<em>Ava </em>avec Jessica Chastain 
<em>Ava </em>avec Jessica Chastain 

Rentrée: les plateformes ont le vent dans les voiles

Éric Moreault
Éric Moreault
Le Soleil
Les plateformes de webdiffusion ont amplement profité de la pandémie de COVID-19 et vont continuer à le faire. Les grosses sorties vont se multiplier cet automne. Juste sur Netflix, on retrouvera les nouveaux films de Charlie Kaufman, Aaron Sorkin et Ben Wheatley. Disney a aussi décidé de privilégier le streaming en dévoilant Mulan sur son site plutôt qu’en salle.

Un énorme pari dans ce dernier cas puisque le splendide long métrage en prise de vues réelles était destiné au cinéma. Mais la compagnie, comme les autres studios, a pris note d’une tendance qui s’est accentuée avec le coronavirus. Universal, par exemple, a lancé Les Trolls 2 : Tournée mondiale en vidéo sur demande (VSD) au coût de 25 $. Résultat : plus de 100 M$ de recette en trois semaines...

Pas pour rien que Disney + a modifié sa plateforme pour qu’on puisse louer Mulan (à 34,99 $) sans s’y abonner. Elle n’aurait pas déployé de tels efforts pour un seul long métrage. Comprendre : si les revenus sont là, certains films vont faire leur arrivée directement en VSD plutôt qu’en salle.

C’est d’ailleurs le cas pour pour d’autres diffuseurs avec, entre autres, Ava de Tate Taylor (La fille du train) avec Jessica Chastain, John Malkovich, Common, Geena Davis et Colin Farrell (25 septembre) ou d’On the Rocks de Sofia Coppola avec Bill Murray et Rashida Jones (octobre).

<em>Le Diable, tout le temps</em>: Tom Holland dans la peau d'Arvin Russell. 

Du côté de Netflix

Dans ce contexte, Netflix a beau jeu de diffuser ses films comme prévu. À commencer par Je veux juste en finir de Charlie Kaufman (4 septembre), dont ce sera la troisième réalisation, et à qui on doit les scénarios de Dans la peau de John Malkovich, Confessions d’un homme dangereux ou encore Du soleil plein la tête.

La semaine prochaine, ce sera au tour du Diable, tout le temps, suspense horrifique avec Tom Holland (Spider-Man) dans le rôle principal ainsi que Robert Pattinson, Jason Clarke et Riley Keough. Antonio Campos (Christine) signe l’adaptation du roman du même nom.

Le 16 octobre suivra Les sept de Chicago du doué Aaron Sorkin (Le réseau social, Steve Jobs) qui relate les manifestations qui se sont déroulées en marge de la convention démocrate de 1968 et du retentissant procès qui a suivi. La sortie, quelques semaines avant les élections américaines, n’est pas innocente…

<em>Les sept de Chicago</em> du doué Aaron Sorkin sera diffusé le 16 octobre.

On retient aussi une nouvelle adaptation de la Rebecca de Daphné du Maurier. Ben Wheatley (High-Rise) s’y est attaqué 80 ans après Alfred Hitchcock avec Lily James, Armie Hammer et Kristin Scott Thomas (21 octobre).

Lily James dans <em>Rebecca</em>.