L’humoriste Billy Tellier présentera le spectacle Hypocrite (s) pour la première fois au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le 28 novembre. Il se produira à la Boîte à Bleuets d’Alma, à compter de 20h.

Billy Tellier, spécialiste de l’hypocrisie

« Le titre de mon nouveau spectacle est Hypocrite (s), hypocrites avec un s entre parenthèses parce qu’on l’est tous. On veut se montrer à notre mieux sur Internet, alors qu’on a tous un côté sombre. On demande à nos enfants de dire la vérité, mais on leur ment aux quatre secondes », a raconté Billy Tellier, il y a quelques jours, lors d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Père de deux enfants, il est le premier à se lancer la pierre, tout en évoquant un autre réflexe qui lui vient spontanément. « Je suis âgé de 38 ans et, comme bien des personnes de ma génération, je suis nostalgique. Ça cache autre chose, cependant, soit le fait qu’on envie les jeunes. Ils mangent comme des rois, juste des bonnes choses, et on fait tout pour éviter qu’ils s’ennuient », décrit l’humoriste.

Son spectacle est tout neuf, ou presque. La première a eu lieu le 5 novembre, à Montréal, et le voici qui arrive à Alma, plus précisément à la Salle Michel-Côté, le 28 novembre à 20 h. Il s’agira de la seule sortie au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour cette fois-ci, mais comme la tournée durera jusqu’à la fin de 2020, d’autres villes devraient s’ajouter à son itinéraire. « On va revenir », confirme Billy Tellier.

Toujours à propos de la notion d’hypocrisie, elle lui a inspiré un numéro consacré à l’industrie de la porno. « On fait semblant qu’elle n’existe pas, alors que chaque seconde, 29 000 vidéos sont visionnées », fait-il observer. Un autre cas, beaucoup plus personnel, se rapporte à l’attitude qu’il a eue lorsque le cancer a frappé à sa porte. Ça s’est passé il y a 18 mois, moment où on a diagnostiqué un problème à sa glande thyroïde.

« Ce qui a été hypocrite de ma part, c’est le fait que je n’ai pas parlé de cette situation dans les médias. Je suis demeuré discret parce que c’est considéré comme un petit cancer, la glande thyroïde. Il y en a de bien pires et je me disais que ce n’était pas une raison pour déranger les gens. Tout ce que j’ai eu, en fin de compte, c’est une petite opération. Aujourd’hui, tout est beau », rapporte Billy Tellier.

Quant à la forme de son spectacle, elle est mixte, en ce sens qu’il ouvre avec une partie improvisée, un moyen de tisser des liens avec le public. Puis, on entre dans la partie plus écrite, comme qui dirait. Peaufinés lors du rodage, les textes conçus par l’humoriste, de concert avec Michaël Archambault et le metteur en scène Laurent Paquin, correspondent à ses attentes.

« Au début, j’avais peur d’aborder le thème de l’hypocrisie, puis j’ai accepté de me mettre en danger », confie Billy Tellier.