L'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean a lancé sa programmation jeudi, à Chicoutimi, en présence de Nathalie Camus du Quatuor Saguenay, du président Michel Harvey, de la directrice générale Christine Boily et du maestro Jean-Michel Malouf.

Carte blanche pour Jean-Michel Malouf

Pour la première fois depuis qu'il est devenu directeur artistique de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean-Michel Malouf a pu partir d'une page blanche afin de monter la programmation de la prochaine saison. Au lieu de prendre un train en marche, comme ce fut le cas l'an dernier, le jeune maestro a eu le privilège d'effectuer ses choix en toute liberté, du moins, dans la mesure où ses ambitions entraient à l'intérieur du cadre budgétaire.
«J'ai trouvé ça le fun. J'ai pu dresser une liste des idées qui me sont passées par la tête, avant de prendre connaissance des suggestions émises par différentes personnes, notamment les musiciens. Ma priorité consistait à offrir un contenu varié et c'est ce que montreront les grands concerts de la saison 2017-2018», a-t-il souligné jeudi, lors d'une entrevue accordée au Quotidien dans la foulée d'une rencontre de presse tenue au Conservatoire de musique de Saguenay.
Jean-Michel Malouf a d'abord pris acte de la réaction du public et des musiciens lors de la première visite de Charles Richard-Hamelin dans la région, il y a un an. Ce n'est pas pratique courante que de ramener un soliste aussi rapidement, mais personne ne le lui reprochera dans ce cas-ci. Le pianiste se joindra donc à l'orchestre les 23 et 24 septembre, à la Salle Michel-Côté d'Alma et au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.
«J'en ai profité pour amorcer la saison avec un concert dont la forme sera classique, puisqu'il comprend une ouverture, (celle de La clémence de Titus, de Mozart), un concerto (le Concerto pour piano no. 3 de Prokofiev) et une symphonie (la Symphonie no. 2 de Brahms). Le Prokofiev, où on entendra Charles Richard-Hamelin, est une oeuvre post-romantique avec une couleur moderne, une oeuvre très riche, laissant filtrer plein d'influences», décrit le maestro.
Le Choeur symphonique, lui, entrera en scène les 9 et 10 décembre, à l'église Saint-Mathias d'Arvida, puis à l'église Notre-Dame de Roberval. Il participera à l'interprétation de la Messe de minuit pour Noël de Charpentier, tandis que la deuxième partie comprendra des chants traditionnels entonnés par des élèves de la classe de chant du Conservatoire de musique de Saguenay.
«Comme Charpentier avait intégré des airs traditionnels dans sa Messe, il pourrait y avoir des croisements, des pièces qu'on entendra deux fois. Ce sera intéressant parce que les arrangements seront différents», fait valoir Jean-Michel Malouf. Le 28 janvier, par ailleurs, d'autres élèves, ceux de l'école La Carrière de Chicoutimi-Nord, joueront au début du concert intitulé Baroque jusqu'au bout des doigts.
Quant au programme proprement dit, offert le 28 janvier, au Théâtre Banque Nationale, il mettra la flûte à bec à l'honneur par l'entremise du soliste Vincent Lauzier. On le verra changer d'instrument fréquemment, passant de la flûte ténor à la soprano, entre autres, afin de se glisser dans l'univers de Vivaldi, Purcell, Haendel et Telemann. De son côté, l'orchestre s'offrira un titre de Bach en lever de rideau, soit la Suite no. 1 pour orchestre en do majeur.
Un concert extérieur
La prochaine saison épousera des accents français grâce à la Messe de Charpentier, mais aussi le programme baptisé Les maîtres français: splendeur et intériorité. Le Choeur symphonique sera de retour, alors que l'orchestre s'attaquera au Menuet antique de Ravel, aux Nocturnes de Debussy et au Requiem de Fauré, l'un des plus beaux et les plus populaires du répertoire moderne. «Ce sera exigeant pour les choristes», indique Jean-Michel Malouf.
Fait à noter, un voile de mystère enveloppe le dernier concert de la saison, puisque la chanteuse qui devrait y participer n'a pas encore officialisé sa présence. On peut tout de même signaler qu'elle se joindra à l'orchestre dans le cadre du Festival jazz et blues de Saguenay, le 21 avril, au Théâtre Banque Nationale. «Il y aura sûrement du jazz et du blues, peut-être aussi de la chanson populaire», laisse entendre le maestro.
Une autre surprise prendra la forme d'un concert extérieur qui aura lieu à l'automne, possiblement à la fin de septembre. Ce sera le premier de l'orchestre depuis l'événement tenu à Jonquière, sur le mont Jacob, avec le concours du groupe trad Train d'Enfer. La date et le lieu n'ont pas été précisés, ni la nature du programme, mais ce qui était clair jeudi, c'est à quel point ce projet enthousiasme Jean-Michel Malouf.
«Je trouve ça important parce que ce concert auquel on pourra assister gratuitement nous donnera la chance de faire du développement de public. En plus de notre clientèle, qui aura accès à une sixième activité pour le même prix, nous allons rejoindre toutes sortes de gens, notamment des jeunes, et peut-être que certains auront le goût de revenir. C'est l'équivalent de semer à tout vent», énonce-t-il.
Virtuose, le spectacle viendra dans la région
Si vous avez déploré la décision de Gregory Charles de ne pas venir dans la région avec les jeunes musiciens révélés dans l'émission Virtuose, il y a quelques mois, encerclez la date du 19 novembre sur votre calendrier. Ce jour-là, à 14h, le chanteur présentera Virtuose, le spectacle au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, à l'occasion d'un événement de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean intégré à la série Découvertes musicales.
Ce sera le deuxième rendez-vous de la saison et il se distinguera des trois autres en raison de la longueur. D'ordinaire, cette série ayant pour fin de rajeunir le public propose des concerts ne dépassant pas une heure. On fera donc une exception pour Gregory Charles et ses protégés, dont le talent a pu s'exprimer pour une deuxième saison à la télé de Radio-Canada.
«Je suis impressionné par la qualité des musiciens qui participent à cette émission», a souligné le directeur artistique de l'orchestre, Jean-Michel Malouf, lors d'une rencontre de presse tenue jeudi, à Chicoutimi. C'est lui qui a monté la programmation et justement, le premier événement de la saison, prévu pour le 29 octobre, a pour titre Le choix du chef. Pour l'heure, on ne sait pas de quoi il en retourne, ce qui correspond au désir du maestro de laisser durer le suspense.
Toujours dans le but d'élargir le public, le Concerto des bruits qui courent prendra l'affiche le 25 février, toujours au Théâtre Banque Nationale. On parle ici d'un trio étonnant, puisqu'il comprend des percussionnistes et des acrobates. Quant à l'ultime rendez-vous, celui du 25 mars, il permettra aux fans de Qw4rtz, un groupe qui comprend Jean-Michel Malouf, de revoir leur quatuor vocal favori.
«Ces artistes donnent un spectacle incroyable, hyper dynamique. Je les avais découverts à leurs débuts, au Camp musical du Saguenay-Lac-Saint-Jean, et j'avais été impressionné par leur performance. Je suis content de les voir revenir, d'autant qu'ils sont rendus à un niveau supérieur», affirme le directeur artistique de l'orchestre.