C’était il y a trois ans, lors de sa dernière visite au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Coeur de Pirate est de retour dans le cadre de la tournée découlant de l’album En cas de tempête, ce jardin sera fermé. On pourra la voir aujourd’hui, à la Salle Desjardins-Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini, de même que samedi, au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

Coeur de Pirate, pour deux soirs seulement

Coeur de Pirate est de retour dans la région, le temps de donner deux spectacles s’inscrivant dans la foulée de l’album joliment intitulé En cas de tempête, ce jardin sera fermé. Après avoir chanté ce soir, à la Salle Desjardins-Maria-Chapdelaine de Dolbeau-Mistassini, elle se produira samedi à 20 h, au Théâtre du Palais municipal de La Baie.

Il s’agira de sa première visite depuis le début de la tournée et ses fans seraient bien avisés d’en prendre note, puisque ce sera aussi la dernière. « Si on veut me voir au Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’est là que ça se passe, lance l’artiste d’un ton enjoué. Même en ajoutant les escales à venir aux États-Unis, dans l’est du Canada et en France, en effet, son désir de jouer moins souvent que la fois précédente est ancré plus fermement qu’une résolution du jour de l’an.

Elle savoure donc chaque rendez-vous avec le public, dont la fidélité ne se dément guère. Les années passent, l’effet de nouveauté s’est émoussé, mais tout laisse croire que la chanteuse est parvenue à s’inscrire dans la durée. Elle l’a constaté plus tôt cet automne, pendant une série de spectacles donnés en Europe, une impression confirmée en terre québécoise.

« Je suis vraiment chanceuse, parce que ce n’est jamais gagné d’avance. J’ai fait une trentaine de dates en France, en Belgique et en Allemagne, notamment à Cologne, Munich et Berlin, et partout c’était cool. Les gens qui me suivaient à mes débuts sont encore là. Il sont juste un peu plus vieux, tandis qu’au Québec, mon public comprend des enfants et des personnes à la retraite, ainsi que des gens de mon âge », constate Coeur de Pirate.

Le plus drôle est que cette tournée ne devait pas exister, du moins, pas maintenant. Elle a pris forme lorsque l’artiste s’est remise à créer de manière spontanée. « Ce n’est pas un album qui était censé arriver. Je l’ai fait très vite et ça a changé mes plans, mais quand il faut que ça sorte, il faut que ça sorte », raconte la chanteuse qui, à sa manière, partage l’avis de Neil Young à propos de l’inspiration. Quand une idée apparaît, il faut la considérer comme un cadeau et surtout, ne pas la laisser en plan.

Pour revenir au spectacle, il fait la part belle aux nouvelles pièces, dont le ton subtilement rétro témoigne de la culture musicale de Coeur de Pirate. « C’est très années 1970. J’aime les chansons françaises de cette époque, les succès de Dalida, le répertoire de Michel Berger, entre autres. Nous sommes cinq sur scène et les versions « live » sont fidèles », assure-t-elle.

Le public entendra évidemment ses incontournables. Il la verra aussi danser, la différence étant que cette fois, ses mouvements ne se moulent pas à une chorégraphie. Ils lui viennent aussi naturellement que les propos livrés entre deux interprétations, révélateurs de son état d’esprit. « Je fais des observations sans que ce soit prémédité. Je trouve important de partager ce moment avec le public. Depuis le début de cette tournée, on me dit que j’ai l’air d’avoir du plaisir et c’est vrai », affirme Coeur de Pirate.