Atchoum
Atchoum

Atchoum emprunte la Toile pour garder le contact avec ses fans

Quand on se nomme Atchoum et qu’on joue avec un groupe baptisé Les Microbes, il faut s’attendre à vivre de l’adversité au moment où le monde entier fait la guerre à un coronavirus. Les spectacles devant public sont disparus de sa vie depuis la mi-mars, tout comme ses apparitions dans des bibliothèques. En revanche, le clown personnifié par Véronique Gagné demeure présent sur la Toile grâce à des événements tenus chaque samedi, à 10h30.

Ils ont pour titre Prestation Web avec Atchoum et, pour y accéder, il suffit de surfer sur Facebook ou Youtube. Pendant une heure, directement de son studio, le sympathique clown interprète des chansons, en plus d’accueillir un invité qui, lui aussi, se trouve chez lui. Pour le septième rendez-vous, ils seront deux à partager l’affiche, soit Guylaine Guay, ainsi que le percussionniste Kattam.

« Il faut être inventif, vu la situation. J’ai aménagé un studio où j’ai tenu six spectacles jusqu’à maintenant. Une fois, l’achalandage a atteint 400 personnes, mais en ajoutant les rediffusions sur Youtube, ça frôle les 20 000. Ce que je trouve spécial, c’est de constater que les gens viennent de partout, de l’Abitibi comme du Saguenay-Lac-Saint-Jean », a raconté Véronique Gagné, mercredi, à l’occasion d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Installée à Mont-Saint-Hilaire, elle utilise un logiciel de montage afin de partager l’écran avec ses invités. Parmi ceux qui ont participé à la série, on note Annie Brocoli, le bédéiste Tristan Demers, ainsi que les humoristes P-A Méthot et Philippe Laprise. Fait à signaler, ce dernier a assuré la mise en scène du spectacle s’appuyant sur le nouvel album d’Atchoum, en duo avec Pépé et sa guitare. Ils ont eu le temps de le faire deux fois avant que la pandémie ne freine leurs élans.

L’humoriste Philippe Laprise a participé à l’un des premiers rendez-vous virtuels du clown Atchoum. C’est également lui qui a mis en scène le spectacle qu’elle avait commencé à donner avec Pépé et sa guitare lorsque la crise sanitaire a mis ce projet sur la glace.

L’impact de la crise est majeur, eu égard au nombre de représentations remises ou annulées. Un gros été attendait les deux artistes, en effet, dont une série d’apparitions au festival Juste pour rire. L’album Ça promet, un titre involontairement ironique, devait servir de rampe de lancement à la tournée. « Au moins, le spectacle n’est pas perdu. Peut-être que nous ferons notre rentrée montréalaise en novembre, au Club Soda. Si les conditions ne le permettent pas, ça ira à 2021, comme le reste de la tournée », énonce Véronique Gagné.

Pour revenir aux rendez-vous du samedi, ils lui permettent de reprendre contact avec son public, même à distance. Plusieurs enfants lui adressent des demandes spéciales, ainsi que de petits mots, par parents interposés. « D’une certaine manière, il y a plus d’interactions », s’étonne l’alter ego d’Atchoum. Elle souligne également la générosité des artistes. Tous ont accepté d’emblée de s’associer à ce projet, y compris son idole d’enfance, Nathalie Simard, attendue 23 mai, ainsi que Marie-Élaine Thibert, qui l’accompagnera le 30.

« J’ai l’intention de poursuivre cette série jusqu’à la fin de juin et plutôt que d’imposer un tarif fixe, je laisse les gens donner ce qu’ils veulent. Le principal objectif, c’est de leur filer un peu de bonne humeur », affirme Véronique Gagné.

Un masque bientôt

Dans un autre ordre d’idées, des masques identifiés à Atchoum seront mis en vente la semaine prochaine, via sa page Facebook. Offerts au coût de 20 $ l’unité, plus 2 $ pour les frais de transport, ils ont été confectionnés par l’accessoiriste du clown, qui réside au Saguenay. C’est aussi une entreprise locale, Identification Sports, qui s’est chargée de l’impression.

Cette image réunissant Atchoum et l’humoriste PA Méthot, qui porte fièrement une casquette des Expos, a été captée plus tôt ce printemps, dans le cadre des spectacles du samedi. Elle montre comment le clown personnifié par Véronique Gagné garde le contact avec ses fans en dépit de la pandémie.

« Il s’agit d’une édition limitée, puisqu’il n’y aura que 200 exemplaires, dont quelques-uns pour les adultes. Comme j’ai un nom de circonstance, c’est un petit trip. Quand la crise sera terminée, cet objet deviendra un souvenir », fait valoir Véronique Gagné.