Coeur de pirate a confié que son trouble de l’image de soi l’empêche parfois de sortir de chez elle et lui donne l’impression que ses vêtements l’«étouffent».

Coeur de pirate invite ses admirateurs à prendre soin de leur santé mentale

Coeur de pirate s’est ouverte à ses admirateurs au sujet de sa dysmorphophobie pour les inviter à prendre soin de leur santé mentale.

Dans une publication sur Instagram dimanche, l’auteure-compositrice-interprète a confié que son trouble de l’image de soi l’empêche parfois de sortir de chez elle et lui donne l’impression que ses vêtements l’«étouffent».

Proche des troubles obsessionnels et compulsifs, la dysmorphophobie se traduit par une perception démesurée d’un défaut physique qui peut même être imaginaire.

«On a beaucoup parlé de santé mentale ces temps-ci et je sais que je suis pas toute seule là dedans», a écrit l’artiste québécoise sur Instagram.

Béatrice Martin, de son vrai nom, souligne que le réseau social peut catalyser sa détresse, surtout parce qu’elle «ne contrôle pas ce qui (lui) est présenté».

Elle a invité ses abonnés à apprendre à connaître leurs limites : «Donc, si vous êtes comme moi, c’est important de se déconnecter du média qui pose problème et de se ressourcer pour se préserver.»

Coeur de pirate poursuit cette semaine sa tournée en Europe, quelques mois après la parution de son nouvel album, En cas de tempête, ce jardin sera fermé .