrer qu’il est toujours vivant et qu’il a toujours l’intention de jouer son rôle social et éducatif malgré la situation particulière. « Nous utilisions déjà notre page Facebook pour partager du contenu, mais nous avons intensifié nos interventions depuis le début du confinement », a-t-elle affirmé, lors d’une entrevue.

La directrice générale du Musée du Fjord a également mentionné que le numérique va toujours demeurer, puisqu’il fait désormais partie des façons de communiquer avec le public. « Les musées de région n’ont pas les mêmes ressources que les grands musées pour produire du contenu numérique avec des moyens techniques hors pair. Nous avons cependant des partenariats prévus et nous pouvons être fiers de ce qu’on arrive à produire avec les moyens que nous avons », a-t-elle ajouté.

Mme Simard explique également que les impacts financiers font plonger l’organisme dans l’inconnu. L’équipe de direction du Musée du Fjord doit planifier sa saison haute à l’aide de paramètres pratiquement inconnus. « Comme tout le monde, nous sommes constamment dans l’attente des instructions de la santé publique et de la municipalité. Nous devons revoir nos programmations et nos expositions tout en tentant d’anticiper le nombre de visiteurs qui pourront peut-être entrer dans le musée dans les prochains mois. »

Même si le Musée du Fjord doit faire face à de nombreux défis, Guylaine Simard reste optimiste quant à la suite. « L’apitoiement et le désespoir ne font pas partie de notre ADN ! La résilience est le fondement même de notre existence », a-t-elle mentionné dans une de ses lettres, en faisant référence à tout individu issu du milieu culturel.