Jeudi après-midi, l’équipe de REGARD s’affairait déjà à démonter les salles.

Annulation de REGARD: déception et tristesse

L’ambiance était lourde, jeudi, au quartier général de REGARD situé dans le hall de l’Hôtel Chicoutimi. Dans les heures qui ont suivi l’annonce de l’annulation de l’événement, tristesse et déception pouvaient se lire sur les visages.

La journée n’a pas été de tout repos pour les membres de l’équipe et de nombreux bénévoles. Ceux-ci ont dû démonter les installations, rejoindre les invités en route et trouver des solutions pour faire repartir ceux déjà sur place.

Le hall de l’Hôtel Chicoutimi où était installé le quartier général de REGARD était pratiquement désert, jeudi après-midi. Habituellement, le site fourmille le jour du lancement de la compétition.

En milieu d’après-midi, plusieurs personnes s’affairaient déjà à démonter le tempo installé au coin des rues Racine et Bégin.

«On est en gestion de crise, mais l’équipe est vraiment forte et solidaire. Personne n’a laissé tomber, mais je m’attends à des réactions de l’équipe. C’est tellement malheureux après des mois de travail. On n’imagine pas tout le travail derrière le festival, c’est une année complète», affirme la directrice générale, la voix étranglée par l’émotion.

Au cours des derniers jours, tout un travail avait été effectué par l’équipe et quelque 250 bénévoles.

Les quelques personnes réunies au quartier général de REGARD avaient de la difficulté à croire que l’événement était annulé.

«C’est des gens qui avaient réservé leur fin de semaine, même leur semaine, et qui ont travaillé fort», déplore la directrice générale. Anne-Marie Gravel