L’équipe de la production de Britannicus répète depuis septembre. Ici, on peut voir les comédiens Christian Ouellet et Marilou Guay.

Britannicus, une tragédie moderne

En présentant une version moderne de la tragédie Britannicus de Jean Racine, du 15 au 26 novembre à la salle de concert du Conservatoire de musique de Saguenay, la compagnie régionale Les Têtes Heureuses a décidé de se faire plaisir et d’offrir au public du théâtre de texte comme il s’en fait rarement de nos jours.

« Le plaisir, il n’y a vraiment pas d’autre raison de faire du théâtre ! Ça fait longtemps que nous avions le goût de faire du Racine, et là on avait la chance de se le permettre, avec les comédiens qu’il faut, qui ont l’âge et l’expérience », confie en entrevue téléphonique la directrice de production Hélène Bergeron. Cette dernière a fondé la compagnie avec le metteur en scène Rodrigue Villeneuve il y a 35 ans.

« Racine, on voit surtout ça à la Comédie-Française maintenant... »

Les comédiens auront un beau défi, leurs répliques étant toutes en alexandrins. « Ce n’est pas évident, lance Hélène Bergeron. Ce sera un thriller mental. Il s’en passe des choses dans la pièce, en une journée ! On ne voit pas de sang, pas de bataille, tout est raconté par les personnages. »

L’histoire inspirée de l’Empire romain sera transposée dans l’époque contemporaine, pour montrer que « la politique, ça n’a pas vraiment changé ». 

On retrouve au pouvoir Néron, interprété par Martin Giguère. Sa mère Aggripine et son frère Britannicus seront joués respectivement par Sara Moisan et Christian Ouellet. Éric Chalifour sera le précepteur Burrhus et Bruno Paradis prendra les traits du sournois Narcisse. Aux côtés de ces visages bien connus du milieu théâtral saguenéen figurera une jeune comédienne à l’aube de sa carrière professionnelle, Marilou Guay, qui jouera Junie, la fiancée de Britannicus.

Les répétitions ont commencé en septembre. Les Têtes Heureuses collaborent avec le Conservatoire pour la première fois. La tragédie sera présentée dans une salle qui n’a pas l’habitude d’accueillir du théâtre. Avant les représentations, la musique des étudiants de l’institution accompagnera les spectateurs. Le violoncelliste François Lamontagne jouera aussi en direct pendant la pièce, en plus de l’ambiance sonore déjà enregistrée en collaboration avec la Chaire de recherche en dramaturgie sonore de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Les représentations auront lieu du mercredi au samedi à 20 h et le dimanche à 16 h. Les billets, au coût de 25 $ ou de 22 $ pour les étudiants et les artisans, peuvent être réservés au 418-545-5011, poste 5297 ou via l’adresse courriel helene_bergeron@uqac.ca.