RICHARD THERRIEN

Le top 10 du dimanche 24 mars 2019

BLOGUE / À partir d'aujourd'hui, le blogue vous proposera chaque jour le palmarès des 10 émissions les plus regardées de la veille en soirée à la télévision.

Bien entendu, les autres émissions dignes de mention, qui n'ont pas accédé au top 10, pourront aussi faire l'objet de ce bulletin quotidien. Il s'agit bien sûr des données préliminaires, qui ne comptent pas les enregistrements.

Voici donc les titres qui ont le plus retenu votre attention ce dimanche 24 mars:

1- La Voix (TVA): 1 704 000

2- Vlog (TVA): 831 000

3- La vraie nature (TVA): 814 000

4- TVA Nouvelles 18h (TVA): 798 000

5- Tout le monde en parle (ICI Télé): 759 000

6- Le hockey des Canadiens (RDS): 642 000

7- Découverte (ICI Télé): 580 000

8- Ici Laflaque (ICI Télé): 452 000

9- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 384 000

10- TVA Nouvelles 22h15 (TVA): 368 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Arts

Creedence Clearwater Revisited, de retour après 12 ans

Le groupe Creedence Clearwater Revisited reviendra dans la région, 12 ans après avoir donné un spectacle mémorable au centre-ville d’Arvida. Comptant dans ses rangs deux membres originaux de Creedence Clearwater Revival, le bassiste Stu Cook et le batteur Doug Clifford, il participera à la première soirée du Festival des Bières du Monde de Saguenay, le 18 juillet, sur la Zone portuaire de Chicoutimi.

Complété par le chanteur et guitariste Dan McGuinness, le multi-instrumentiste Steve Gunner et le guitariste Kurt Griffey, le combo reprendra les nombreux succès de CCR créés au tournant des années 1960 et 1970. Son spectacle est prévu pour 22 h, tandis que la première partie, assurée par l’artiste country Irvin Blais, commencera aux alentours de 21 h.

Télé et radio

Victime, la tête haute

CHRONIQUE / Les victimes avaient toutes sortes de visages, dimanche à «Tout le monde en parle». Même s'il savait qu'accorder une entrevue en pleine télévision comportait des risques, Donald Duguay s'est montré très solide, jamais hésitant, dimanche à «Tout le monde en parle». Le seul plaignant dont la dénonciation a mené à des accusations contre Éric Salvail ne pouvait donner aucun détail sur les événements, mais tenait à sortir de l'ombre, la tête haute. Je lui décerne l'étoile du match.

«Je trouve que vous êtes très courageux», a lancé Dany Turcotte à celui qui a reçu le dossier de La Presse sur les inconduites sexuelles d'Éric Salvail comme un électrochoc. «Accepter de se dire victime, c'est très difficile», reconnaît-il. Avant, il craignait de voir les fans de l'animateur s'en prendre à lui. «Maintenant, je n'ai plus peur, j'ai relevé la tête. J'ai très hâte au procès.»

Il consacre son temps à l'initiative «7 millions de mousquetaires», une façon de sortir les victimes de leur mutisme, parce que «c'est le silence qui tue». Exemple concret : une personne attaquée à l'arme blanche parlera de son agression volontiers au bureau. Pas une victime de violence conjugale. «On est mal outillés», dit-il. Donald Duguay a été choqué en voyant les quatre députées plaider en faveur des victimes de violence sexuelle ou conjugale, à «Tout le monde en parle», parce que leur discours n'incluait pas les hommes et les minorités, aussi victimes.

Très convaincante, Lise Vadnais a décrit la mort horrible de sa sœur Christiane, tuée par un pitbull. Dans son livre Attention chien dangereux, elle dénonce la désinformation au sujet de ce qu'elle ne considère pas comme un animal, mais comme un monstre. Elle rage lorsqu'elle entend qu'il n'y a pas de mauvais chien mais que de mauvais maîtres, alors que le pitbull peut attaquer sans donner de signes avant-coureurs, et souvent son propre maître. Elle plaide pour la stérilisation systématique, qui mènerait éventuellement à la disparition de la race. «Mme Plante a fait passer le chien avant l'humain», dit-elle au sujet de la mairesse de Montréal, qui a fait annuler le règlement anti-pitbull, initié par l'ancienne administration.

Dans son dernier film, Grâce à Dieu, François Ozon s'attaque à la pédophilie dans l'Église, à partir de faits véridiques, les actes du père Bernard Preynat, qui aurait fait plus de 70 victimes chez les scouts. Même s'il n'a plus la foi depuis l'adolescence, le cinéaste français dit ne pas attaquer la religion avec son film, mais les prêtres pédophiles et ceux qui les protègent. Le père Preynat reconnaissait sa pédophilie mais restait protégé par l'Église, un fait qui a choqué le cinéaste. L'avocat du prêtre a voulu faire retarder la sortie du film, ce qui lui a été refusé, parce que «la liberté de création est plus forte en France, et que la présomption d'innocence avait déjà été bafouée», pense François Ozon.

Après sept saisons, Unité 9 s'arrêtera pour toujours mardi, sur ICI Radio-Canada Télé. «Je quittais des gens que j'aimais», explique Danielle Trottier lorsqu'elle parle de l'écriture de cette grande finale. «Qu'est-ce que je ne veux pas qu'il m'arrive?» s'est-elle demandée en entreprenant l'écriture de cette série phare, pour laquelle elle a rencontré une foule de personnes gravitant dans le milieu carcéral. Guylaine Tremblay au sujet de Marie Lamontagne. Elle comprend pourquoi l'auteure a attendu de permettre à Marie Lamontagne de faire son grand aveu. «Elle m'a aidé à comprendre le silence des femmes», affirme la comédienne.

En lisant que l'auteure faisait mourir les enfants de Marie, Guylaine Tremblay a lancé ses textes dans la voiture, choquée par une si cruelle décision. Mais Danielle Trottier dit qu'elle n'avait pas le choix de faire descendre son héroïne au plus bas pour qu'elle puisse remonter et renaître. Au sujet de Sinorama, dont elle faisait la promotion et qui a été mise sous tutelle, elle se dit «infiniment triste» de ce qui est arrivé. Elle se défend d'avoir testé trois fois plutôt qu'une le produit avant d'en faire la publicité. «Pour le reste, je pense que c'est à Sinorama de s'excuser», dit-elle, décochant une dernière flèche à la chroniqueuse Nathalie Petrowski, qui a été virulente à son endroit. Par ailleurs, Danielle Trottier a révélé que le sujet de sa prochaine série sera le passage de l'adolescence à l'âge adulte, dans une école fréquentée uniquement par des jeunes filles enceintes.

La recrudescence de la rougeole, alors qu'on la croyait éradiquée, sonne l'alarme sur les opposants à la vaccination. Olivier Bernard craint de voir une personnalité publique comme Angela Price, épouse de Carey Price, jouer d'influence pour promouvoir la vaccination alternative, une méthode décriée par les pédiatres. «Ce calendrier alternatif met les enfants en danger», prévient le «pharmachien». «Les vaccins fonctionnent tellement bien qu'on ne voit plus les bénéfices», affirme Caroline Quach, pédiatre microbiologiste-infectiologue au CHU Sainte-Justine. La désinformation fait hélas son effet. «Il y a de l'argent à faire là-dedans», rappelle Olivier Bernard, au sujet des lobbies anti-vaccin.

Le «pharmachien» s'insurge de voir encore des remèdes homéopathiques sur les tablettes, que Santé Canada ne devrait plus autoriser, selon lui. Victime d'intimidation après avoir questionné l'efficacité des injections de vitamine C dans le traitement du cancer, il a choisi de prendre une pause de ce débat, laissant d'autres professionnels se prononcer sur la question.

On a sorti le vin juste à temps pour Les Grandes Crues, Ève Côté et Marie-Lyne Joncas, qui ont déjà vendu 65 000 billets vendus. Leur spectacle commence aussi à intéresser les gars, qui ont compris que «c'était rempli de filles célibataires», a blagué Marie-Lyne. «On est chat et chien», a reconnu Ève en parlant du duo dépareillé, «pas supposé de s'aimer», poursuit sa collègue. «Où est-ce qu'on s'en va avec ça? Ça va être quoi dans 10 ans?» demande Marie-Lyne au sujet des photos de filles dénudées sur les réseaux sociaux, qui servent de modèles aux jeunes. Son commentaire sur Instagram sur la question qui a soulevé un débat, et c'est tant mieux, croit-elle.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Arts

Phil Roy dans l'univers des Fulgenciens

Samedi et dimanche, Phil Roy a découvert les beautés du nord du Saguenay, plus particulièrement le secteur de Saint-Fulgence et ses environs, dans le cadre du tournage de l’émission Comédie sur mesure, présentée à Z. L’humoriste a visité plusieurs sites afin de s’imprégner de la culture locale, avec à la clé la production d’un court spectacle sur son passage au Royaume.

Le fruit de son travail a été présenté dimanche soir, à 19 h 30, à la salle multiculturelle de Saint-Fulgence. Tous les habitants étaient invités à ce spectacle gratuit. La population a d’ailleurs embarqué dans ce projet hors du commun, la salle étant remplie au maximum de sa capacité.

Plusieurs activités étaient au programme pendant la fin de semaine. L’aventure a débuté avec une session de ski au Valinouët en compagnie d’un patrouilleur qui œuvre dans le domaine depuis plus de 30 ans. L’équipe de tournage a ensuite visité la Distillerie du Fjord et la famille Bouchard. Phil Roy a terminé sa première journée dans les locaux de la AWE, l’Attitude Wrestling Entertainment, à Chicoutimi-Nord. Le cofondateur de la AWE, Yan Hamelin, est natif de Saint-Fulgence.

Dimanche, l’équipe est notamment allée faire une randonnée de raquettes au Parc national des Monts-Valin, paradis de la neige au Québec.

Télé et radio

Unité 9: comment te dire adieu

CHRONIQUE / Il y a quelque chose de solennel, de puissant, à voir prendre fin une série qu’on a autant aimée. Quitter des personnages qui ont fait partie de nos vies, dont on suivait l’évolution presque autant que s’il s’agissait de vraies connaissances. C’est ce que j’ai ressenti en visionnement l’ultime épisode d’Unité 9, que diffusera ICI Radio-Canada Télé mardi à 20h, et que vous avez peut-être déjà vu sur l’Extra d’ICI Tou.tv.

Pour la dernière fois, vous entendrez ce thème musical. Arpenterez les couloirs de Lietteville. Entendrez ce timbre sonore agressant, quand les portes s’ouvrent. Et surtout, tenterez d’imaginer, une fois le générique terminé, l’avenir de ces personnages si forts.

Arts

Un premier minialbum pour Belle Grand Fille

Belle Grand Fille sort son premier minialbum, Maille par maille, le 29 mars. La Métabetchouanaise, qui a remporté les honneurs au dernier Festival de la chanson de Saint-Amboise, dévoilera au public saguenéen le fruit de son travail lors d’un lancement tenu au Côté-Cour de Jonquière, le 30 mars.

Depuis deux ans, l’auteure-compositrice-interprète travaille sur des chansons et amasse les réussites en participant à divers concours. Ce succès rapide lui a permis de présenter ce qu’elle appelle sa « première carte de visite ».

Arts

Une occasion à saisir

CHRONIQUE / La surprise a été grande, le 13 mars, lorsque le metteur en scène de La Fabuleuse histoire d’un Royaume, Louis Wauthier, a annoncé qu’il prendrait sa retraite à la fin de la prochaine saison. Les représentants des médias présents sur la scène du Théâtre du Palais municipal de La Baie ont alors appris que son successeur serait l’homme de théâtre Jimmy Doucet, connu pour ses nombreuses productions évoquant l’histoire de la région sur un ton humoristique.

Le fait que le vétéran profite de ses derniers mois pour former son successeur montre à quel point cette transition a été mûrement réfléchie. Ce n’est pas après moi le déluge. Soucieux de bien faire les choses, Louis Wauthier s’est donné le temps d’aborder toutes les facettes de La Fabuleuse, jusqu’aux moindres détails, parce qu’il sait que la réussite d’un spectacle de cette envergure en dépend.

Arts

Éric-Emmanuel Schmitt et les leçons de Carmen

Tout le monde connaît Carmen, ne serait-ce que l’un de ses airs, mais combien savent à quel point le destin de Georges Bizet, celui qui en a composé la musique, fut cruel ? Âgé de 36 ans lorsque cette oeuvre a été créée, à Paris, en 1875, il l’a vue se faire éreinter lors de la première tenue à l’Opéra-Comique. Ce jour-là, nul n’aurait pu imaginer que ce vilain petit canard deviendrait l’opéra français le plus joué dans le monde et le troisième toutes langues confondues.

Emporté par un infarctus trois mois après les débuts chaotiques de cette production, Bizet n’a pas eu le temps de mesurer l’ampleur de ce qu’il avait accompli et justement, c’est ce qui a poussé l’écrivain français Éric-Emmanuel Schmitt à relater cette histoire. Il l’a fait à la demande de l’Opéra Garnier, où on a présenté une lecture-concert s’appuyant sur son texte. Puis, le Québec, plus précisément Lorraine Pintal, du Théâtre du Nouveau Monde, en a fait un spectacle baptisé Le Mystère Carmen.

Fabrique culturelle

Les églises blanches du Saguenay

Les églises blanches du Saguenay témoignent d’un courant architectural unique. Ces églises modernes, de l’après-guerre, particulièrement nombreuses au Royaume, ont été bâties dans les années 1950 et 1960.

Dans un reportage de La Fabrique culturelle, l’architecte chicoutimien Luc Fortin nous présente quelques-uns de ces bâtiments qui témoignent de ce mouvement inventif de notre patrimoine bâti.

Arts

Un nouveau livre pour Atchoum

Atchoum prend goût à l’écriture. Après avoir créé trois livres en l’espace de deux ans, Bonne fête à toi, Quelle chaleur ! et La Mozus machine, voici que l’alter ego de Véronique Gagné publie son premier titre en édition cartonnée. Destiné aux enfants âgés de 2 à 6 ans, ce qui colle étroitement à son public cible, cet ouvrage a pour titre On a tous des bobos.

Comme les précédents, il est publié chez Presses Aventures et renferme des illustrations signées Jean-François Vachon. Il y a toutefois une différence, et elle est majeure, puisque dans les trois premiers cas, on parle de livres-chansons. « Ils comportent une pièce que les gens sont invités à télécharger », a précisé l’artiste, mercredi, lors d’une entrevue téléphonique accordée au Progrès.