35 000 spectateurs de plus dans les salles du Saguenay-Lac-Saint-Jean

La fréquentation dans les salles de spectacles du Saguenay-Lac-Saint-Jean a connu une hausse en 2017. Entre 2016 et 2017, 35 000 spectateurs de plus ont franchi les tourniquets dans l’une des représentations payantes des arts de la scène.

L’Institut de la statistique du Québec a rendu publics les résultats sur la fréquentation des arts de la scène en 2017, dont l’étude a été réalisée par l’Observatoire de la culture et des communications du Québec. Dans la région, 502 représentations ont attiré 141 304 spectateurs, ce qui représente des revenus de billetterie de 3 705 587 $. À l’échelle provinciale, les arts de la scène ont généré des revenus de 302 836 788 $ durant cette période.

En 2017, 39 salles ont été utilisées au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour présenter un spectacle payant, pour une assistance moyenne par spectacle de 281 spectateurs. Le taux d’occupation s’est situé à 71,1 pour cent et le revenu moyen de billetterie par spectateur payant a été de 28,90 $. Selon l’étude, 9,2 pour cent des spectateurs ont reçu un billet de faveur.

La région fait partie des régions administratives marquées par une hausse en 2017. La Mauricie a attiré 30 000 personnes de plus entre 2016 et 2017, l’Outaouais a enregistré une hausse de 80 000 spectateurs et les régions de Laval et des Laurentides ont accueilli 110 000 personnes de plus entre ces deux années.

La hausse pour l’ensemble du Québec se chiffre à 670 000. Il est bon de considérer que la région de Montréal représente la moitié de la hausse, car à elle seule, elle a attiré 335 000 des 670 000 spectateurs de plus entre 2016 et 2017.

L’enquête sur la fréquentation des spectacles souligne d’ailleurs que les régions de Montréal et de la Capitale-Nationale comptent pour près de 60 pour cent des représentations (47,3 % pour Montréal et 10,5 % pour Québec), le deux tiers des entrées et le trois quarts des recettes.

« La performance de ces deux régions, particulièrement Montréal, a donc une grande influence sur les résultats compilés pour l’ensemble du Québec », écrivent les auteurs de l’étude.

Finalement, c’est à Montréal (78 %) et Québec (77 %) que les taux d’occupation sont les plus élevés.