Le Camp musical, sous la direction de Louis Mercier et de David Ellis, veut se rapprocher de la population de Métabetchouan en donnant des concerts en dehors de ses murs.

Concerts au sommet 2018 rejoint son public

Même s’il reste encore deux événements à la programmation des Concerts au sommet, ces spectacles présentés par le Camp musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean, les organisateurs sont déjà satisfaits de la réponse obtenue par le public.

Pour Louis Mercier, la saison 2018 du camp aura été « une très belle saison, fait-il savoir. Le public a été là tous les soirs de représentations ». Cet été, la municipalité de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix a reçu la soprano Marie-Josée Lord, le pianiste Charles Richard-Hamelin, accompagné du Quatuor Saguenay, ou encore la harpiste Valérie Milot.

Le musicien David Ellis, qui partage son temps entre son travail de violoncelliste au Quatuor Saguenay, ses fonctions de directeur artistique au Rendez-vous musical de Laterrière, et son rôle de programmateur au Camp musical de Métabetchouan, pense que les assistances de 2018 ont dépassé celle de l’an dernier.

Même si certaines vedettes de la musique populaire visitent le camp pendant la saison, David Ellis se sert de cette tribune pour que cette ville du Lac-Saint-Jean devienne le centre régional de la musique classique pendant la saison estivale. « Pendant sept semaines, c’est l’image que j’essaie de promouvoir. Le reste de l’année, la musique classique tourne beaucoup autour du Conservatoire », indique M. Ellis.

Huile à moteur
David Ellis, dans le rôle de gestion qu’il occupe au Camp musical, aime se voir comme un facilitateur. « Il y a une image qui m’est venue quand je faisais de la moto. J’essaie d’être comme l’huile dans un moteur dans la manière dont je gère le camp. Moi je suis l’huile, les professeurs du camp et les musiciens sont le moteur », image-t-il.

Les rendez-vous hors des murs de la salle de spectacle, qui ont lieu à la plage Le Rigolet, au parc municipal ou encore à la terrasse Le Belvédère, sont une manière de faire descendre la musique de la montagne et d’aller vers les Métabetchouanais. « On essaie d’impliquer davantage la population parce que le camp a été un peu perçu comme hautain par certains. En descendant, j’ai l’impression que ça devient plus invitant », résume le violoncelliste.

Encore deux concerts
Les concerts du camp musical mettent en vedette des musiciens classiques et populaires, des étudiants qui viennent parfaire leur connaissance sur un sujet, mais aussi des professionnels avec des années d’expérience. Parmi les spectacles qui sont encore à l’horaire, on remarque Vincent Vallières qui viendra défendre ses compositions le 30 août et Florence K., en trio, qui sera le clou de la soirée Bulles et chocolat le 7 septembre, une soirée qui sera agrémentée de champagne et de friandises chocolatées.