Directeur général de La Noce, Fred Poulin, deuxième à partir de la gauche sur la photo, croit que la nouvelle norme de 250 spectateurs ne changera rien pour les festivals estivaux. Même si les organisateurs voulaient en profiter avant la saison froide, les délais sont trop serrés.
Directeur général de La Noce, Fred Poulin, deuxième à partir de la gauche sur la photo, croit que la nouvelle norme de 250 spectateurs ne changera rien pour les festivals estivaux. Même si les organisateurs voulaient en profiter avant la saison froide, les délais sont trop serrés.

250 spectateurs, ça ne changera rien pour La Noce

Daniel Côté
Daniel Côté
Le Quotidien
Même si le gouvernement du Québec vient d’autoriser les rassemblements de 250 personnes dans des lieux publics extérieurs, le festival La Noce se montre prudent. C’est ainsi que vendredi à 19h, à l’occasion du spectacle du groupe Zen Bambou qui aura lieu à Chicoutimi, dans un lieu gardé secret, l’assistance demeurera inférieure à la nouvelle norme.

«Il n’est pas question de jouer avec les limites. Nous ferons ça dans les règles de l’art, en évitant de pousser notre luck. Nous avions prévu recevoir un maximum de 50 personnes et malgré l’annonce, nous n’irons pas au-delà de 70», a mentionné le directeur général de La Noce, Fred Poulin, au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Cet événement fait partie de la tournée du Mixbus Studio, qui vient de passer en Gaspésie, en route vers Tadoussac et le Saguenay. Il aurait dû se dérouler mercredi, mais en raison de la météo, on a reporté la performance livrée à partir d’un autobus. Avis aux absents: ils pourront la visionner en direct, grâce à une diffusion sur Internet, entre autres, sur la page Facebook de La Noce.

«Comme nous tenions à limiter le nombre de spectateurs, seules les personnes inscrites sur notre infolettre avaient été avisées. En huit minutes, tous les billets se sont envolés», raconte Fred Poulin. Le changement de date ayant libéré quelques places, les fans seront bientôt relancés. Il n’est pas question, toutefois, d’ouvrir les vannes.

Trop tard

Au-delà du rendez-vous de vendredi, la norme de 250 spectateurs ne changera rien pour La Noce. Ayant fait une croix sur l’édition 2020, qui aurait eu lieu en juillet, le comité organisateur n’entend pas relancer l’affaire dans les prochaines semaines. Tout au plus montera-t-il quelques projets à faible intensité.

«Le changement arrive sur le tard, même s’il n’est jamais trop tard pour bien faire. Je ne crois pas que ceux qui ont l’habitude de présenter des choses en été auront assez de temps pour bouger. Il y a aussi le fait qu’avec 250 personnes, les revenus ne sont pas au rendez-vous», estime Fred Poulin.

Il croit que les organisations les plus susceptibles de profiter de l’assouplissement sont celles qui tiennent un festival en automne. «Ça va les aider et peut-être que la nouvelle norme bénéficiera à ceux qui travaillaient sur des activités devant réunir 50 personnes», laisse entrevoir le patron de La Noce.