Robert Doré, producteur de Québec Issime, est entouré d’Isabelle Gagnon et de Claudine Bourdages, respectivement directrice générale et directrice de la programmation et du marketing de Diffusion Saguenay.

Après une absence de six ans, Décembre de retour à La Baie

Décembre de Québec Issime sera de retour au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Après une absence de six ans, le spectacle sera présenté au Théâtre du Palais municipal de La Baie, du 6 au 8 décembre.

Un travail de collaboration entre Québec Issime, Diffusion Saguenay et la Ville permettra de saupoudrer de la magie du temps des Fêtes sur Saguenay l’hiver prochain. À l’approche de Noël, Décembre sera présenté à quatre reprises dans la salle baieriveraine. La production sera de passage juste avant d’amorcer une série de représentations à la Place des Arts de Montréal où elle sera présentée pour une 17e année, ce qui permet de conserver la même distribution, à quelques exceptions près.

Décembre a été conçu spécialement pour la Place des Arts, avec laquelle Québec Issime avait initialement signé une entente de 10 ans. Le spectacle musical a tout de même été présenté à La Baie en 2003, année de sa création, ainsi qu’en 2004, puis en 2012 et en 2013.

Pendant plusieurs années, les relations difficiles entre le producteur de Québec Issime et Diffusion Saguenay ainsi que l’ampleur du défi que représente la présentation du spectacle en région ont empêché la présence de Décembre à Saguenay. L’arrivée d’Isabelle Gagnon à la direction générale de Diffusion Saguenay a permis de repartir sur de nouvelles bases.

Décembre est présenté à la Place des Arts de Montréal depuis 17 ans.

« Dès qu’elle a été nommée, les contacts ont été plus faciles. On a réglé les choses rapidement. On présente Cowboys, de Willie à Dolly cet été au Théâtre Banque Nationale et Décembre l’hiver prochain. Le passé est derrière ; on regarde vers l’avant », assure Robert Doré, promoteur de Québec Issime.

Isabelle Gagnon tenait à présenter Décembre, tout comme la Ville, qui contribue à hauteur de 50 000 $. « Je voulais renouer avec Québec Issime. Ce n’est pas un spectacle fait pour tourner. Il faut être créatifs. Il aurait été facile de se dire que c’était trop casse-cou, mais la volonté était là. C’est un tour de force. Maintenant, les gens doivent saisir l’occasion, puisqu’elle ne se représentera pas nécessairement », souligne Isabelle Gagnon.

Des représentations sont prévues le vendredi 6 décembre en soirée, le samedi 7 décembre en après-midi et en soirée, de même que le dimanche 8 décembre en après-midi. Les spectateurs seront alors transportés dans un univers magique alors que les personnages d’un village sous un sapin de Noël prendront vie à la manière d’une comédie musicale.

Beaucoup de travail est nécessaire avant la première représentation. Le défi est de taille.

« C’est une mégaproduction qui coûte très cher. On débarque avec six camions de 53 pieds, dont quatre remplis de décors. Ça prend 43 personnes pour opérer le spectacle, et 23 artistes sont sur scène, énumère Robert Doré. C’est beaucoup d’argent et un gros défi. »

Le spectacle devra être adapté à la scène du Théâtre du Palais municipal. La scène devra être solidifiée afin d’accueillir les décors, lesquels devront être en partie modifiés. « La mise en scène doit être adaptée. Tout a été bâti pour la Place des Arts », explique Robert Doré.

L’équipe technique de Québec Issime et celle du Théâtre du Palais municipal travailleront de pair afin de présenter le spectacle musical.

« C’est une des plus grosses productions au Québec », souligne Claudine Bourdages, directrice de la programmation et du marketing de Diffusion Saguenay.

Chaque année, Décembre est vu par plus de 20 000 personnes à Montréal. À Saguenay, environ 4000 billets seront disponibles. Ils sont mis en vente via Diffusion Saguenay à compter du vendredi 7 juin pour les membres Premières Loges et à compter de samedi pour le grand public. Il est toutefois toujours possible de devenir membre Premières Loges via le site Web de Diffusion Saguenay.

« Le spectacle est devenu une tradition à Montréal. Je reçois chaque année des téléphones de partout pour nous demander pourquoi on ne vient pas dans telle ou telle ville. On appartient encore à notre région. On est contents d’avoir réussi à revenir à Saguenay. C’est une opportunité, un tour de force », conclut Robert Doré.