Des amateurs de Star Wars se sont costumés pour la première britannique du plus récent film de la série, la semaine dernière à Londres.
Des amateurs de Star Wars se sont costumés pour la première britannique du plus récent film de la série, la semaine dernière à Londres.

Saga Star Wars: «Ce n’est que le début»

LOS ANGELES — Après «L'ascension de Skywalker», quel avenir cinématographique attend l’univers Star Wars, entre baisse des recettes, critiques plus que mitigées et intrigue censée définitivement clore la saga entamée en 1977?

Conçu comme le bouquet final d’une trilogie de trilogies qui s’est étendue sur 42 ans, le film a récolté plus de 177 millions de dollars aux États-Unis et au Canada pour son premier week-end d’exploitation. Au total, l’épisode IX de Star Wars a empoché plus de 375 millions dans le monde depuis sa sortie la semaine dernière.

Bien des cinéastes seraient prêts à céder au côté obscur de la Force pour obtenir une telle performance. Elle est pourtant bien inférieure à celle des deux précédents épisodes de la saga Skywalker, Le réveil de la Force (2015) et Les derniers Jedi (2017).

Les critiques des professionnels ont en outre été globalement négatives, beaucoup reprochant à l’équipe du réalisateur J. J. Abrams de jouer sur les mêmes vieilles ficelles.

Disney, qui détient les droits de Star Wars, avait senti le vent tourner. Pour éviter de lasser le public, son PDG Bob Iger avait déjà souhaité espacer davantage les sorties dans le temps, reconnaissant que son idée de départ de sortir un film par an était trop ambitieuse.

Le patron du numéro un mondial du divertissement ne compte pas pour autant ranger ses vaisseaux spatiaux au hangar. «Ce n’est que le début», a-t-il assuré lors de la présentation du film à Los Angeles la semaine dernière.

«Nous savons que les fans voudront un autre film, ou quelques autres, et nous allons les fabriquer», a déclaré Bob Iger. «Mais c’est vraiment important de ne pas faire un film tant qu’il n’est pas prêt […] Nous ne sommes absolument pas pressés», affirme-t-il.

Nouveaux personnages, nouveaux horizons

Aucun détail n’a été divulgué quant à la suite. Les spéculations vont donc bon train.

À ce jour, aucun film Star Wars n’apparaît dans le programme publié par Disney avant décembre 2022. Sans titre à ce stade, ce prochain volet devrait être suivi par d’autres en 2024 et 2026.

Doug Chiang, vice-président et directeur de la création de LucasFilm, a confirmé qu’il travaillait déjà à de nouvelles idées de scénarios.

«Maintenant que la saga Skywalker est terminée, nous pouvons vraiment aller de l’avant et découvrir de nouveaux personnages, de nouveaux mondes et de nouvelles planètes. Donc je trouve ça vraiment stimulant», a-t-il dit.

Le flou plane encore sur ceux qui seront aux commandes. Le duo de créateurs ayant porté la série à succès Le trône de fer, David Benioff et D. B. Weiss, devait piloter la prochaine trilogie à compter de 2022. Mais ils se sont désistés après avoir signé un gros contrat avec Netflix.

Une autre trilogie développée par Rian Johnson, réalisateur du polémique Les derniers Jedi, reste dans les tuyaux.

Mais la patronne de LucasFilm, Kathleen Kennedy, a déclaré récemment que Star Wars pourrait arrêter les triptyques. «Je pense que ça nous offre une vision plus ouverte de la narration, et que cela ne nous enferme pas dans une structure en trois volets», expliquait-elle au Los Angeles Times.

Kevin Feige, l’homme derrière le succès spectaculaire des opus de super-héros Marvel, devrait produire un nouveau Star Wars qui n’est encore qu’au tout début de sa phase de développement, ajoutait Mme Kennedy.

Réalisateur du Réveil de la Force et L'Ascension de Skywalker, J. J. Abrams ne sillonnera pas la galaxie étoilée de si tôt car il vient de signer un accord d’exclusivité avec les studios Warner Bros.

À court terme, c’est à la télévision et en streaming que les héros de la franchise semblent voués à s’épanouir.

La série Le Mandalorien, conçue par Disney pour le lancement de sa plateforme de streaming, est un succès, notamment porté par son mystérieux personnage de «bébé Yoda».

«Comme Le Mandalorien le montre, ce n’est que le point de départ de ce qui pourrait être une quantité infinie d’histoires venant de galaxies lointaines, très lointaines», a expliqué Bob Iger.

D’autres séries devraient rapidement voir le jour pour permettre à Disney+ de concurrencer les autres géants de la vidéo à la demande. Ewan McGregor fera ainsi son retour en tant qu’Obi-Wan Kenobi pour une série, de même que les héros du film Rogue One (2016).