Première étape du séjour de La Tortue Noire à Paris, les représentations de la pièce Le Grand Oeuvre ont fait salle comble au Théâtre des Roches. Suivront trois autres productions de la compagnie saguenéenne, soit Le petit cercle de craie, Kiwi et Ogre.
Première étape du séjour de La Tortue Noire à Paris, les représentations de la pièce Le Grand Oeuvre ont fait salle comble au Théâtre des Roches. Suivront trois autres productions de la compagnie saguenéenne, soit Le petit cercle de craie, Kiwi et Ogre.

Belle entrée en matière pour Tortue noire à Paris

Malgré l’annulation d’une représentation de la pièce Le Grand Œuvre pour cause de grève des transports, la première tranche du séjour historique du Théâtre de la Tortue Noire à Paris s’est déroulée sans coup férir. Cinq fois, la pièce interprétée par Martin Gagnon et Dany Lefrançois a fait salle comble au Théâtre des Roches de Montreuil, où la compagnie saguenéenne se produisait pour la première fois. Cinq fois, cette histoire a captivé les petits, au même titre que les adultes.

« Nous avons touché 300 personnes, au total, et la réaction a été bonne. Cette pièce n’a pas été créée pour les enfants, mais nous avons joué devant un public familial, ainsi que des groupes scolaires », a souligné Dany Lefrançois, directeur artistique et créateur au sein de la Tortue Noire, au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Le Grand Œuvre met en scène un alchimiste incarné par Martin Gagnon. On le voit travailler dans son laboratoire, où il cherche à produire de l’or, en plus de découvrir la formule qui le rendra immortel. Or, ses pensées les plus secrètes se matérialisent sur sa tête parfaitement lisse, grâce à des objets manipulés par Dany Lefrançois. Pendant 20 minutes, des sources de préoccupation, telles que l’environnement et la guerre, sont évoquées.

« C’est une forme courte que nous avons souvent présentée dans des festivals. Il n’y a pas de texte, mais elle fonctionne bien parce que nous abordons des thèmes universels en recourant à des symboles que chacun peut percevoir à sa façon », décrit Dany Lefrançois.

Il ajoute que ce spectacle retournera en France au mois de mai. Cette fois, il sera intégré à un festival tenu dans la région de la Champagne.

Les comédiens Dany Lefrançois et Martin Gagnon ont donné cinq représentations de la pièce Le Grand Oeuvre, la semaine dernière, à Paris. Ainsi s’est amorcé un séjour historique pendant lequel Théâtre de la Tortue Noire proposera quatre spectacles dans cette ville.

Trois autres pièces

La représentation qui a été annulée montre à quel point les tensions sociales demeurent vives dans l’Hexagone, où les opinions divergent à propos de la réforme des retraites. « J’ai assisté au début d’une manifestation le 6 février, près du logement du dixième arrondissement mis à ma disposition par le gouvernement français. Il y avait des milliers de personnes dans la rue. J’ai même vu des chars allégoriques », s’émerveille Dany Lefrançois.


« Elle fonctionne bien parce que nous abordons des thèmes universels en recourant à des symboles que chacun peut percevoir à sa façon. »
Dany Lefrançois

Il n’a pas eu la chance de humer l’air du temps, toutefois, puisque son agenda comprenait également des ateliers. En plus des séances de 30 minutes qui précédaient la présentation du Grand Œuvre, cinq activités d’une durée de deux heures chacune avaient été planifiées. Elles ont permis à des jeunes âgés de 8 à 15 ans de s’initier à l’art de la marionnette, sous l’angle des techniques de manipulation, du théâtre d’objets et du théâtre d’ombres.

Maintenant que le premier volet du séjour est terminé, les comédiens planchent sur la suite des choses, soit trois séries de représentations qui se dérouleront en plein cœur de Paris, au théâtre Le Mouffetard. Cette fabuleuse série sera lancée par Le petit cercle de craie, adaptation d’un texte de Berthold Brecht (du 25 février au 1er mars). Suivra l’œuvre de Daniel Danis, Kiwi (du 3 au 8 mars), puis la création la plus récente, Ogre, qui s’appuie sur un texte de Larry Tremblay (du 10 au 15 mars).

Il s’agira de la première de ce spectacle en Europe. L’immense marionnette conçue et fabriquée par la Chicoutimienne Mylène Leboeuf-Gagné fera le voyage, mais pas le décor. « Martin a dû en fabriquer un autre, tout en s’organisant pour que ça entre dans un camion. Ça fait partie des défis que nous devons relever », fait observer Dany Lefrançois.

Lui-même attendait avec impatience une caisse acheminée par cargo, vendredi. Elle renferme les décors du Petit cercle de craie, ainsi que l’ogre en personne. « Oui, je suis un peu nerveux. C’est toujours comme ça. On ne sait pas à quel moment les choses vont arriver et même là, on peut avoir des surprises. Au Mexique, par exemple, les douaniers avaient ouvert notre caisse, mais comme ils n’avaient pu replacer les objets dans le bon ordre, il y avait eu des bris », se souvient l’homme de théâtre.

Dany Lefrançois devant Les Récollets, un édifice historique où, pendant deux mois, il est hébergé par le gouvernement français. C’est près de ce bâtiment que l’homme de théâtre a assisté à une manifestation contre la réforme des retraites, il y a quelques jours.

+

D'AUTRES ARTISANS DE LA COMPAGNIE ATTENDUS SOUS PEU

« C’est excitant. J’ai hâte de vivre cette expérience avec nos collègues du Saguenay–Lac-Saint-Jean », affirme Dany Lefrançois, directeur artistique et créateur au sein du Théâtre de la Tortue Noire. Dans quelques jours, en effet, lui et le comédien Martin Gagnon accueilleront d’autres artisans de la compagnie à Paris. La première vague sera associée à la pièce Le petit cercle de craie, à l’affiche à compter du 25 février, au théâtre Le Mouffetard.

Isabeau Côté, régisseuse, et les comédiens Christian Ouellet et Sara Moisan sont attendus trois jours plus tôt. Ils présenteront cette production à huit reprises dans le seul lieu de diffusion parisien centré sur le théâtre de marionnettes. Ce sera la troisième apparition de la pièce en France et on mise sur la visibilité générée par Le Mouffetard pour intéresser d’autres diffuseurs.

Au début de mars, par ailleurs, les artisans de la Tortue Noire verront apparaître deux camarades associés à la pièce Kiwi. L’auteur Daniel Danis et la metteure en scène Guylaine Rivard mettront la dernière main à une série de représentations, laquelle se déploiera sur six jours. Il s’agira de la plus vieille œuvre à l’affiche au cours du séjour, sa création remontant à 2007.

S’agissant d’Ogre, enfin, ses débuts européens justifieront la présence du comédien Éric Chalifour, impérial dans le rôle-titre, et de sa consœur Vicky Côté. Une fois de plus, l’auteur sera présent, en l’occurrence Larry Tremblay. Entre autres activités, lui et Daniel Danis participeront à une rencontre publique le 6 mars, à la librairie La Traversée.

Le lendemain, les représentants des médias pourront s’entretenir avec les artisans de la Tortue Noire. Ces échanges ont été coordonnés par la Délégation générale du Québec à Paris, qui tiendra aussi un cocktail en l’honneur des gens de théâtre, le 10 mars. En plus de cette activité, une exposition consacrée à la compagnie saguenéenne sera à l’affiche à compter du 25 février, au théâtre Le Mouffetard.

« Nous avons demandé à Patrick Simard de produire des œuvres à partir de nos 12 pièces, histoire de montrer en quoi consiste notre processus de création. C’est un travail graphique dans lequel seront intégrés les dessins de Mylène Leboeuf-Gagné pour Ogre. Plus tard, nous souhaitons présenter le tout au Saguenay », raconte Dany Lefrançois.