Depuis vendredi, les artistes originaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean peuvent soumettre un projet en vue de l’implantation d’une oeuvre au carrefour giratoire situé à l’angle du boulevard Talbot et de la rue Jacques-Cartier, à Chicoutimi.

Appel aux artistes régionaux pour le carrefour giratoire Talbot

Saguenay a lancé vendredi un appel d’offres en vue de dénicher l’auteur de l’oeuvre qui trônera au centre du carrefour giratoire sis à l’angle du boulevard Talbot et de la rue Jacques-Cartier, à Chicoutimi. Les intéressés devront toutefois faire vite, puisque les propositions sont attendues avant la fin du mois de janvier.

Le contrat sera assorti d’un montant de 235 000$ financé par le Fonds Canada 150. C’est en raison de la provenance de l’enveloppe que les artistes doivent agir rapidement, la demande soumise par Promotion Saguenay ayant été considérée dans la deuxième vague d’octrois du programme.

«On est très confiants que nos artistes seront capables de présenter de très bons projets dans les délais», a précisé le vice-président du comité exécutif et président de la commission des arts et de la culture de Saguenay, Jonathan Tremblay. Le conseiller municipal ajoute que le dossier est désormais piloté par la Ville et non par la société de développement économique. L’exécutif a entériné la publication de l’appel de candidatures lors d’une assemblée tenue en début de semaine.

L’avis d’intérêt s’adresse uniquement aux artistes originaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’oeuvre choisie devra refléter le fait que Saguenay est la porte d’entrée de la région et dépeindre son caractère nordique. Parmi toutes les propositions reçues, trois seront sélectionnées et les artistes pourront présenter leurs maquettes vers la mi-mars. Un comité formé de spécialistes en arts visuels, de fonctionnaires, d’un élu et d’un architecte aura la tâche de choisir l’oeuvre gagnante. Celle-ci devra être installée au courant de l’été 2018.

Obélisque

Il y a une dizaine d’années, il a été question de déménager le monument en hommage à la famille Price, situé près du couvent des Augustines, au rond-point Talbot/Jacques-Cartier. Cette proposition avait été vivement critiquée lorsqu’avancée par la Ville puisque l’obélisque était considéré par plusieurs comme un symbole d’oppression sociale. Ce monument a besoin d’être restauré. À ce sujet, Jonathan Tremblay précise que la Ville aura à se doter d’une planification stratégique en ce qui a trait à la rénovation de certaines oeuvres situées sur son territoire requérant des investissements.