Michèle Richard, Claude Barzotti et Plastic Bertrand fouleront la scène du Centre Vidéotron, le 25 mai, dans le cadre de La Tournée des idoles.

Ça plane pour Plastic Bertrand

Parce qu’il est moins présent à la radio et sur nos scènes, on pourrait croire que la carrière de Plastic Bertrand est en dormance. Ce ne serait que normal, 40 ans après la sortie de Stop ou encore et Téléphone à téléphone mon bijou. Or, la réalité est différente, ainsi que l’a confirmé le chanteur âgé de 65 ans, il y a quelques jours, lors d’une entrevue téléphonique accordée au journal.

Il vient de mettre la touche finale à une tournée qui a donné lieu à 80 concerts, les deux derniers s’étant déroulés au Stade de France, ainsi qu’au Stadium de Lyon. En parallèle, un album est en chantier, fruit d’une collaboration avec Alec Mansion et Dan Lacksman, connu pour son travail au sein du groupe Telex. Et pour mettre une touche de fantaisie à cette liste, la ville de Bruxelles tiendra une cérémonie le 29 mai, pendant laquelle le célèbre Manneken-Pis sera vêtu comme lui dans le clip de Ça plane pour moi.

« Il s’agit d’un grand honneur, une chose qu’on fait rarement », commente Plastic Bertrand. Son enthousiasme est manifeste, un état d’esprit que nourrit également sa prochaine visite au Québec. Rappelons qu’il participera au spectacle La Tournée des idoles, le 25 mai à 13 h 30 et 19 h 30, au Centre Vidéotron de Québec. Sa fenêtre sera courte, quelque chose comme une quinzaine de minutes, mais il en fera bon usage.

« Je présenterai un genre de ‘‘best of’’, les trois ou quatre chansons qui ont été les plus populaires au Québec. Il y aura Téléphone et Ça plane pour moi, mais aussi Stop ou encore, une pièce qui a eu plus d’impact chez vous. Ça m’a beaucoup plu, parce que j’aime l’idée que les peuples affichent des goûts différents », fait observer le chanteur originaire de la Belgique.

Cette incursion au Québec, même le temps d’un clin d’oeil, pourrait générer des retombées dans un avenir rapproché. L’artiste brûle en effet du désir de présenter des spectacles complets de ce côté-ci de l’Atlantique. La dernière fois, ça s’est produit en 2018, à Montréal. « Je vais préparer la suite, puisque je ferai une nouvelle tournée en 2020 ou 2021 », confirme Plastic Bertrand.

Il est d’autant plus confiant que les nouvelles compositions, celles qui figureront sur son dixième album, seront très dansantes, en même temps que surprenantes. Dan Lacksman étant associé à la mouvance électro, il est clair que ça se jouera de ce côté. « Je m’afficherai dans un style que personne n’attend. Si j’ai encore la pêche, c’est parce que je n’aime pas quand ça ronronne », énonce l’artiste.

Se décrivant comme un hyperactif, il apprécie le fait que sa carrière soit aussi florissante, après toutes ces années. Il y a la France et la Belgique, évidemment, mais aussi l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et l’Australie, où on le voit apparaître à intervalles réguliers. Même aux États-Unis, on se souvient de lui, un phénomène auquel contribuent les films dans lesquels on entend ses succès. C’est ainsi que Ça plane pour moi a fait sa niche dans Le loup de Wall Street, entre autres exemples.

« Ce qui est tout aussi bien, c’est que je comprends mieux ce qui se passe qu’à l’âge de 20 ans. Aujourd’hui, je réalise la chance que j’ai. Je ne me prends pas au sérieux, mais je travaille sérieusement », résume Plastic Bertrand.

+

POUR Y ALLER

Quand ? Vendredi 14 juin

Où ? Parc Major

Renseignements : 613-321-0102 ; lepointdevente.com