Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Simon Delisle
Simon Delisle

Clowns thérapeutiques Saguenay: six humoristes réunis pour la cause 

Anne-Marie Gravel
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Rire un bon coup tout en faisant une bonne action. La proposition est fort intéressante en cette période où la population est avide de petits plaisirs. Le 28 avril prochain, six humoristes proposeront leurs numéros dans un spectacle virtuel au profit de Clowns thérapeutiques Saguenay. Une occasion qui, les organisateurs l’espèrent, charmera nombre de téléspectateurs.

La COVID-19 empêche Clowns thérapeutiques Saguenay de tenir son gala en présentiel dans le cadre de sa campagne de financement annuelle. Mais le coronavirus permet également de réunir toute une brochette d’humoristes pour la cause.

Laurent Paquin, Simon Delisle, Rachid Badouri, Mario Tessier, Stéphane Fallu et Mélanie Couture prendront part au Gala humour virtuel qui clôturera la campagne de financement Diagnostic 500 ! lancée il y a quelques semaines.

Mélanie Couture

Tour à tour, ils présenteront leur numéro par l’entremise du WIFI comédie Club. « C’était impensable d’organiser le spectacle habituel en respectant les normes sanitaires. Le spectacle virtuel était notre meilleure option. Peu importe les mesures, on va faire ce spectacle », affirme Josée Gagnon, cofondatrice et directrice générale de Clowns thérapeutiques Saguenay.

La première portion de la campagne, qui visait à convaincre des gens d’amasser la somme de 500 $ en échange de billets virtuels et de différents prix, n’a pas obtenu l’engouement escompté.

« C’est certain qu’on n’atteindra pas nos objectifs. Alors on se concentre sur le show. On est tellement content de réussir à bâtir cette soirée-là, c’est un vrai miracle », estime-t-elle.

Stéphane Fallu

Simon Delisle et Laurent Paquin collaborent avec Clowns thérapeutiques Saguenay depuis cinq ans. « Ils nous aident beaucoup. Ils ont la cause tatouée sur le coeur. Ce sont de merveilleux ambassadeurs. C’est extrêmement précieux. »

Cette année, ils pourront être entourés de plusieurs gros noms de l’humour puisque le spectacle sera enregistré à Montréal et présenté par l’entremise du WIFI comédie Club.

« Le fait que ce ne soit pas au Saguenay demande beaucoup moins d’implication. Avec les horaires, c’est habituellement impossible de réunir tous ces gens. Le spectacle sera présenté en direct. On roule avec deux studios qui sont nettoyés entre chaque prestation », explique Josée Gagnon.

Laurent Paquin

Le nombre de places est limité pour des raisons techniques. Le serveur en place ne peut supporter qu’un certain nombre de connexions.

« Ça va être très convivial. Avoir un gala comme ça à notre portée, c’est quelque chose d’incroyable. »

Ceux qui ont envie d’une soirée de rires doivent donc faire vite, puisque la vente de billets est ouverte à l’ensemble de la province.

Rachid Badouri

Les places sont en vente via la plateforme Weezevent au coût de 35 $ par foyer. Les détails sont disponibles via la page Facebook et le site Web de Clowns thérapeutiques Saguenay.

L’argent amassé servira à la relance des activités de l’organisme qui va à la rencontre des malades de tous âges dans les milieux de soin afin de briser la solitude, d’offrir du soutien et de favoriser l’expression des émotions.

« On demande aux gens de nous aider à faire de cette soirée un succès. Ça va nous permettre d’offrir une reprise des activités à la hauteur des attentes des gens. Malgré les masques et les lunettes, on est encore là. Les gens ont extrêmement besoin. On prépare cette relance puisqu’on s’attend à une demande immense. Il faut s’occuper de l’âme des gens. »

Mario Tessier

Après la première vague, Josée Gagnon souligne que la demande était telle que l’organisme envisageait d’engager de nouveaux comédiens. Mais la seconde vague a freiné les plans de l’organisme, qui a aussi vu ses nouveaux locaux partir en fumée il y a quelques semaines.

« On devait s’installer dans l’ancienne école Riverside d’Arvida la semaine prochaine. On a encore des espaces, mais on ne sait pas pour combien de temps. On est dans la résilience. »