Sophie Day Tremblay est fébrile, mais confiante, à quelques jours du concert qu’elle présentera au Camp musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Centré sur les chansons de Clémence DesRochers, il mobilisera huit musiciens, en plus de l’interprète originaire de Saint-Gédéon.

Clémence DesRochers revisitée par Sophie Day Tremblay

Pour son dernier concert de la saison, le Camp musical du Saguenay–Lac-Saint-Jean offrira une première. Cet événement tenu le 23 août à 19h 30, à la Salle Raymond-Tremblay, amènera une chanteuse originaire de Saint-Gédéon, Sophie Day Tremblay, à revisiter le répertoire de Clémence DesRochers en compagnie de huit musiciens.

Ce sera l’aboutissement d’un chantier amorcé il y a deux ans, mais dont l’origine remonte plus loin dans le temps. On peut dire que le flash initial est venu en 2002, pendant sa participation au concours de chant de Petite-Vallée. «Puisque l’artiste à l’honneur était Clémence, on avait demandé à chaque participant de faire une de ses pièces. Comme je ne voulais pas me limiter, j’ai préparé un medley», a relaté l’interprète il y a quelques jours, lors d’une entrevue téléphonique accordée au Progrès.

Il y a quelques mois, Clémence DesRochers a effectué une apparition au Musée Louis-Hémon de Péribonka, où on peut voir une exposition consacrée à son oeuvre.

Après avoir remporté le concours, sa carrière a emprunté toutes sortes de chemins. Il y a eu ses trois années dans la comédie musicale Les Misérables, où elle a campé le rôle d’Éponine. Un album solo, Fleurs bleues, est sorti en 2009, tandis que la troupe Québec Issime a sollicité ses services en quelques occasions. «J’ai fait Décembre à Montréal et depuis l’hiver dernier, je suis Marie-Jeanne dans Starmania. Samedi, ce sera la fin de notre saison à Sherbrooke», fait observer Sophie Day Tremblay.

À ce bagage, il faut ajouter une formation à l’Université McGill. Elle embrasse le chant et aussi la musique, ce qui nous ramène à Clémence DesRochers. Quand l’idée lui est venue de montrer un spectacle lui rendant hommage, la Jeannoise ne voulait pas juste poser sa voix sur des textes qui, dans bien des cas, sont devenus des classiques. «J’ai réalisé les arrangements. Je propose une relecture qui se situe à la rencontre du classique et du jazz, l’univers d’où je proviens», énonce-t-elle.

PHOTO DE LA UNE
Clémence DesRochers en spectacle au Saguenay, il y a quatre ans.

Son modèle en la matière fut l’album Travelogue, où Joni Mitchell propose des versions différentes de ses compositions. Des gens comme Wayne Shorter, Herbie Hancock et Billy Preston avaient participé à ce chantier ambitieux, l’un des derniers auxquels la Canadienne a prêté son concours. En toute modestie, Sophie Day Tremblay a effectué une démarche similaire au moment d’aborder une première composition, Full Day Of Mélancolie.

«C’est elle qui m’a mise sur la piste, confie-t-elle. Je l’ai reprise à la guitare et rapidement, j’ai entendu les vents qui font partie de la formation qui m’accompagnera au Camp musical. Le travail s’est fait naturellement. J’ai seulement ajouté des accords afin de rendre les harmonies plus denses.» Précisons que huit musiciens, dont deux membres du Quatuor Saguenay, ainsi que Jocelyn Veilleux (cor), Martin Carpentier (clarinette) et Mathieu Lussier (basson), Jon Day (claviers) et Greg Ritchie (batterie), participeront au concert.

En attendant la première de son spectacle consacré à l’oeuvre de Clémence DesRochers, Sophie Day Tremblay participera, samedi, à la dernière représentation de Starmania présentée à Sherbrooke par la troupe Québec Issime. Cette photographie a été captée pendant les répétitions.

Ce sera l’aboutissement de ce que la chanteuse appelle «un coup de coeur artistique». Son désir de mettre à l’avant-plan les chansons de Clémence DesRochers, souvent éclipsées par ses monologues, deviendra enfin réalité. «Je lui ai écrit. Ce fut notre seul contact et Clémence a répondu qu’elle était contente que ses pièces soient reprises. Moi, je suis contente que la première ait lieu chez moi, en présence des gens que j’aime. Je ressens de la fébrilité, mais je suis confiante», résume Sophie Day Tremblay.

+ DES CHANSONS PLUS COMPLEXES QU'ON PEUT L'IMAGINER

Ceux qui croient que les chansons de Clémence DesRochers sont toutes pareilles ne les fréquentent pas aussi assidûment que Sophie Day Tremblay. La confection des arrangements qui seront livrés pour la première fois le 23 août, au Camp musical de Métabetchouan, lui a permis de découvrir que chaque composition possède une vie qui lui est propre.

Ainsi en est-il de L’homme de ma vie, qu’il ne faut pas confondre avec le succès qui a fait de Diane Dufresne une star au début des années 1970. «Cette pièce parle de son père. J’ai vu Clémence la faire il y a deux ans, sur scène, et c’était tellement beau. J’ai vécu un moment de profonde émotion et dans ma version, on retrouve une ambiance mystique. Les arrangements sont inspirés du chant grégorien», mentionne la Jeannoise.

À l’opposé, du moins au plan musical, il y a Le géant. Le titre désigne le cancer, la maladie qui, sournoisement, a emporté la mère de Clémence DesRochers. «J’ai réservé à cette composition un traitement plus rock», révèle Sophie Day Tremblay. Quant à La vie d’factrie, ce magnifique portrait d’une ouvrière, elle possède un rythme évocateur du bruit que faisaient les machines meublant ses journées.

Le concert mettra aussi en relief des trésors méconnus, dont un qui a donné du fil à retordre à la Jeannoise. Il s’agit de La robe de soie. «Cette pièce au débit rapide est étonnamment difficile à chanter. Elle consiste en une valse assez jazz, dans laquelle on retrouve des accords complexes. C’est celle qui m’a donné le plus de misère», reconnaît l’interprète.

Elle qui planche sur ce projet depuis des années, qui le porte avec tant de ferveur, souhaite évidemment l’inscrire dans la durée. C’est ainsi qu’après la première tenue au Camp musical, des démarches seront effectuées dans le but de monter une tournée hivernale. «On peut donner ce concert à dix, mais il ne manquerait pas grand-chose pour qu’un orchestre symphonique se l’approprie. Je veux aussi produire un enregistrement», laisse entrevoir Sophie Day Tremblay.