Arts et spectacles

La Fabuleuse dépasse les attentes

Deux ans plus tard, l’engouement produit par la 30e édition de La Fabuleuse histoire d’un Royaume ne s’est pas attiédi. C’est ce qu’illustre le bilan des assistances pour la saison qui a pris fin samedi dernier, lequel a été dévoilé par Diffusion Saguenay. Le nombre de spectateurs qui se sont rendus au Théâtre du Palais municipal de La Baie, cet été, s’est élevé à 31 028 personnes, comparativement à 33 000 en 2018.

« Après avoir surfé sur l’effet de nouveauté, nous nous attendions à accueillir 29 000 spectateurs cet été. Or, il est venu plus de monde et je crois que parmi les facteurs qui ont joué, il y a le départ de Louis Wauthier, ainsi que le désir des gens du Saguenay–Lac-Saint-Jean de voir les changements apportés en 2017 », a analysé la directrice générale de Diffusion Saguenay, Isabelle Gagnon, à la faveur d’une entrevue réalisée jeudi.

Arts et spectacles

10e édition du festival Desbiens: Gregory Charles au Juvénat

La 10e édition du festival Desbiens Extrême se terminera sous le signe de la musique alors que Gregory Charles sera de passage dans la municipalité. Un souper spectacle se déroulera le 1er septembre au Juvénat de Desbiens au profit de ce même organisme sans but lucratif.

L’initiative est celle de la résidante de Desbiens Michèle Bouchard, qui souhaitait amener l’artiste dans son coin de pays depuis un bon moment.

Arts et spectacles

Vif succès pour La Flotte

La saison de théâtre estival présentée dans la municipalité de Sainte-Monique-de-Honfleur se conclut sous le signe du succès. Un total de 1031 personnes ont assisté à la dizaine de représentations de la pièce de théâtre La Flotte.

La municipalité faisait partie, une fois de plus, du circuit théâtral qu’est la Route des Légendes de l’auteur et metteur en scène Jimmy Doucet. Elle n’en était pas à sa première incursion dans cette aventure puisqu’elle avait présenté, à l’été 2018, Les Détrempés. Une trentaine de comédiens bénévoles, âgés de 7 à 87 ans, s’ajoutaient à leurs six collègues professionnels dans cette création présentée sur la patinoire couverte située au cœur de la localité.

Arts et spectacles

Grandes Veillées: une visite attendue de Mes Aïeux

Les fans de Mes Aïeux auront une rare chance de voir le groupe, samedi, dans le cadre des Grandes Veillées, un festival qui se consacre à la musique traditionnelle. Après une pause de plus de cinq ans, la bande menée par Stéphane Archambault a brièvement recommencé à faire des concerts. À La Baie, elle terminera une tournée estivale de moins de dix spectacles.

Depuis qu’elle est en poste, la responsable de la programmation et des communications des Grandes Veillées, Sophie Bouchard, essaie d’attirer le groupe pour qu’il se produise dans son événement. « Ça fait huit ou neuf ans que je suis là et ç’a été un de mes premiers mandats. On est très heureux d’avoir l’exclusivité au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Leur spectacle le plus proche était à Tadoussac au début de l’été », explique-t-elle.

Arts et spectacles

Un coup de pouce aux artistes

L’artiste Sophie Lebeuf lance un nouvel espace dédié aux arts sur la rue Saint-Dominique, à Jonquière. La Galerie 5 se donne comme mission d’être un lieu accueillant, pour que les artistes émergents et bien établis s’y sentent chez eux.

Située en face de la librairie Marie-Laura, à côté d’une école de danse et à deux pas de la microbrasserie l’HopEra, qui produit des spectacles, cette galerie, inaugurée jeudi, veut faire foisonner la culture dans ce secteur de « la Main » jonquiéroise.

Arts et spectacles

Alex Gariépy jouera du Alex Gariépy

En 2017, Alex Gariépy a joué aux côtés de son oncle Steve Desgagné, lors d’une exposition agricole tenue à Victoriaville. Le jeune homme avait remplacé le guitariste soliste du Graceband, après avoir assimilé des chansons d’Elvis pendant deux mois. Cette expérience lui a laissé un bon souvenir et voici qu’un autre rendez-vous se profile à l’horizon. Le contexte sera on ne peut plus différent, puisque l’activité en question est chapeautée par le Centre d’expérimentation musicale (CEM).

Elle aura lieu le 24 août, à 20 h, au Lab du CEM, situé sur la rue Bossé, à Chicoutimi. Une seule composition figure au programme, laquelle a été créée par le musicien dans les derniers mois. D’une durée de 40 minutes, elle sera livrée par l’auteur lui-même, en compagnie de Réal Gagnon (batterie), Stéphane Beaulieu (basse), Bruno Ouellet (guitare) et Jordan Rolle (claviers).

Arts et spectacles

Trois supplémentaires de Marguerite à Petit-Saguenay

L’offre culturelle de Petit-Saguenay afin de célébrer le 100e anniversaire de la municipalité fait courir les foules, à un point tel que des supplémentaires sont annoncées pour le spectacle Marguerite et le tour guidé avec le conteur Élias Côté, Odyssée.

Depuis le début de l’été, Marguerite attire plus de 200 spectateurs par représentation à l’aréna Roberto-Lavoie. Trois représentations supplémentaires auront donc lieu lors de la fin de semaine précédant la fête du Travail, soit les 30 et 31 août, ainsi que le 1er septembre. « Le savant mélange de contes, de chant choral, de marionnettes géantes et de théâtre d’ombres a tout pour charmer l’assistance, qui se déplace de partout dans la région, mais aussi de Québec, de la Côte-Nord et du sud du Québec », annonce le maire Philôme La France dans un communiqué de presse.

Arts

Des sculptures qui nous remettent en question

Les trois oeuvres de Mathieu Isabelle ne passent pas inaperçues. Ses sculptures monumentales, qui sont exposées au Centre national d’exposition (CNE) de Jonquière, tant dans ses murs qu’à l’extérieur, vont droit au but.

En effet, les oeuvres en acier inoxydable de Mathieu Isabelle, soudées en atelier, portent une symbolique assez directe. Le tout s’appelle L’Égo et questionne notre propension à tout ramener à notre petite personne, en cette époque marquée par les selfies.

Arts

Festival de la chanson de Saint-Ambroise: un nombre record de prix

La 28e édition du Festival de la chanson de Saint-Ambroise s’est conclue samedi soir en remettant un nombre record de prix et de bourses parmi ses 60 candidats. Ces nouvelles associations démontrent, selon ses organisateurs, que l’événement est en santé et qu’il gagne en reconnaissance, année après année

« On est un beau festival, un grand festival. Il faut le voir pour le croire à Saint-Ambroise. On présente quelque chose de qualité, donc les gens ont envie de s’associer à nous », résume la directrice générale de l’événement, Barbara Savard, rencontrée quelques minutes à peine après l’annonce des grands gagnants.

Arts

Le Festival de la chanson de Saint-Ambroise choisit ses gagnants

Le Festival de la chanson de Saint-Ambroise a couronné ses lauréats, samedi soir, lors de la grande finale tenue dans l'Amphithéâtre Marcel-Claveau. L’auteure-compositrice-interprète qui a reçu la faveur des juges est Marie-Ève Laure. Du côté des interprètes, la gagnante de la catégorie 18 ans et plus est Héloïse Yelle, tandis que le jeune Maxim Doucet s’est démarqué parmi les chanteurs de 13 à 17 ans.

C’est sous le thème du carnaval que s’est déroulée la grande finale de la 28e édition du festival. Chacun des douze participants avait réalisé une courte vidéo de présentation qui précédait sa prestation. Ils se trouvaient, par la magie du cinéma, dans les plus grands carnavals du monde, de Rio à Venise.

Le numéro d’ouverture réunissait les 12 finalistes sur scène et rendait hommage aux parrains de l’événement, 2Frères. Les artistes de la finale ont interprété Nous autres, une chanson qui a permis de lancer la carrière d’Érik et de Sonny Caouette, en compagnie d’une des gagnantes de 2018, Alexandra Chayer.

Le spectacle s’est ensuite déroulé sans temps mort, chacun des concurrents ayant deux chansons pour prouver l’étendue de son talent.

Maxim Doucet, originaire de Saint-Gédéon, a pu montrer son aisance sur scène malgré son jeune âge. Débutant sa prestation avec Dommage de Bigflo et Oli, il a ensuite enchainé avec L’écrivain d’Alexandre Poulin en s’accompagnant à la guitare. Il était en contrôle malgré le contraste entre les deux chansons, la première s’apparentant au hip-hop et la seconde au folk.

Actualités

2Frères et la parenté

À Saint-Ambroise, Érik et Sonny Caouette ont été accueillis comme des membres de la famille. Le duo 2Frères, qui agit cette année à titre de parrain du Festival de la chanson de Saint-Ambroise, était sur la scène de l’amphithéâtre Marcel-Claveau, vendredi, pour le traditionnel spectacle qui précède la grande finale.

Arrivant en entonnant la pièce Léo Gagné, ils ont enchaîné les succès de leurs deux premiers albums, en ajoutant quelques reprises pour faire lever le party, allant des BB au Backstreet Boys, en passant par Francis Cabrel. Les spectateurs, eux, ne se sont pas fait prier pour les accompagner en fredonnant les refrains accrocheurs de leurs chansons qui vont droit au but.

Actualités

Des sérénades fascinantes, aux couleurs différentes

Soirée idéale pour la sérénade, vendredi, surtout pour les personnes qui avaient eu la bonne idée de se rendre à l’église Notre-Dame de Laterrière. On y présentait le troisième concert du Rendez-vous musical, justement intitulé Soirée des sérénades, alors que s’achevait l’une des plus belles journées de l’été.

À l’intérieur du bâtiment plus que centenaire, la lumière provenant de l’extérieur, dorée comme les champs en cette fin d’été, enveloppait les dix musiciens dirigés par le chef Jean-Philippe Tremblay. Le public, relativement nombreux, avait pourtant rendez-vous avec Une petite musique de nuit.

Arts et spectacles

La rue de tout le monde

BILLET / À qui appartient la rue Racine?

La question mérite d’être posée, dans la foulée du Festival international des Rythmes du Monde (FIRM). Bien que l’édition 2019 ait constitué un succès de foule, des voix continuent de s’élever en faveur de la fin des activités sur cette artère. Des gens d’affaires soutiennent que la mise en place des installations, ainsi que la tenue des spectacles entre les rues Labrecque et Bégin, nuisent à leurs opérations. L’argument n’est pas nouveau, mais une certaine équivoque, générée par la décision de la Ville de Saguenay de déplacer la deuxième scène, mérite qu’on s’y attarde.

Arts et spectacles

Daniel Dutil: une exposition rétrospective

Un regard sur les 50 ans de carrière du sculpteur et photographe Daniel Dutil est offert au public, avec l’exposition Aire de Trans-site S34/S36, présentée au Centre National d’Exposition (CNE) à Jonquière jusqu’au 19 septembre. Elle y est exhibée dans le cadre du 40e anniversaire du musée.

Daniel Dutil est connu pour avoir réalisé de nombreuses sculptures de grande envergure, dans plusieurs villes de la région, dans les dernières années. C’est d’ailleurs lui qui est derrière la statue de l’ancien poste provincial d’Hydro-Québec à Alma ou encore celle au carrefour giratoire du quartier Sainte-Thérèse à Arvida. Il a mis en place dans la salle principale du CNE, une rétrospective bien détaillée de tous ses types d’œuvres, datant des années 1970 à aujourd’hui.

Arts et spectacles

King Abid, musicien du «tiers-monde»

De l’autre côté de la 175, King Abid, qui sera en spectacle dans le cadre du festival Tam Tam Macadam le 23 août prochain à Alma, participe à la fondation de la scène de « musique du tiers-monde ».

Cette expression qui vient de lui est utilisée pour décrire le mélange des styles électro, reggae et dancehall, avec des accents africains afrobeat, qu’il compose à partir de la Capitale nationale.

Arts et spectacles

Grand concours international de menteries: des histoires rocambolesques à Alma

Le conteur originaire de Mashteuiatsh, Patrick Courtois, viendra défendre son titre de gagnant du Grand concours international de menteries, tenu pour une troisième fois dans le cadre du festival Tam Tam Macadam.

Patrick Courtois explique la différence essentielle entre un mensonge et une menterie dans une entrevue accordée au Progrès. « Le mensonge vise à tromper les gens. Le but de la menterie est de divertir le public qui vient assister au concours », dit-il.

Arts et spectacles

Un Magnificat pour Notre-Dame de Laterrière

Pour une sixième édition consécutive, un choeur formé à l’initiative du Rendez-vous musical de Laterrière est intégré à la programmation. Chaque année, il est dirigé par Pierre Lamontagne, qui profite de ces opportunités pour aborder une oeuvre majeure. Cette fois-ci, il a opté pour le Magnificat du compositeur anglais John Rutter.

Ce monument du répertoire contemporain sera interprété le 18 août à 16h, en l’église Notre-Dame de Laterrière. Pour lui rendre justice, 16 musiciens seront mobilisés, parmi lesquels on remarque plusieurs jeunes provenant de la région. Le choeur, lui, regroupe 32 personnes qui se sont inscrites au printemps. Ses membres comprennent une forte proportion de fidèles, autour de 80%. Ils ont travaillé fort en mai et juin, avant de s’accorder une pause en juillet.

Arts et spectacles

Clémence DesRochers revisitée par Sophie Day Tremblay

Pour son dernier concert de la saison, le Camp musical du Saguenay–Lac-Saint-Jean offrira une première. Cet événement tenu le 23 août à 19h 30, à la Salle Raymond-Tremblay, amènera une chanteuse originaire de Saint-Gédéon, Sophie Day Tremblay, à revisiter le répertoire de Clémence DesRochers en compagnie de huit musiciens.

Ce sera l’aboutissement d’un chantier amorcé il y a deux ans, mais dont l’origine remonte plus loin dans le temps. On peut dire que le flash initial est venu en 2002, pendant sa participation au concours de chant de Petite-Vallée. «Puisque l’artiste à l’honneur était Clémence, on avait demandé à chaque participant de faire une de ses pièces. Comme je ne voulais pas me limiter, j’ai préparé un medley», a relaté l’interprète il y a quelques jours, lors d’une entrevue téléphonique accordée au Progrès.

Actualités

Éric Lapointe s’ennuyait du Saguenay

L’histoire remonte au 15 juin. Éric Lapointe était de passage à L’Anse-Saint-Jean à l’occasion du festival La Grande Ourse. Il s’agissait de la seule visite du rocker au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ce que lui-même considérait comme une anomalie. La situation le dérangeait tellement qu’il en a fait part au promoteur Robert Hakim en des termes on ne peut plus clairs.

« Ce jour-là, Éric m’a dit : “Crisse, quand est-ce que je reviens au Saguenay ? ” Il avait le goût, surtout que la dernière fois que je l’ai fait en salle remonte à 2016. Or, il a plein d’amis ici. La région, c’est sa terre natale », a raconté Robert Hakim au cours d’une entrevue accordée au Quotidien.

Actualités

Pagano, de la rue Racine à La Saguenéenne

L’effet Rick Pagano, qui a paralysé une partie de la rue Racine le 9 août, n’a pas échappé au promoteur Robert Hakim. Après l’avoir invité à participer au Festival international des Rythmes du Monde dans le contexte d’un spectacle gratuit, lequel a suscité un tel engouement que le public a débordé des deux côtés de la scène, il lui a demandé de revenir à Chicoutimi. Ce sera chose faite le 1er novembre, alors que le chanteur fera escale à l’hôtel La Saguenéenne.

Accompagné par d’excellents musiciens, le jeune homme interprète des pièces de facture rock, le plus souvent en anglais. Plusieurs figureront sur son prochain enregistrement, notamment Bang Bang, l’une des rares qui soient écrites en français. Les arrangements possèdent une touche rétro, tout en plaçant les guitares à l’avant-plan. La réaction des fans, il y a une semaine, témoigne de leur efficacité.

Actualités

Thomas Croft au Festival de la chanson de Saint-Ambroise: entre Ricky Martin et Gilles Vigneault

La prestation de Thomas Croft pour le dîner chantant du Festival de la chanson de Saint-Ambroise, jeudi, était attendue avec impatience. Le jeune homme de Chicoutimi avait marqué les esprits la veille en déchirant accidentellement ses pantalons sur scène en faisant la chorégraphie qui accompagnait une de ses pièces.

Lors de ce court concert, Thomas Croft a présenté ses créations qui se vivent dans le moment présent et qui laissent la belle part aux mots et aux histoires.

Actualités

Festival de la chanson de Saint-Ambroise: un coup de coeur local

Une concurrente locale s’est démarquée lors des rondes préliminaires du Festival de la chanson de Saint-Ambroise. Évelyne Bouchard, une jeune Ambroisienne, a été nommée coup de cœur de la catégorie 7 à 12 ans pendant la demi-finale tenue mardi, ce qui n’était pas arrivé depuis plusieurs éditions. Elle aura la chance de se produire à nouveau sur scène samedi soir.

La directrice générale de l’événement, Barbara Savard, explique qu’il est plutôt rare qu’une candidate du coin s’illustre dans ce concours qui réunit des artistes de toute la province, même si plusieurs locaux y participent bon an mal an.

Arts et spectacles

L’Ensemble Renouveau en concert à Saint-Cyriac

De jeunes interprètes en compagnie d’un vétéran. Des airs classiques, mais aussi des musiques de film et des clins d’œil à la chanson française. Telle est la proposition formulée par l’Ensemble Renouveau, qui donnera deux concerts, cette semaine, au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le premier aura lieu le 15 août, à 20 h, à la chapelle Saint-Cyriac, tandis que le lendemain, toujours à 20 h, les mélomanes pourront l’entendre en se rendant au camping L’Évasion de Saint-Gédéon.

Ces rendez-vous mettront en vedette le flûtiste Denis Bluteau, membre de l’Orchestre symphonique de Montréal depuis 26 ans. Lui qui a grandi à La Baie aime jouer dans la région, ce qui est plus facile à la belle saison. Or, depuis trois ans, sa route croise celle de l’Ensemble Renouveau, dont l’un des fondateurs est le violoncelliste Simon Desbiens. Celui-ci est né à Québec, mais du sang bleu coule dans les veines de ses parents.

Arts

Polaris de retour au carrefour giratoire

Une semaine après avoir été démantelée pour réparation, Polaris a repris sa place au carrefour giratoire du boulevard Talbot. Mercredi, un groupe de sept personnes incluant l’artiste Étienne Boulanger ont replacé un à un les 115 lourds morceaux qui constituent l’oeuvre.

En début de journée mercredi, l’artiste évaluait que remettre l’oeuvre en place nécessiterait environ 12 heures de travail. Chaque pièce faite d’acier peint pèse entre 300 et 400 livres. Tout doit être calculé avec minutie. 

Au cours des derniers jours, l’oeuvre a été repeinte afin de résister aux intempéries. 

«Quelques semaines après l’inauguration l’an dernier, j’ai rapidement constaté un problème de peinture. C’est des procédés industriels difficiles à mettre en oeuvre sur de grosses structures d’acier. J’ai essayé de faire quelques retouches sur le site. Ç’a permis de stabiliser les choses, mais je n’étais pas satisfait du résultat. La peinture se fissurait. L’eau en s’infiltrant commençait à faire rouiller les pièces. On ne pouvait pas laisser ça de même. Ça n’avait pas été bien fait au départ. Il fallait ramener l’oeuvre dans l’atelier, explique-t-il. Ce n’est pas un si gros problème, la peinture. Si c’était un problème de structure ou avec la dalle de béton, ça aurait été bien pire», explique celui qui a dû assumer certains frais afin de démanteler, puis réinstaller l’oeuvre. Pour ce qui est du travail de peinture, l’artiste possédait tout de même certaines garanties des entreprises avec qui il avait fait affaire. 

Une pièce endommagée a été envoyée au laboratoire du Centre de conservation du Québec du ministère de la Culture et des Communications. «Ils ont pu identifier le problème», assure celui qui a finalement collaboré avec une nouvelle entreprise régionale.  

«Cette oeuvre a été conçue 100% par des gens de la région. Même si j’ai eu un échec avec la peinture, j’ai décidé de rester avec des gens d’ici pour la réparation. Je suis content que cette oeuvre soit 100% régionale. Ça représente beaucoup d’argent et je voulais que le montant reste dans la région.»  

L’artiste est aussi heureux de constater que des entrepreneurs de la région se sont manifestés afin d’offrir leur aide. «Tout était déjà réglé, mais c’est l’fun de voir que les gens voulaient aider», affirme celui qui estime que la population s’est approprié l’oeuvre au cours des derniers mois. 

«Les herbes autour qui font partie de tout ça ont poussé, c’est beau. Je suis content du résultat. L’oeuvre est belle de jour et de soir.» 

Actualités

Exposition à 9 ans: Noé, le petit peintre

Noé a neuf ans et pour le rendre heureux, rien de tel qu’une toile, des pinceaux et de la peinture. Il reçoit donc comme un cadeau l’opportunité qui lui a été offerte. Le jeudi 15 août, ses toiles seront exposées à L’Appartement bar ambiance de la rue Racine, à Chicoutimi.

Depuis quelques mois, Noé consacre tous ses temps libres à la peinture. Il s’installe dans un coin de la maison où les pots d’acrylique coloré lui permettent de laisser libre cours à son imagination.

Arts et spectacles

Rendez-vous musical de Laterrière: faire tomber les chapeaux

Le Rendez-vous musical de Laterrière s’enorgueillit de créer des rencontres entre les artistes et le public. Il fait tomber les barrières entre les musiciens qui visitent ce coin de Saguenay, une semaine en août.

Cette année, pour sa 13e édition, le festival a des allures familiales. Le pianiste et chef d’orchestre Nicolas Ellis a dirigé ses parents, David Ellis et Nathalie Camus, dimanche, et jouera en leur compagnie mercredi (aujourd’hui).

Arts

Nadia Larouche apprivoise l’opéra

L’été 2019 marque les débuts de Nadia Rochefort au sein de la Société d’art lyrique du Royaume. Nommée directrice générale en remplacement d’Aude Gauthier-Martel, qui œuvre désormais à La Rubrique, elle apprivoise son nouvel environnement de travail depuis le 20 juillet. Le changement est d’autant plus grand que l’administratrice n’a jamais été associée au milieu culturel.

« Dans le passé, j’ai été dans la gestion hôtelière et la gestion de projets miniers. Par contre, j’aime le contact avec les gens et j’avais le goût de travailler pour un organisme communautaire. Il s’agit d’un milieu positif où je pourrai relever un beau défi », a mentionné la jeune femme il y a quelques jours, à l’occasion d’une entrevue accordée au Quotidien.

Arts

Claude Boutin, là pour une 16e année

Le directeur artistique du Festival de la chanson de Saint-Ambroise, Claude Boutin, pousse les 60 participants de l’événement à donner le meilleur d’eux-mêmes. Celui qui y travaille depuis 16 ans fait tout pour que les artistes soient dans les conditions idéales quand ils se présenteront devant le public.

«Je m’organise pour ne pas qu’il soit dans leur tête, quand ils vont arriver sur la scène. La plus grande qualité d’un artiste, c’est la générosité. Quand tu fais une prestation, tu te dois d’être généreux. Je leur donne des outils pour qu’ils donnent tout ce qu’ils ont», raconte-t-il en entrevue.

Arts

Un retour aux sources pour 2Frères à Saint-Ambroise

Pour sa 28e édition, présentée du 12 au 17 août, le Festival de la chanson de Saint-Ambroise a choisi des porte-paroles qui sont des habitués de l’événement. Érik et Sonny Caouette, du duo 2Frères, ont animé les cabarets de l’événement pendant cinq ans et le chanteur du groupe, Érik, a participé à quelques reprises au volet compétitif.

Le groupe 2Frères a été présent au festival jusqu’au moment où leur carrière s’est envolée. Quelques semaines avant de lancer leur premier album qui allait faire d’eux des vedettes de la chanson populaire, ils animaient encore les soirées qui ont lieu chaque jour après les demi-finales. Ces jams de fins de soirée sont d’ailleurs les meilleurs souvenirs qu’Érik Caouette a gardés de Saint-Ambroise.