Des pancartes électorales du député sortant et candidat péquiste dans Roberval, Denis Trottier, sont disparues du paysage.

Vols de pancartes électorales

À Chambord, là où le gouvernement Marois a autorisé la construction d'une minicentrale hydroélectrique de 16 mégawatts en décembre 2012, des pancartes électorales du député sortant et candidat péquiste dans Roberval, Denis Trottier, sont disparues du paysage.
Installées après le déclenchement des élections, quelques-unes des quelques affiches de M Trottier se sont envolées en moins de 24 heures, à l'exception de celle qui a été placée à la sortie sud du village. Celles du candidat libéral, Philippe Couillard, sont toutefois demeurées en place.
L'organisation péquiste de Roberval compte néanmoins procéder à un nouvel affichage dans cette localité au cours des prochains jours.
«Nous avons recensé des vols dans d'autres municipalités, mais la problématique se situe carrément sur le territoire de Chambord. On constate qu'un geste a été posé de façon systématique par rapport aux affiches de M. Trottier, ce qui est malheureux. Les gens ne se rendent pas compte de toutes les énergies qui sont déployées pour installer ces pancartes», commente Réjean Lalancette, directeur de la campagne de l'équipe de Denis Trottier.
Ce dernier refuse toutefois de blâmer qui que ce soit dans cette affaire, affirmant que «c'est aux gens de tirer leurs propres conclusions et qu'il est normal de tels gestes soient commis en pleine campagne».
Chez les libéraux, le porte-parole du candidat du comté de Roberval, Pierre-Olivier Lussier, indique que certaines affiches de Philippe Couillard ont aussi été dérobées, dont une vingtaine à Dolbeau-Mistassini, une dizaine à Saint-Félicien et le même nombre à La Doré.
En ce qui a trait aux pancartes faisant la promotion du site DossierCouillard.com qui ont été installées un peu partout au Québec la semaine dernière, celles qui ont été retrouvées dans Roberval ont été imprimées à l'endos d'affiches des candidats péquistes Daniel Breton et Tania Longpré.
À la Sûreté du Québec, on confirme que des vols d'enseignes électorales ont été répertoriés sur l'ensemble du territoire régional tout parti politique confondu. Des actes de vandalisme ont aussi été constatés.