Le vice-président brésilien, Hamilton Mourao, a mis au défi mercredi l’acteur américain Leonardo DiCaprio de se rendre en Amazonie avec lui pour «une marche de huit heures en forêt».
Le vice-président brésilien, Hamilton Mourao, a mis au défi mercredi l’acteur américain Leonardo DiCaprio de se rendre en Amazonie avec lui pour «une marche de huit heures en forêt».

Brésil: le vice-président invite DiCaprio à une «marche de huit heures» en Amazonie

Agence France-Presse
SAO PAULO — Le vice-président brésilien, Hamilton Mourao, a mis au défi mercredi l’acteur américain Leonardo DiCaprio de se rendre en Amazonie avec lui pour «une marche de huit heures en forêt» afin de «mieux comprendre comment fonctionnent les choses».

Cette invitation adressée par le général Mourao à l’acteur intervient après que ce défenseur de l’environnement a exprimé sa préoccupation devant la progression des incendies volontaires dans la plus grande forêt tropicale du monde.

Vendredi, DiCaprio avait déclaré, dans un commentaire posté sur Instagram, que «le président Jair Bolsonaro est sous la pression internationale pour réduire le nombre d’incendies, mais a publiquement mis en doute leur gravité dans le passé, accusant les opposants et les communautés indigènes d’en être les responsables».

«J’aimerais inviter notre critique le plus récent, notre acteur Leonardo DiCaprio, à venir avec moi à São Gabriel da Cachoeira (dans le nord du Brésil) pour une marche de huit heures dans la forêt», a rétorqué le général Mourao, qui préside le Conseil national de l’Amazonie.

«Là-bas, il comprendrait mieux comment fonctionnent les choses dans cette immense région», a dit le vice-président lors d’un événement organisé par la Confédération nationale des Industries (CNI) sur le développement durable en Amazonie, dont 60 % se trouvent en territoire brésilien.

«La forêt n’est pas en feu», a assuré le général en retraite.

La déforestation en Amazonie a atteint 1.654 km en juillet, nettement moins qu’en juillet 2019, mais au cours des 12 derniers mois — août 2019 — juillet 2020 — elle a concerné 9.205 km2, soit 34,5 % de plus que l’année précédente.

Après le déboisement surviennent les incendies en saison sèche, qui a commencé et durera jusqu’à octobre, des agriculteurs pratiquant le brûlis sur les aires déboisées pour y faire paître du bétail.

Les incendies ont progressé de 28 % en juillet dernier par rapport à juillet 2019. Ces feux avaient valu l’an dernier à Brasilia une avalanche de critiques de la communauté internationale.

Le président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré à la mi-août que les incendies ravageant la forêt amazonienne étaient un «mensonge».