Le film <em>Brume d’Islande</em>
Le film <em>Brume d’Islande</em>

Une pluie de films d’auteur aux Percéides

Simon Carmichael
Simon Carmichael
Initiative de journalisme local - Le Soleil
Le cinéma d’auteur d’ici et d’ailleurs sera à l’honneur pendant le 12e festival des Percéides, qui aura lieu du 14 au 20 août. Cette année, les représentations auront lieu sous les étoiles, au ciné-parc Paradiso, près de Percé.

Les cinéphiles gaspésiens auront l’occasion de voir de nombreux films qui en seront à leur première diffusion dans la péninsule et même au pays ou dans le monde, dont le documentaire Les Rose de Félix Rose, présenté en première mondiale en ouverture de festival.

L’organisation des Percéides célébrera de nouveau le cinéma d’auteur en 2020, recevant notamment le long-métrage Nos mères du réalisateur Cesar Diaz, qui a remporté la Caméra d’or du Festival de Cannes l’an dernier ainsi que le film Brume d’Islande, un drame du réalisateur islandais Hlynur Palmason. Le film a été présenté en première mondiale à la Semaine de la critique du Festival de Cannes en 2019.

«Le cinéma d’auteur fait partie de l’ADN des Percéides. On veut le rendre plus accessible, particulièrement en Gaspésie, où c’est difficile d’en consommer», explique le directeur général et artistique du festival, François Cormier.

Parmi les productions programmées, les Percéides présenteront le long-métrage Kuessipan de la réalisatrice Myriam Verreault, Les misérables, du réalisateur Ladj Ly, ou encore le film d’animation du réalisateur et illustrateur italien Lorenzo Mattotti La fameuse invasion des ours en Sicile.

De nombreux films tournés dans la péninsule gaspésienne seront aussi diffusés lors du festival, notamment le court-métrage À la rescousse de l’ours de Louis Bodart, récompensé au Sommet du film d’animation de Montréal. Il sera aussi possible de voir le film Je finirai en prison d’Alexandre Dostie, un court-métrage qui a été sélectionné au réputé Festival du film de Sundance. Le court-métrage Clebs de la réalisatrice québécoise Halima Ouardiri, présenté en première mondiale à la Berlinale, sera aussi présenté lors des Percéides.

Le film <em>Nos mères</em>

Rencontres en perspective

En plus des quelques représentations chaque soir, en plein air, les amateurs de cinéma auront l’occasion de rencontrer certains réalisateurs lors de discussions devant public. Le réalisateur Félix Rose s’entretiendra notamment avec la réalisatrice gaspésienne Alexandra Guité lors d’une rencontre publique. Le long-métrage raconte l’histoire familiale des felquistes Paul et Jacques Rose, installés à Percé en 1969 pour y ouvrir «La maison du pêcheur», un lieu de rassemblement et d’éveil politique qui a fait beaucoup jaser à l’époque.

Il sera aussi possible d’assister à une rencontre avec le réalisateur du long-métrage Suspect numéro un, Daniel Roby. Celle-ci sera animée par le directeur général et artistique du festival, François Cormier.

Les Percéides auront lieu du 14 au 20 août prochain.