Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.
«Une véritable saison» 2020-2021 sur ICI télé

Arts

«Une véritable saison» 2020-2021 sur ICI télé

Malgré les vents contraires qui soufflent dans plusieurs domaines artistiques, Radio-Canada annonce une «véritable saison» télévisuelle pour 2020-2021. En effet, dans la plage horaire de 18 h à 23 h, la société canadienne diffusera 90 % d’émissions qui n’ont jamais été diffusées et 90 % de contenu canadien.

Plusieurs dramatiques ont été confirmées à l’horaire dont Fragile, C’est comme ça que je t’aime, La Maison-bleue, la saison 3 de Trop, douze nouveaux épisodes d’Une autre histoire et six épisodes inédits de 5e Rang.
Par ailleurs, la nouvelle saison de District 31, Discussion avec mes parents, Toute la vie, la première saison des Mecs et 18 épisodes supplémentaires de 5e Rang sont prévus sous toutes réserves.
Du côté des émissions de culture et variété, la grande majorité sera de retour. On compte également des nouveautés dans la catégorie des émissions de cuisine avec 5 chefs dans ma cuisine et Savourer avec Geneviève O’Gleman.
L’émission Josélito autour du monde qui avait été annoncée au printemps sera diffusée cet automne, moment où plus de détails seront disponibles sur la programmation.

Un clip «montréalais» pour Katy Perry

Arts

Un clip «montréalais» pour Katy Perry

La chanteuse Katy Perry a dévoilé mardi le clip de la chanson Daisies, réalisé par le studio montréalais Vallée Duhamel

Le vidéoclip, réalisé en plein confinement, a nécessité le travail de plus de 30 animateurs et animatrices disséminés aux quatre coins du monde.

Le comédien et journaliste sportif Yves Létourneau n’est plus

Arts et spectales

Le comédien et journaliste sportif Yves Létourneau n’est plus

Le comédien et journaliste sportif Yves Létourneau s’est éteint mardi à l’âge de 94 ans.

Il est mort de causes naturelles au CHSLD Marcelle-Ferron à Brossard, rapporte son ancien collègue et ami de longue date Roland Mailhot.
En entrevue téléphonique à La Presse canadienne, M. Mailhot a salué le départ d’«un grand communicateur», qui a laissé sa marque tant dans le milieu artistique que dans l’univers sportif.
Les deux hommes se sont côtoyés à CKAC, où Yves Létourneau était reconnu pour ses éditoriaux sportifs à l’émission matinale de Jacques Proulx.
«C’était un homme immensément intelligent, très versatile, qui était passioné de tout ce qu’il faisait», souligne M. Mailhot.
Commentateur de matchs de football et de Jeux olympiques, il a également assumé la présidence de l’Union des Artistes de 1983 à 1984.
Au petit écran, Yves Létourneau a marqué l’enfance de toute une génération avec des émissions jeunesse telles que Le Pirate Maboule et Le Major Plum Pouding.
Il a souvent donné la réplique à Gilles Latulippe, notamment dans Symphorien, où il campait le rôle du policier Placide Beaulac.
Également adepte de théâtre, il a collaboré avec Marcel Dubé pour donner vie à Zone et adapter Les Beaux Dimanches et Un simple soldat, entre autres.
Le premier ministre François Legault a transmis ses condoléances à sa famille et à ses proches mardi soir sur Twitter.
«De beaux souvenirs d’enfance: le constable Polycarpe, le Major Plum Pouding, Placide Beaulac et le journaliste sportif», a-t-il écrit.
L’équipe des Alouettes de Montréal a également tenu à lui rendre hommage sur les réseaux sociaux. «Un grand connaisseur de football qui s’est toujours exprimé avec une grande franchise et rien ne le faisait reculer, a-t-on souligné. Un grand artiste et un grand commentateur. Merci Yves.»

La bibliothèque d’Alma reprend vie

Arts et spectacles

La bibliothèque d’Alma reprend vie

Après avoir vécu deux mois entre parenthèses, la Bibliothèque municipale d’Alma reprend vie. Prenant acte de la récente ouverture affichée par le gouvernement du Québec, elle a relancé ses activités lundi, en offrant à ses 9500 abonnés un service de prêts à emporter. Pour la première fois depuis la mi-mars, il est possible d’apporter chez soi des documents physiques, le tout en respectant les normes sanitaires.

La procédure est simple. Sans que ce soit obligatoire, on peut d’abord consulter le catalogue de la bibliothèque, accessible en ligne. Ensuite, il suffit de téléphoner entre 8h30 et 16h, au numéro (418) 669-5140, afin de réserver un ou plusieurs titres. Un rendez-vous est alors pris pour la collecte, effectuée à l’entrée du bâtiment. Cette opération se déroule à l’intérieur d’une fenêtre de 15 minutes, ce qui permet à cinq personnes de recevoir leur dû en toute sécurité.

HBO mise sur son riche catalogue pour sa nouvelle plateforme

Télévision

HBO mise sur son riche catalogue pour sa nouvelle plateforme

LOS ANGELES — Bien avant que Netflix et Amazon n'attirent les stars de Hollywood vers le petit écran, la chaîne du câble HBO avait assis une solide réputation en aidant à faire émerger la télévision payante grâce à des programmes audacieux et de qualité.

Aujourd'hui, la maison mère des Soprano, de Sur écoute (The Wire) et du Trône de fer tente de rattraper ses rivaux en ligne, en lançant mercredi sa plateforme de visionnement en ligne à plusieurs milliards de dollars, HBO Max.

Les musées parisiens rouvrent pour des visiteurs en manque

Expositions

Les musées parisiens rouvrent pour des visiteurs en manque

PARIS — À onze heures pile, les premiers visiteurs, masqués, sont au rendez-vous : pressés, après un long confinement, d’aller rêver avec Turner au Musée Jacquemart-André ou s’évader sur la Méditerranée en immersion virtuelle à l’Atelier des lumières, à Paris.

Mais les consignes sont strictes : nombre de personnes limitées, réservation obligatoire ou bien encore prise de température à l’entrée.

Sept courts métrages de l’ONF retenus au festival en ligne We Are One

Arts

Sept courts métrages de l’ONF retenus au festival en ligne We Are One

Sept productions et coproductions réalisées sous l’égide de l’Office national du film du Canada (ONF) ont été sélectionnées dans la programmation du festival We Are One.

Festival en ligne d’une ampleur sans précédent, We Are One réunit plus de vingt festivals cinématographiques parmi les plus prestigieux de la planète; y figurent notamment ceux de Venise, Berlin, Cannes, Annecy et Toronto. Il sera présenté sur YouTube du 29 mai au 7 juin 2020.

Parmi les œuvres de l’ONF sélectionnées figure Shannon Amen, signé par le cinéaste ottavien Chris Dainty. 

Le cortège de Pascal Blanchet et Rodolphe Saint-Gelais, et Minotaur, une séquence d’animation en réalité virtuelle signée Munro Ferguson, font aussi partie de la sélection, se réjouit l’ONF.  

C'est aussi le cas de quatre courts métrages animés mettant en scène l’ourson Léon. Déclinée en quatre saisons, cette série de quatre films est coréalisée par Pierre-Luc Granjon.

J.K. Rowling met en ligne un conte pour les enfants confinés

Livres

J.K. Rowling met en ligne un conte pour les enfants confinés

LONDRES — J.K. Rowling, auteur de la saga à succès Harry Potter, a annoncé mardi mettre gratuitement en ligne, sous forme de feuilleton, un roman écrit il y a dix ans, afin de distraire les «enfants confinés».

À partir de mardi et jusqu’au vendredi 10 juin, un ou plusieurs des 34 chapitres de The Ickabog, du nom du personnage fantasmatique au cœur de ce conte, seront révélés chaque jour sur un site Internet dédié. Il traite des «thèmes intemporels» que sont «la vérité et l’abus de pouvoir», selon son auteure.

COVID-19: le milieu des arts de la scène demande à Québec d'agir vite

Arts

COVID-19: le milieu des arts de la scène demande à Québec d'agir vite

Un collectif de personnalités influentes du milieu artistique dénonce l’inaction de Québec en ce qui a trait à la diffusion des arts de la scène, depuis le début des mesures de confinement.

Il dit aussi regretter de ne pas être inclus dans le processus de déconfinement progressif amorcé. 

Ce collectif a fait parvenir, ce mardi 26 mai, une lettre à la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Nathalie Roy, dans laquelle ses signataires regrettent le mutisme dont fait selon lui preuve le gouvernement provincial depuis «neuf semaines» et exigent «de toute urgence» une rencontre avec Mme Roy, afin de pouvoir «participer au processus décisionnel» activement.

Intitulée Pour les arts vivants, cette missive est signée par le metteur en scène Olivier Kemeid, «en concertation avec» sept créateurs de premier plan, dont la directrice artistique du Théâtre Français du CNA Brigitte Haentjens.

Les autres cosignataires sont les metteur.e.s en scène Denis Marleau, Claude Poissant, Martin Faucher, Sylvain Bélanger, Stéphanie Jasmin et Ginette Noiseux.

Leur lettre recueille déjà le soutien de plus de 250 artistes, parmi lesquels figurent de multiples personnalités influentes, tels Christian Bégin, James Hyndman, Evelyne de la Chenelière, Julie Le Breton, Debbie Lynch-White, Macha Limonchik ou Louise Lecavalier.

«Neuf semaines. Les artistes ont attendu neuf semaines, pendant lesquelles, du côté du gouvernement québécois, ce fut, pour rester poli, la grande discrétion, et pour être franc, le silence complet. Lors des conférences de presse, les arts de la scène n’étaient jamais mentionnés», fait observer le collectif, en amorce de sa lettre.

À l’heure où «des programmes [d’aide] viennent d’être suspendus sans que les artistes aient été consultés», les associations professionnelles, notamment théâtrales, se sont «démenées» pour présenter «des plans de relance et de sauvetage» aux autorités culturelles, estime le collectif. «Nous n’avons toujours pas reçu de retour», déplore-t-il. 

La décence de se taire

Les cosignataires dénoncent «le silence et l’opacité» du Conseil des arts et des lettres du Québec, l’interlocuteur gouvernemental privilégié des artistes. Selon eux, «la seule manifestation de soutien concret» provient du public, qui «nous écrit chaque jour pour savoir quand nos portes ouvriront». 

Dans sa lettre ouverte, le collectif dit avoir fait preuve de patience, les artistes ayant reconnu l’urgence des enjeux et accepté les priorités – sanitaires, économiques et éducatives –  de l’action gouvernementale. Mais il demande haut et fort «l’assurance qu’un filet social vienne sauver» ce secteur qui compte des milliers d’emplois.

«Au début, nous comprenions. Les urgences se logeaient en d’autres lieux de la société. [...] Nous nous sommes tus, et les rares fois où nous parlions, c’était pour exprimer toute notre solidarité, notre compassion. Plusieurs d’entre nous ont mis leur talent à contribution, bénévolement. »

En pleine contagion, et face aux nombreux décès qui ont endeuillé la société, la «décence» imposait aux artistes de «se taire», plutôt que de dénoncer prématurément tout manque de leadership, reconnaissent les sept cosignataires.

«Néanmoins, des années de travail ont été balayées par le souffle mortel de la pandémie. [...] Nos programmations, qui se bâtissent sur plusieurs années, ont été déchiquetées par la tornade», poursuivent-ils.

Le Festival Cinéma du monde prend un virage numérique

Arts et spectacles

Le Festival Cinéma du monde prend un virage numérique

Pas question de passer son tour... Le Festival Cinéma du monde de Sherbrooke (FCMS) présentera aux cinéphiles huit jours de cinéma gratuit, du 18 au 25 juin prochain. Un rendez-vous interactif... et les organisateurs espèrent que le public sera au rendez-vous.

En raison du contexte de la COVID-19 et des mesures restrictives imposées par le gouvernement, le FCMS n’a eu d’autres options que d’annuler son édition régulière qui devait avoir lieu en avril.

« Mais ce n’est pas dans notre ADN et dans notre culture organisationnelle de baisser les bras. Le Festival Cinéma du monde a une utilité sociale et on doit travailler pour garder la culture vivante à travers le web dans les circonstances actuelles. On est une équipe créative et on pense à la communauté. Il fallait livrer quelque chose pour tous ceux et celles qui nous soutiennent », confie Malika Bajjaje, cofondatrice et directrice générale du FCMS.

« C’était un coup dur de voir tous les efforts de l’année s’envoler, mais la tristesse et la déception se sont vite transformées en quelque chose de très encourageant lorsque nous avons entamé le virage numérique. »

Le ténor Andrea Bocelli dit avoir été malade du coronavirus

Musique

Le ténor Andrea Bocelli dit avoir été malade du coronavirus

ROME — Le célèbre ténor italien Andrea Bocelli a affirmé mardi qu’il avait été contaminé début mars par la COVID-19 sous une forme légère, même s’il évoque «un cauchemar», écrit le quotidien Corriere della Sera.

«Mon expérience du coronavirus? Une tragédie, nous avons tous été contaminés dans la famille, avec de la fièvre, même si elle n’était pas forte, la toux et les éternuements», a-t-il déclaré devant la presse à Pise, en Toscane.

Mort de Jimmy Cobb, le batteur de <em>Kind of Blue</em>

Musique

Mort de Jimmy Cobb, le batteur de Kind of Blue

NEW YORK — Jimmy Cobb, le batteur de jazz américain qui a participé à l’album mythique de Miles Davis Kind of Blue (1959), est mort à l’âge de 91 ans, ont annoncé des medias américains.

Sa femme Eleana Cobb a indiqué à la station de radio NPR que le musicien était décédé d’un cancer du poumon dimanche à son domicile de Manhattan, à New York.

Deux millions de vues pour Québec Issime

Arts

Deux millions de vues pour Québec Issime

Une centaine d’artistes ont répondu à l’appel lancé par Pierre Doré, directeur artistique de Québec Issime. Non seulement ont-ils donné 75 concerts dans l’intimité de leur foyer, soit un par soir à compter de la mi-mars, mais ces événements diffusés par le truchement de Facebook ont connu un succès remarquable. Ils ont généré deux millions de vues, en effet, un résultat qui a dépassé les attentes de la troupe saguenéenne.

« J’ai été stupéfaite en voyant ce chiffre. Nous ne pensions pas rassembler autant de gens autour de la musique. L’amour du public ne s’est pas tari et je constate que plusieurs sont tristes depuis que nous avons pris une pause, la semaine dernière. Ce n’est pourtant pas la fin de la série », a commenté la directrice de production Suzanne Richard, lundi, à la faveur d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

La romancière Joyce Carol Oates lauréate d’un prestigieux prix

Livres

La romancière Joyce Carol Oates lauréate d’un prestigieux prix

PARIS — L’écrivaine américaine Joyce Carol Oates, dont le nom est régulièrement cité pour le prix Nobel de littérature, a reçu le prestigieux Prix mondial Cino del Duca pour l’ensemble de son œuvre, a-t-on appris lundi auprès de l’Institut de France.

Le prix mondial Cino del Duca, l’un des grands prix des fondations de l’Institut de France, est doté de 200 000 euros (305 000 $).

Concours de musique: aucun candidat du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Arts

Concours de musique: aucun candidat du Saguenay-Lac-Saint-Jean

En ce qui touche le Saguenay-Lac-Saint-Jean, l’édition 2020 du Concours de musique du Canada est terminée. Aucun des quatre interprètes qui s’étaient inscrits n’a participé à l’étape finale, laquelle consiste à envoyer un enregistrement vidéo à un comité d’évaluation formé de cinq personnes.

Faute de pouvoir tenir la finale canadienne à Québec, en raison de la crise sanitaire, le comité organisateur avait proposé cette alternative aux chanteurs et musiciens classiques, le 6 mai. Il n’y aurait pas de classement, mais une évaluation serait offerte par un jury formé de musiciens-pédagogues. Une rencontre virtuelle était également possible avec l’un de ses membres.

Le Louvre virtuel plébiscité par plus de 10 millions de visites en 71 jours

Expositions

Le Louvre virtuel plébiscité par plus de 10 millions de visites en 71 jours

PARIS — Le musée du Louvre, qui a multiplié son offre sur internet et les réseaux sociaux pendant le confinement, a été plébiscité avec 10,5 millions de visites, dont une part considérable depuis les États-Unis, a indiqué le musée à l’AFP.

Ces visites sur 71 jours (12 mars-22 mai) sont à comparer avec l’année 2019 pour laquelle le plus grand musée du monde avait totalisé 14,1 millions de visites.

Alors que le flou règne sur une date de réouverture, qu’elles espèrent à l’été, les équipes du musée sont attentives à proposer chaque semaine de nombreuses ressources virtuelles en anglais, les premiers visiteurs habituels du musée étant les Américains, avant les Chinois.

La fréquentation a connu surtout un pic pendant les premières semaines du confinement avec 330 000 visites en moyenne. 90 % des visiteurs étaient non-francophones, contre actuellement 77 %.

Du 12 mars au 22 mai, 16 % des visites ont été faites depuis la France ... contre 17 % depuis les États-Unis.

Pour Sophie Grange, sous-directrice de la communication du Louvre, «la conjugaison du cellulaire et des réseaux sociaux» consacre le triomphe de l’image virtuelle et les grands musées n’ont pas d’autre choix que d’exploiter au mieux ces médias pour se faire connaître d’un public élargi, à la maison.

«On lutte un peu, car l’oeuvre d’art n’est pas une image et on doit se promener autour d’elle, l’oeuvre d’art exigerait une vraie rencontre», admet-elle à l’AFP.

L’appli proposant une expérience en réalité virtuelle, En tête à tête avec la Joconde (téléchargée plus de 10 500 fois) et un nouveau service pour les enfants (petitlouvre.louvre.fr), qui rassemble des contes animés correspondant à des oeuvres du musée (76 000 visites) ont particulièrement bien marché.

Grâce à #LouvreChezVous, #CultureChezNous ou encore #MuseumFromHome, les comptes du Louvre ont gagné 302 500 abonnés et sont aujourd’hui suivis par 8,83 millions de personnes.

Le compte Instagram est particulièrement populaire, progressant très rapidement : il a franchi les 4 millions d’abonnés, ce qui fait du Louvre le musée d’art ancien le plus suivi sur cette plateforme, selon le musée.

C’est d’ailleurs sur Instagram que des responsables du Louvre se sont librement associés au défi lancé par le Getty et d’autres musées, pour reconstituer en famille des scènes de leurs tableaux préférés.

La visite virtuelle de la salle des Cariatides fait un carton sur les réseaux sociaux. Tout comme les podcasts «Les Odyssées du Louvre» pour les 7-12 ans, lancés en partenariat avec France Inter : 10 épisodes sur les mystères, oeuvres ou figures majeures du musée, comme le vol de la Joconde, la victoire de Samothrace ou encore Akhenaton...

Jean-Loup Dabadie, parolier et scénariste français aux multiples talents, est décédé

Arts

Jean-Loup Dabadie, parolier et scénariste français aux multiples talents, est décédé

PARIS — Artiste populaire aux multiples talents, Jean-Loup Dabadie, décédé à l’âge de 81 ans, aura bâti en une trentaine de films et quelques centaines de chansons un univers tendre et nostalgique qui colle à la mémoire des Français : il fait figure de parolier national des années 1960-80.

César et Rosalie, Tous les bateaux, tous les oiseaux, Les choses de la vie», «Ma préférence, On ira tous au paradis, sont autant de tubes dont il est l’auteur.

Cheveux blancs soigneusement ordonnés, sourire éclatant, Dabadie, parolier et scénariste, écrivain et journaliste, promenait depuis les années 1960 sa silhouette de dandy dans le paysage culturel français.

«Auteur musicien» pour le chanteur Julien Clerc, «romancier du cinéma» pour le réalisateur François Truffaut, il pratiquait l’écriture et le rire sur commande sans céder sur la qualité.

Né en 1938 à Paris, Jean-Loup Dabadie, dont le père fut aussi parolier, a publié son premier roman, Les yeux secs, à 19 ans. Il débute alors dans le journalisme et aurait pu devenir un auteur «sérieux», s’il n’avait expédié ses premiers sketches — Paulette, Le boxeur... — à l’humouriste Guy Bedos durant son service militaire.

Le succès fut immédiat. Bientôt suivi par ses premiers tubes pour Serge Reggiani (Le petit garçon) ou Michel Polnareff (Ring à ding).

«Qualité française»

Depuis, ce fou de travail (et de tennis) aux allures de dilettante n’avait guère cessé d’écrire en plus de quarante ans : chansons, scénarios ou pièces de théâtre...

Au cinéma, son nom est associé aux films estampillés «qualité française» des années 1960 à 1980. Et c’est avec le réalisateur Claude Sautet qu’il connaît au début des années 1970 sa période la plus faste pour un triplé magique : Les choses de la vie, César et Rosalie et Vincent, François, Paul... et les autres.

Il allait fournir alors en tubes plusieurs générations de chanteurs. Juliette Gréco, Yves Montand, Michel Sardou... Avec, là encore, deux rencontres majeures : les chanteurs Michel Polnareff, pour lequel il écrivit un hymne au bonheur partagé, On ira tous au paradis, et Julien Clerc, avec qui il travaillera sur une dizaine d’albums.

La France de Dabadie est celle des copains dans les films d’Yves Robert, Un éléphant, ça trompe énormément, Nous irons tous au paradis, qui triomphent dans les années 1970. Celle aussi de la tendresse bourrue et de la famille malmenée dans La gifle (1974) avec Isabelle Adjani et Lino Ventura.

Une France moyenne. Avec la crise économique, le chômage, les ruptures en toile de fond. Un monde de chefs d’entreprises à la dérive, de cadres licenciés, de jeunes qui débutent et de couples éclatés.

Une France de l’amitié, essentiellement masculine. Un univers tendre et joyeux, semé de gags, dans la lignée des grands scénaristes du cinéma français.

Ses derniers succès au cinéma remontaient au début des années 1980. Jean-Loup Dabadie sembla ensuite moins en phase avec son époque.

«Le métier de scénariste doit se faire dans une ombre infinie», aimait dire ce discret qui ciselait ses répliques loin du tapage du show-business.

Élu en 2008 et reçu l’année suivante à l’Académie française, Dabadie venait de terminer l’adaptation pour le cinéma d’un roman du Belge Georges Simenon, Les volets verts, dont le premier rôle devait être tenu par Gérard Depardieu.

Les aventures d’Augie March, par Saul Bellow 1953

Arts

Les aventures d’Augie March, par Saul Bellow 1953

«Je suis un Américain.» C’est par ces mots que Saul Bellow amorce Les aventures d’Augie March, l’oeuvre la plus foisonnante de sa carrière. Né à Lachine, l’écrivain a grandi à Chicago, où se déroule ce roman publié en 1953. Le personnage central, qui constitue son alter ego, est d’autant plus fascinant qu’il ne cesse de se réinventer.

Né au sein d’une famille juive de condition modeste, Augie est le faire-valoir de Simon, son aîné. Plus costaud, plus ambitieux, celui-ci a le chic pour améliorer l’ordinaire du groupe complété par une mère éteinte et une grand-mère querelleuse. Le père étant absent, c’est lui, l’homme de la maison, celui qui déniche du travail et trempe dans différentes combines, en quête de sa version du rêve américain.

Tournage du film <em>Avatar 2</em> en Nouvelle-Zélande, après 11 ans d’attente

Arts

Tournage du film Avatar 2 en Nouvelle-Zélande, après 11 ans d’attente

Les fans qui attendent depuis maintenant 11 ans la suite du film Avatar, du réalisateur canadien James Cameron, seront sans doute heureux d’apprendre que le tournage pourra enfin reprendre, malgré la pandémie de COVID-19.

C’est ce qu’a laissé entendre l’un des producteurs du film, Jon Landau, sur son compte Instagram.

Dans sa publication, l’Américain affirme que l’équipe est excitée de pouvoir reprendre le boulot en Nouvelle-Zélande.

Il affirme que les mesures de déconfinement du pays permettent maintenant aux équipes de tournage de cinéma et de télévision de reprendre le travail tout en respectant les nouvelles consignes de la santé publique.

Après avoir déjà été reportée, la sortie du film Avatar 2 est maintenant prévue pour décembre 2021.

Le premier opus, sorti en salle en 2009, avait connu un succès monstre. Le film de science-fiction avait engrangé des recettes de 2,79 milliards $US.

La saga «Avatar» a été conçue pour s’étirer sur quatre autres films, qui devaient à l’origine sortir à deux ans d’intervalle.

Les sessions #LaFab: Étoiles, de Gab Bouchard

Fabrique culturelle

Les sessions #LaFab: Étoiles, de Gab Bouchard

C’est sur le Web, dans un concert en direct, que l’auteur-compositeur Gab Bouchard tenait le premier spectacle virtuel payant au Saguenay—Lac-Saint-Jean, hier soir, à partir d’un studio d’Alma. Pour la suite, on le retrouve ici sur La Fabrique culturelle, alors que l’équipe de Télé-Québec le visitait la semaine dernière chez lui à Saint-Prime pendant qu’il y est confiné avec les siens. Le jeune héritier musical du Lac-Saint-Jean nous chante Étoiles.

CRÉDITS

Télé-Québec Saguenay–Lac-Saint-Jean 

Réalisateur, caméraman et monteur: Xavier Marceau 

Technicienne de production: Julie Pelletier 

Coordonnateur: Jocelyn Robert

Et le meilleur interprète canin est... Uggie de <em>The Artist</em>

Cinéma

Et le meilleur interprète canin est... Uggie de The Artist

PARIS — Il avait charmé le monde entier dans The Artist (2011): le Jack Russel Uggie est devenu le meilleur interprète canin de ces vingt dernières années, en recevant, à titre posthume, la palme des Palm dog, un prix remis d’ordinaire pendant le Festival de Cannes, annulé cette année.

Contexte sanitaire oblige, cette cérémonie s’est tenue de manière virtuelle, sur l’application Zoom, avec Dash, la doublure d’Uggie, recevant le collier incrusté de diamants à la place de la star canine disparue il y a cinq ans à l’âge de 13 ans.

Cinq artistes d'AMV exposent à Athènes

Arts

Cinq artistes d'AMV exposent à Athènes

Cinq artistes associés au collectif AMV participent, jusqu’au 31 mai, à une foire internationale tenue à Athènes, en Grèce. Comment une telle chose peut-elle se produire à l’ère du confinement ? Grâce à la magie du numérique, évidemment. C’est ainsi que les organisateurs des Platforms Project, le nom de l’événement en question, ont composé avec les contraintes imposées par la pandémie.

« Ils ont fait une grosse job pour tenir cette activité en dépit des circonstances. Au début, on se demandait si on allait s’inscrire. On a finalement embarqué parce que la formule est intéressante », a souligné l’artiste saguenéen Mathieu Valade, à l’occasion d’une entrevue accordée au Progrès.

Marie-Ève Munger à Saint-Cyriac, mais en 2021

Arts

Marie-Ève Munger à Saint-Cyriac, mais en 2021

Voici une mauvaise et une bonne nouvelle, au sujet du Comité des spectacles de la chapelle Saint-Cyriac. La mauvaise, c’est que la soprano Marie-Ève Munger ne pourra pas se produire à Lac-Kénogami, le 31 mai. Les circonstances étant ce qu’elles sont, elle doit demeurer dans la région parisienne, où se trouve sa résidence. La bonne nouvelle, c’est que les mélomanes qui auraient aimé l’entendre dans le contexte d’un récital pourront se reprendre dans un an.

« Il s’agissait du dernier concert de notre dixième saison, mais Marie-Ève nous a confirmé qu’elle chanterait à Lac-Kénogami à la fin du mois de mai 2021. Elle fera donc partie de la prochaine programmation, qui comprendra cinq événements. Il manque juste deux confirmations et comme d’habitude, nous lancerons la campagne d’abonnement en août ou en septembre », a signalé la présidente du comité, Sylvie Brassard, lors d’une entrevue accordée au Progrès.

Claude Gauthier, le Québec dans la voix

Arts

Claude Gauthier, le Québec dans la voix

« Est-ce encore utile d’écrire des chansons ? Le matin, je me pose la question, mais rendu au soir, je travaille sur de nouveaux textes. [...] Je fais de la chanson d’un autre siècle. Ce n’est pas de la musique d’aujourd’hui et je ne vais pas tout chambarder pour être à la mode. »

Celui qui s’exprime ainsi est Claude Gauthier, dont la carrière a commencé en 1959, l’année de la mort de Maurice Duplessis. Maintenant âgé de 81 ans, le voici qui sort son 19e album, Aux enfants de demain. On n’y trouve que des pièces originales, 14 en tout, et elles brossent le portrait d’un homme qui demeure fidèle à lui-même, à ses convictions, ses amours et son sens de l’éthique, semblable à celui de l’artisan.

La beauté austère de Kristina Gauthier-Landry

Arts

La beauté austère de Kristina Gauthier-Landry

Le temps long. Les grands espaces habités par des gens pour qui le silence est d’or. Les hommes toujours partis. Les femmes patientes, créatives, souvent inquiètes parce que la mer ne fait pas que donner. Elle se garde le pouvoir de tout retirer, y compris l’essentiel, à ceux qui sollicitent ses faveurs.

Le Natashquan dépeint par Kristina Gauthier-Landry possède la beauté austère d’un tableau de Jean-Paul Lemieux. Beaucoup d’horizon pour les bouts de vie qu’on y grappille, lesquels sont d’autant plus précieux qu’on a le temps de les voir venir, puis de les savourer. Ses poèmes publiés à La Peuplade, dans le recueil intitulé Et arrivées au bout nous prendrons racine, en offrent un concentré si entêtant qu’il invite à la relecture.

Rentrée littéraire de La Peuplade: des romans, de la poésie et un inclassable

Arts

Rentrée littéraire de La Peuplade: des romans, de la poésie et un inclassable

Un premier roman très attendu, à tout le moins intrigant, un Islandais rendu au milieu d’une trilogie, un auteur inclassable, ainsi que deux poétesses et un de leurs collègues, dont l’identité sera dévoilée dans quelques mois. La rentrée aux éditions La Peuplade s’annonce à la fois riche et diversifiée.

Pour marquer le coup, la maison saguenéenne prévoyait lancer le recueil de Kristina Gauthier-Landry, Et arrivées au bout nous prendrons racine. Ça devait se faire en avril, mais les circonstances en ont décidé autrement, comme pour tant de choses en ce bas monde. La sortie du livre aura donc lieu le 11 juin et si, à ce moment-là, il est trop tôt pour organiser des lancements, ceux-ci seront décalés.

#CanadaEnPrestation se prolongera sur deux ans

Arts

#CanadaEnPrestation se prolongera sur deux ans

#CanadaEnPrestation, la série de diffusion de spectacles sur Facebook se poursuivra pendant au moins deux ans, a dévoilé vendredi le Centre national des arts (CNA), qui chapeaute l’initiative.

La plateforme donnera cet été un coup de pouce à plusieurs festivals ayant dû annuler la tenue de leurs activités en raison de la pandémie», promet le CNA. #CanadaEnPrestation s’associera  notamment aux célébrations de la fête du Canada, avec des activités prévues durant «tout le mois de juin».

Le CNA et Facebook Canada ont renouvelé pour deux ans ce partenariat initié au début de la période de confinement. la bannière #CanadaEnPrestation offre une vitrine rémunérée aiux artistes canadiens qui souhaitaient donner des concert virtuels durant la pandémie de COVID-19.

«Partenaire fondateur», Facebook Canada a d’abord injecté 200 000 $ dans #CanadaEnPrestation, avant de porter sa contribution à 500 000$. Montant grâce auquel la série pourra «continuer de venir en aide aux artistes en favorisant le rayonnement de prestations, de concerts et de festivals en ligne», souligne le CNA.

La plateforme a dans un premier temps servi d’«aide [financière] urgente à de nombreux artistes dont les concerts ont été annulés», rappelle le président et chef de la direction du CNA, Christopher Deacon, au sujet de la création de #CanadaEnPrestation. 

« Dès le moment où la pandémie a forcé la fermeture de salles de spectacle et l’annulation de festivals [...] partout au pays, nous savions que le CNA devait s’imposer comme leader [et] piloter un mouvement d’aide aux artistes et au secteur des arts de la scène», explique-t-il.

Lancée le 19 mars dernier, l’initiative  a été mise sur pied «en quelques jours» seulement, précise le grand patron du CNA. 

Outre Facebook Canada, la série bénéficie du soutien financier de Slaight Music, la Fondation RBC et SiriusXM Canada. Ceux-ci «nous ont aidés à créer un mouvement qui a dépassé toutes nos attentes», estime M. Deacon, qui n’oublie pas de «remercier les artistes [ayant mis] leur talent et leur créativité à contribution, en ligne. »

Une nouvelle chanson de Patrick Groulx pour fêter le déconfinement

Arts

Une nouvelle chanson de Patrick Groulx pour fêter le déconfinement

L’humoriste Patrick Groulx a profité de la levée partielle des mesures de confinement pour lancer un nouvel extrait: Tout le monde dehors!

Tout en souhaitant qu’on «associe sa chanson à un hymne à la liberté et aux retrouvailles» post-COVID-19, l’artiste franco-ontarien se dit «conscient que la situation est un déconfinement et non pas un relâchement».

« Je suis très conscient qu’il faut plus que jamais respecter les consignes [...] de distanciation sociale. Vous avez à tout le moins le droit de gambader dans un champ de maïs, le sourire aux lèvres, si le cœur vous en dit », explique Patrick Groulx, en commentaire de la sortie de ce second extrait de Pat Groulx et les Bas Blancs. 

Écrite pendant cette «période sombre» passée entre quatre murs, ««Tout le monde dehors» a tous les ingrédients pour devenir une chanson de célébration et de défoulement collectif» , estime  l’humoriste. Patrick Groulx avoue d’ailleurs qu’il «rêvait à ce début de vrai déconfinement pour lancer cette chanson».

C’est dans la foulée des mesures de déconfinement progressif qu’il a «cru bon de la propulser comme un véritable cri du cœur». Le Gouvernement du Québec a annoncé le 20 mai que les rassemblements de 10 personnes seraient tolérés  à partir d’aujourd’hui, vendredi 22 mai. 

« Tout le monde dehors! » est disponible sur les plates-formes numériques habituelles depuis ce matin. On peut l’écouter ici.


Vidéo virale

Le premier extrait pandémique de Pat Groulx, «Petite Chanson de confinement», est rapidement devenu viral, son vidéoclip  ayant obtenu plus d’un million de visionnements.

L’humoriste franco-ontarien a profité de la période de confinement pour annoncer un retour progressif à la chanson, en compagnie de ses vieux Bas Blancs. Il a ainsi retrouvé ses deux complices musiciens, Sébastien Daigle et Grégoire Painchaud. Le trio s’est mis à «l’écriture spontanée de nouveaux titres» qui seront lancés sporadiquement au cours des prochains mois.

Ce retour à la musique de Pat Groulx et les Bas Blancs intervient 10 ans après la sortie de leur dernier album.

Le glouton Pac-Man fête ses 40 ans

Techno

Le glouton Pac-Man fête ses 40 ans

TOKYO — Il y a 40 ans apparaissait à Tokyo un nouveau jeu figurant un gros camembert jaune poussin menant des courses-poursuites endiablées avec des fantômes dans un labyrinthe: Pac-Man était né, et il allait devenir le plus célèbre des jeux d’arcade.

Le but du jeu, simplissime: faire gober au glouton Pac-Man toutes les pilules du dédale, et des fruits de temps à autre pour grappiller des points supplémentaires, le tout en échappant aux fantômes, lesquels deviennent de plus en plus rapides au fil des niveaux.

Le plus grand plaisir des joueurs étant de pouvoir persécuter et manger les fantômes à leur tour, pendant quelques secondes, sitôt que Pac-Man avale l’une des pilules magiques situées dans les recoins du labyrinthe.

Le jeu s’appelait initialement «Puck-Man», d’après un jeu de mots avec paku, qui signifie «gober» ou «engloutir» en japonais.

Mais le jeu a été rebaptisé Pac-Man quand il a été lancé aux Etats-Unis, de peur que les joueurs s’amusent à remplacer le «P» initial par un «F»...

Le créateur du jeu, Toru Iwatani, a eu l’idée de la forme de Pac-Man en prenant une petite part de pizza, et en se rendant compte que le reste du plat ressemblait à une tête avec une large bouche ouverte.

A l’origine Pac-Man était un jeu destiné aux femmes et aux couples - un public différent de celui, généralement masculin, affectionnant les jeux de tir sur des extra-terrestres comme Space Invaders, qui faisaient alors fureur au Japon, a raconté M. Iwatani dans un entretien au magazine Wired publié en 2010.

La toute première machine du jeu avait ainsi été installée dans un cinéma de l’arrondissement tokyoïte branché de Shibuya, plutôt que dans une salle d’arcades avec des jeux violents. Et le succès fut immédiat, selon M. Iwatani.

Popeye, autre source d’inspiration

Quant à son idée de pouvoir faire passer Pac-Man de chassé à chasseur, elle est venue du personnage de comic américain et de dessin animé Popeye, le marin dont les forces se démultiplient dès qu’il ingurgite une boîte d’épinards.

Création de l’éditeur de jeux vidéo japonais Namco, qui a fusionné en 2005 avec son rival Bandai, Pac-Man a été par la suite transposé sur tous les supports de jeux vidéo, des consoles aux PC en passant par les smartphones.

Il a été reconnu par le Livre Guinness des records comme le jeu d’arcade le plus populaire de tous les temps.

Le jeu est devenu une lucrative franchise pour ses éditeurs, avec de nombreuses variantes comme «Ms. Pac-Man», «Pac-Panic» (ou Pac-Attack), «Pac-in-Time» ou encore «Pac ‘n Roll».

Bandai Namco affirme que la marque Pac-Man est «l’une des plus connues au monde», avec un taux de notoriété de 90%.

En 2010, pour les 30 ans du jeu d’origine, Google avait offert aux internautes des parties illimitées de Pac-Man sur sa page d’accueil en lieu et place du logo habituel de son moteur de recherche: le premier «Doodle» jouable de Google.

Par la suite le site de géolocalisation Google Maps avait aussi transformé ses cartes en jeu Pac-Man géant.

Selon le magazine Wired, le plus haut score possible du jeu est 3 333 360 points, à la fin du 256e et dernier niveau. A condition de n’avoir jamais été dévoré une seule fois par les fantômes et d’avoir mangé toutes les pastilles, fruits et fantômes possibles.

Vendredi, pour les 40 ans du jeu, un mot-dièse dédié à l’événement tournait sur Twitter au Japon, repris par des amateurs.

«Les personnages sont tellement colorés et mignons. Je me souviens que j’y jouais beaucoup chez mes parents. Bon anniversaire Pac-Man!», a écrit un utilisateur japonais du réseau social.