Jean-Philippe Malouf dirige l’Orchestre des jeunes, qui fête cet année son 30e anniversaire.

30 ans à former la relève

Depuis maintenant 30 ans, l’Orchestre des jeunes donne une première chance à des musiciens de la relève de vivre une expérience dans un grand ensemble, sous la supervision d’un chef d’orchestre professionnel. Cette talentueuse relève récidive, dimanche, pour présenter devant public son traditionnel Concert de printemps.

C’est le corniste Sonny Rousseau, originaire de Dolbeau-Mistassini, qui y sera en vedette. Il présentera le solo dans la pièce de résistance du concert, un mouvement du Concerto pour cor no 4 en mi bémol majeur de Mozart. Le musicien a débuté l’apprentissage de son instrument à l’âge de 12 ans.

Selon le chef d’orchestre Jean-Michel Malouf, il s’agit d’un jeune interprète très prometteur. « C’est quelqu’un qui habite quasiment au conservatoire », affirme le maestro, à propos de la passion du jeune interprète pour la musique et de son ardeur au travail.

Sonny Rousseau, qui en est à la fin de ses études collégiales, a déjà été recruté par l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le programme de dimanche est adapté au niveau de l’orchestre des jeunes, composé d’environ 25 musiciens. Le répertoire va de Verdi et Bizet, à la musique du film Star Wars.

Cette version jeunesse de l’orchestre, dont les membres ont en moyenne 16 ans, permet à des musiciens en apprentissage d’intégrer une formation orchestrale et de vivre l’expérience de faire partie d’un grand ensemble. Depuis l’an dernier, les critères d’admission ont été élargis. Des musiciens plus jeunes sont acceptés, pourvu qu’ils sachent lire une partition et qu’ils apprennent la musique depuis cinq ans. Ces nouvelles normes laissent une chance à davantage d’instrumentistes et préparent ceux qui veulent se tailler une place dans la version professionnelle de l’orchestre.

Pédagogie

Pour le chef d’orchestre de l’Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean-Michel Malouf, il existe quelques différences mineures entre l’ensemble original et sa variante jeunesse, mais son rôle demeure essentiellement le même.

« Le travail que l’on fait avec un orchestre de jeunes est, à la base, le même que celui que l’on fait avec les professionnels, [soit] tâcher de faire jouer les musiciens au meilleur de leurs capacités », explique le maestro.

Selon lui, la principale distinction se trouve dans la pédagogie et dans l’apprentissage des conventions liées aux orchestres symphoniques. Les jeunes musiciens ont parfois besoin d’être guidés davantage et ne possèdent pas encore tous les éléments nécessaires pour être un interprète efficace. « Savoir qui écouter, quel rôle ils jouent dans les différents passages, comment compter des mesures de silences, comment suivre un chef sont tous des réflexes qu’il faut développer », ajoute-t-il.

Le concert de l’Orchestre des jeunes, qui fête cette année son trentième anniversaire, aura lieu le dimanche 7 avril à l’auditorium Daniel-Vaillancourt de l’école Charles-Gravel.