Cathleen Rouleau a proposé 45 minutes de son meilleur matériel au public du festival ComediHa! Saguenay jeudi soir. L'humoriste a suscité les rires à maintes reprises avec une dose d'audace.

Cathleen Rouleau se dévoile

Le temps où plusieurs des quelque 250 spectateurs réunis sous le chapiteau du festival ComediHa! jeudi ignoraient tout de Cathleen Rouleau est maintenant révolu. L'humoriste a servi un spectacle de 45 minutes suscitant les rires et faisant en sorte qu'ils auront dorénavant bien plus qu'un visage en tête lorsque son nom sera évoqué.
Une scène, un micro, une humoriste et un public prêt à s'amuser et à faire de nouvelles découvertes. Tout était en place pour que le premier spectacle officiel de la première édition du festival ComediHa! Saguenay se passe dans le plaisir.
D'entrée de jeu, la diplômée de l'École nationale de l'humour a demandé au public qui ne la connaissait pas de se manifester par applaudissements. 
Plusieurs ont répondu à sa demande en frappant dans leurs mains, une situation qui n'a pas semblé déstabiliser l'humoriste le moins du monde. 
La rencontre entre un humoriste et un nouveau public. Voilà ce que permet le festival du rire. 
Jeudi soir, Cathleen Rouleau montait sur scène dans le cadre d'un spectacle intitulé À 3/4 d'heure du succès. Le concept est simple; on offre à des humoristes qui sont tout près d'avoir leur premier one man show de faire découvrir 45 minutes de leur matériel. C'est le genre de proposition où le public sort gagnant. Il n'a droit qu'au meilleur. 
Cathleen Rouleau a souligné à maintes reprises son bonheur d'être sur la scène aménagée sur la Zone portuaire de Chicoutimi. 
Devant un public réceptif, elle a parlé de la famille, des relations frères soeur, de son premier ''kick'' et... de fissure anale. 
Cathleen Rouleau peut amener le public n'importe où. Avec son air inoffensif, elle surprend les spectateurs avec une dose d'audace et d'effronterie. 
«Vas-tu mourir?» a-t-elle demandé à un spectateur qui toussait beaucoup. «S'il te plaît, fais-le, ça serait tellement une belle anecdote!», a-t-elle lancé suscitant les rires. 
Le public a pu voir Cathleen Rouleau à la télévision, notamment comme animatrice du Show Parallèle à Musique Plus, comme chroniqueuse à Sucré Salé, Cap sur l'été et Cliptoman, à titre de panelliste à Atomes Crochus et de comédienne dans LOL:-) et plusieurs publicités. 
C'est toutefois sur une scène qu'il risque de la voir de plus en plus souvent, ce que tendent à démontrer sa participation à de nombreux festivals autant au Québec qu'en Europe ainsi que la réaction du public de Saguenay.
Samuel Lemieux, qui a grandi à Kénogami, a intégré de brillante façon ses racines saguenéennes à son numéro.
Mathieu Lévesque, de Dolbeau, a suscité les rires dès qu'il a prononcé ses premières phrases.
Du talent d'ici
Armés d'une bonne dose de courage, sept humoristes en devenir ont profité de l'Open mic jeudi soir pour tester leur matériel devant public. Du nombre, trois sont originaires de la région, et ils se sont drôlement bien débrouillés. 
L'Open mic, animé efficacement par l'humoriste originaire de la région Simon Delisle, a donné le coup d'envoi au festival du rire de belle façon. 
Le festival a offert une scène et un public à des amateurs d'humour. 
Certains qui proviennent de la région ont parcouru quelques kilomètres pour profiter de l'occasion qui leur était offerte. D'autres sont partis des quatre coins du Québec pour faire de même.
Maxime Pearson, un sympathique enseignant de mathématiques de Dolbeau, a séduit le public avec ses blagues et sa façon de les raconter.
«La plupart commencent dans le milieu. On ne dialogue pas avec eux. Ce n'est pas un spectacle dont vous êtes le héros», a averti avec humour Simon Delisle avant que le premier participant monte sur scène. 
Pendant une heure, les humoristes ont présenté à tour de rôle huit minutes de matériel.
Les spectateurs ont pu faire des découvertes, et parmi les plus belles, figure la rencontre avec trois jeunes humoristes de la région. 
Maxime Pearson, un sympathique enseignant de mathématique de Dolbeau a séduit le public avec ses blagues et sa façon de les raconter. Le coloré Mathieu Lévesque, également de Dolbeau, a suscité les rires dès qu'il a prononcé ses premières phrases. Quant à Samuel Lemieux, il a su intégrer brillamment ses racines saguenéennes à son numéro. 
Lorsqu'il a quitté le chapiteau, le public n'a pu que poser un constat: il y a de la relève en humour.