Normand et Marlène Simard sont à l’origine de plus de 350 créations en plus d’avoir participé à plus de 700 représentations au courant des 35 dernières années.

35 ans de théâtre d’intervention

La troupe Comédia de La Ria est reconnue, depuis 35 ans, par divers professionnels du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Ses membres fondateurs Marlène et Normand Simard peuvent se targuer d’être à l’origine de près de 350 créations théâtrales et d’avoir participé à plus de 700 représentations de théâtre d’intervention.

Après plus de trois décennies dédiées à ce type de théâtre moins connu du grand public, très peu de sujets et de problématiques n’ont pas encore été abordés par le tandem frère-soeur. Les thèmes de la violence conjugale, de la dévitalisation des petites municipalités et du Jour de la femme se retrouvent au coeur de leurs centaines de créations.

« Pendant une formation, on est tombés en amour avec cette forme de théâtre qui n’existait pas ici. On se disait : au Saguenay–Lac-Saint-Jean, il y a tellement de gens qui ont à parler de problématiques », explique Marlène Simard.

Les comédiens de ce qui est présenté comme l’une des plus anciennes troupes de théâtre d’intervention de la province permettent au public de réfléchir à une problématique. « On se met toujours au service des gens. On a découvert qu’on pouvait se mettre au service d’une cause plutôt que d’une œuvre. On se met au service de gens qui ont une cause qu’on trouve intéressante à réfléchir. Ça nous a beaucoup parlé », explique-t-il.

Normand Simard souligne la nuance qui s’y applique. Sa troupe ne donne pas de solutions. Il cite en exemple les interventions en lien avec la sécurité en entreprise. Les comédiens ne dicteront pas une règle de sécurité, ils amèneront plutôt les travailleurs à progresser dans leur réflexion.

Les publics sont tout aussi diversifiés pour la troupe reconnue pour son sens de l’humour aiguisé qui performe devant des assistances provenant des CPE, du milieu de la santé, de divers organismes et même des colloques régionaux.

Depuis 35 ans, les comédiens ont fait le tour du Saguenay–Lac-Saint-Jean à plusieurs reprises, se produisant dans plusieurs salles, sous-sols d’églises et autres lieux. Des collaborations avec le Centre de solidarité internationale du Saguenay–Lac-Saint-Jean ainsi qu’avec la Société Alzheimer du Saguenay–Lac-Saint-Jean sont à l’origine de plusieurs tournées.

La troupe almatoise a même dépassé les frontières du Québec en se rendant en Belgique afin de parfaire ses connaissances. Les Jeannois se sont également déplacés à Ouagadougou au Burkina Faso afin de participer au Festival international de théâtre pour le développement. Ç’a été l’occasion pour eux d’échanger avec les membres de dizaines de troupes de théâtre provenant des quatre coins de la planète.

« Le théâtre d’intervention, c’est un théâtre de changement social. On ne présente pas une pièce de théâtre, on va essayer de faire des changements dans un organisme, dans une société. Quand on pense à la problématique de la faim, les jeunes nous disaient ne pas être conscients qu’il y avait des problématiques alimentaires au Saguenay–Lac-Saint-Jean et qu’il y en avait autant », raconte Mme Simard.

L’impro avant le théâtre

Le duo fraternel est issu du milieu de l’improvisation. À l’époque, ceux qui étaient membres de la ligue régionale d’improvisation ont participé à divers tournois à travers le territoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Après avoir fondé la troupe de théâtre La Ria, ils ont développé une expertise dans le théâtre-forum grâce à des modèles européens de ce genre.

Infirmière de formation, Marlène Simard s’est perfectionnée à travers de nombreuses formations. Il en va de même pour son frère, Normand, qui a amorcé son parcours professionnel à titre de psychologue clinicien.

Marlène Simard a enseigné le théâtre adolescent et le théâtre adulte pendant plusieurs années au Théâtre populaire d’Alma alors que Normand Simard, qui enseignait au Collège d’Alma, était également responsable d’un cours de théâtre.

Le lien unique qui unit Normand et Marlène Simard n’est pas que familial. Le duo de frère et de soeur dirige la Comédia de La Ria depuis 35 ans.

À ses débuts, le duo a donné dans l’humour en participant pendant trois années au théâtre d’été du Centre de villégiature de la Dam-en-Terre. Les textes originaux découlaient d’une commande de la Ville d’Alma.

Pendant 35 ans, ils ont évolué dans le théâtre d’intervention sans n’avoir pratiquement jamais publicisé leurs opérations. La fin des activités de la troupe de théâtre La Ria ne semble pas une option pour le frère et la soeur. « On se dit toujours qu’il y aura une fin, ça fait 10 ans qu’on se dit ça. On pense qu’il n’y aura plus de commandes, que les gens passeront à autre chose, mais ce n’est pas le cas. Tant qu’il y a aura de la demande, on poursuivra », conclut M. Simard.

+

UNE CRÉATION EN DUO

La mécanique de travail de la troupe Comédia de La Ria est intimement reliée à la relation privilégiée qui existe entre le frère et la soeur. Le travail de création se fait entre ces deux personnes unies par les liens du sang et par cette passion commune pour le théâtre d’intervention. 

Reconnu pour son théâtre sans-avertissement qui consiste en « un scénario réaliste dans le cadre d’un événement où le théâtre n’est pas prévu », le tandem travaille toujours de la même façon. 

Lorsqu’ils reçoivent une commande, Marlène et Normand Simard rencontrent le client afin de cibler les objectifs visés par les interventions. Le duo se lance ensuite dans un travail de recherche. Marlène Simard rappelle l’importance de maîtriser le sujet abordé. « Notre force, c’est tout notre bagage. Quand je fais une recherche, je ne me contente pas d’une simple lecture. Je dois avoir des preuves à l’appui lorsque je présenterai le résultat », explique-t-elle. Normand Simard seconde en rappelant le défi de rendre « théâtral » un sujet, un enjeu ou une situation.

Le duo amorce la période d’écriture de manière séparée. Ils se retrouvent rapidement afin d’évaluer le travail réalisé. « C’est une façon de faire qui nous permet de nous confronter dans le respect. Cela permet d’avoir deux visions et on argumente pour la meilleure. C’est très salutaire. C’est une joute qui reste amusante », souligne M. Simard. 

L’approbation des textes par le client marquera le début de la période de répétitions. Lorsque nécessaire, le duo formé d’une infirmière et d’un psychologue embauche d’autres artistes. Leurs années d’expérience et les nombreux contacts facilitent le recrutement. 

Les décors souvent virtuels restent assez simples, puisqu’après tout, c’est le message qui ressort du théâtre d’intervention.